Archives pour janvier, 2011

Aussi incroyable que cela puisse paraître, une véritable révolution démocratique et anticapitaliste a lieu en Islande en ce moment même, et personne n’en parle, aucun média ne relaie l’information, vous n’en trouverez presque pas trace sur « Google » : bref, le black-out total. Pourtant, la nature des évènements en cours en Islande est sidérante : Un Peuple qui chasse la droite au pouvoir en assiégeant pacifiquement le palais présidentiel, une « gauche » libérale de remplacement elle aussi évincée des « responsabilités »  parce qu’elle entendait mener la même politique que la droite, un référendum imposé par le Peuple pour déterminer s’il fallait rembourser ou pas les banques capitalistes qui ont plongé par leur irresponsabilité le pays dans la crise, une victoire à 93% imposant le non-remboursement des banques, une nationalisation des banques, et, point d’orgue de ce processus par bien des aspects « révolutionnaire » : l’élection d’une assemblée constituante le 27 novembre 2010, chargée d’écrire les nouvelles lois fondamentales qui traduiront dorénavant la colère populaire contre le capitalisme, et les aspirations du Peuple à une autre société.

Alors que gronde dans l’Europe entière la colère des Peuples pris à la gorge par le rouleau-compresseur capitaliste, l’actualité nous dévoile un autre possible, une histoire en marche susceptible de briser bien des certitudes, et surtout de donner aux luttes qui enflamment l’Europe une perspective : la reconquête démocratique et populaire du pouvoir, au service de la population.

Ci-dessous… deux articles traitant de cette révolution en marche :

Lire la suite de cet article… »

Comments 23 commentaires »

(reçu par mél, le 28 janvier 2011 à 21:09, en provenance de Patrick Lesage le signataire)


Vous avez sans aucun doute pris conscience que la Terre arrive au bout de ses limites et que nous n’avons jusqu’à présent, pas réussi à créer un monde de paix et de liberté, en symbiose avec la nature, tourné vers la recherche du bonheur et de la connaissance. C’est dommage car la vie dans un tel monde serait meilleure. Malheureusement, nous sommes en train d’aller vers la direction opposée. Nous sommes en train d’avancer vers notre extinction. Le moment est grave, la vie sur Terre est en danger. Si nous ne portons pas notre attention sur ce qui est en train d’arriver, nous courrons à la catastrophe.

La planète est en train d’être détruite et nous n’allons pas pouvoir continuer ainsi pendant encore bien longtemps. Bientôt il n’y aura plus assez de ressources naturelles à extraire. Nous aurons détruit la diversité vivante, remplacé la nature par la chimie, contaminé l’environnement, notre santé et nous serons condamnés à disparaître en emmenant avec nous toute la planète.

L’économie qui fait tourner ce mécanisme est en accélération forcée à cause de ses emprunts. Tout le monde en paye les conséquences. La dette mondiale s’est envolée et il n’y a plus moyen de la rattraper. La seule possibilité actuelle à l’économie mondiale de rembourser ses emprunts passés, c’est d’emprunter à nouveau sinon c’est la cessation de paiement généralisée. La dette mondiale est condamnée à augmenter encore et encore. Tant que les gouvernements sont derrière pour garantir les remboursements, le système peut encore fonctionner. Le problème c’est qu’on ne peut pas emprunter à l’infini et que certains gouvernements commencent à faire faillite. C’est le cas de nombreux pays. L’économie mondiale a de plus en plus de difficultés à rembourser ses emprunts et ses intérêts. Malgré l’argent qui est pris aux générations futures, l’économie mondiale va tôt ou tard être incapable de payer les conséquences de notre mode de vie.

La société dans laquelle nous nous trouvons devient de plus en plus totalitaire. Le sommet de la pyramide acquière un pouvoir démesuré tandis ce que les individus sont dépouillés de leurs vie privée et de leurs libertés. Pendant que ce transfert de pouvoir s’opère, les médias encouragent chacun au matérialisme, à la consommation et à l’assouvissement de tous leurs désirs. Fractionné en croyances et en idéologies, le monde se fait la guerre à lui-même.

Nous sommes à un moment important de notre évolution. Le moment où l’Humanité doit choisir entre la mort et la vie. Nous pouvons soit continuer comme nous le faisons et notre monde va s’effondrer, soit changer et créer un autre monde. Nous n’avons plus le temps de remettre au lendemain ce que nous pouvons faire aujourd’hui, de compter sur nos dirigeants pour nous sortir de cette mauvaise passe ou d’espérer un miracle qui nous évitera d’avoir à faire des efforts. Nous n’avons pas d’autre choix que de nous sortir par nous-même de la situation dans laquelle nous nous sommes placés.

Le Monde dans lequel nous vivons n’est pas différent de nous, nous sommes le Monde et le Monde est nous. Si nous voulons produire une transformation profonde de notre société, c’est nous-même qu’il faut changer. En nous changeant nous-même, nous changeons le Monde de manière profonde et durable.

Cette société violente et destructrice est le reflet du quotidien. Elle n’est possible que parce que les individus y prennent part et l’entretiennent. Le sommet de la pyramide s’appuie sur l’acceptation des individus pour exercer son pouvoir, sans quoi il n’en aurait aucun. Malgré l’apparent contrôle qu’ils peuvent avoir, c’est le peuple qui décide de la société dans laquelle il veut vivre.

Bien sûr, si le peuple est divisé, occupé ou ignorant, alors il est incapable de décider et l’on décide à sa place. Cependant, lorsque le peuple s’unit pour une juste cause alors il n’y a rien alors qui puisse s’y opposer, aucun lobby ni aucune armée; à la longue, la volonté du peuple est toujours victorieuse.

Face à la destruction du Monde, il est grand temps que le peuple s’unisse pour la plus grande de toutes les causes; celle de sa survie. Il n’y a pour cela besoin d’aucune autorité, d’aucun chef ni d’aucun gourou. Ils ont tous fait faillite. Que ce soient les gouvernements, les religions ou les idéologies, ils ont tous échoué à créer un monde de paix et de prospérité. Ils ne sont pas la solution mais plutôt la source du problème car ils divisent l’homme en croyances. Focalisés sur nos différences, nous gaspillons notre énergie à lutter contre nous-même. Il ne nous faut pas nous diviser, mais nous unir pour pouvoir transformer notre société.

Pour opérer ce changement profond dans notre société, il faut passer de l’état de spectateur, à celui d’acteur. Une participation qui se résumerait à supporter d’autres qui feraient le travail n’est pas la solution. Si l’on veut diriger la société dans une direction, il ne faut pas compter sur d’autres pour qu’ils le fassent à notre place, il faut le faire soi-même.

La société offre de nombreuses possibilités aux individus de décider quel monde ils souhaitent encourager à condition qu’ils fassent un petit effort. La consommation est sans doute l’exemple le plus simple. Grâce à votre pouvoir de consommateur, vous pouvez privilégier des entreprises respectueuses de l’environnent, de votre santé ou de certaines valeurs éthiques. Les entreprises étant dépendantes de votre argent, vous leur imposez votre volonté.

L’élément le plus important pour mettre en marche et diriger cette transformation c’est la connaissance. C’est sur cette connaissance que se basent les choix et le mode de vie qui en résulte. Lorsque les connaissances évoluent, les opinions et les choix s’en trouvent changés.

Le problème c’est que la société est pleine de certitudes, nous sommes tous sûrs de savoir et certains d’avoir raison. Cela nous paralyse terriblement. En réalité, derrière le conditionnement de la société et toutes les croyances, nous ne savons pas grand-chose. Si nous connaissions vraiment les conséquences de notre mode de vie, de la même manière que l’on sait que lorsqu’on met sa main dans le feu on se brûle, nous n’agirions pas ainsi.

Faire évoluer les connaissances humaines, tant sur le plan sociétal que spirituel peut permettre une prise de conscience, un changement dans la mentalité qui se répercutera dans notre société. Un esprit fortement conditionné, très attaché à des croyances et des idéologies aura besoin d’effectuer de profonds changements en soi afin de retrouver sa liberté. Un esprit sans arrêt occupé, une vie remplie par des petits riens, devra d’abord se nettoyer pour accomplir cette action.

Dans la seconde partie de ce document vous allez découvrir de nouvelles connaissances sur de nombreux sujets. Certaines de ces ressources sont militantes, toutefois, sans forcément être d’accord avec les opinions de leurs auteurs, vous pouvez prendre connaissance des informations qu’elles contiennent.

En parcourant les liens ci-dessous, vous comprendrez sans doute l’importance de reproduire et diffuser rapidement ce document à vos proches et à vos contacts. Vous pouvez l’envoyer par mail, le poster dans des forums et le publier dans les réseaux sociaux afin de sensibiliser le plus de personnes possibles.

Nous sommes déjà des millions à travailler pour transformer le Monde dans lequel nous vivons. Malgré une forte opposition de la part de ceux qui souhaitent garder leur emprise, chacun est libre et possède le pouvoir d’opérer cette transformation. Agir localement et s’investir à plusieurs dans des actions concrètes est à la porté de n’importe qui. C’est à vous de trouver ce qui est juste et ce que vous devez faire.

 

Patrick Lesage


L’ARGENT EST UNE DETTE

Le système monétaire est au cœur de la crise financière et économique. Il est maintenant compréhensible par le grand public grâce au travail de Paul Grignon.

Lire la suite de cet article… »

Comments 13 commentaires »

Laura Magdalene Eisenhower et Dwight David Eisenhower

En février 2010, Laura Eisenhower révèle pour la première fois qu’elle a été invitée, en 2006 et 2007, à rejoindre la colonie clandestine US sur Mars. Elle écrit alors : « Mon arrière-grand-père, le Président Eisenhower («Ike»), qui fut aussi le général d’armée qui conduisit à la victoire les Forces Alliées contre Hitler, s’est battu contre la malfaisance des pouvoirs corrompus de la planète en endossant certains des scénarios les plus difficiles de notre histoire. En grandissant, j’ai eu le sentiment qu’il me fallait terminer cette bataille dont les racines sont très anciennes. Hitler est mort et les Nazis ont perdu leur pouvoir, mais pas ces entités – dont certaines sont des ET. Elles ont trouvé de nouveaux asiles et fait alliance avec des gens qui font partie de l’Élite Mondiale… ceux-là mêmes qui veulent gouverner par des tactiques de peur, par le contrôle et la suppression de Sophia [la sagesse], ou l’essence de la féminité divine. ».

(source : examiner.com)

Aujourd’hui, en ce début d’année 2011, dans une déclaration publique, lors d’une interview diffusée sur Exopolitics TV, Mme Eisenhower présente son point de vue original sur la façon dont la conscience unifiée éclairée – ce qu’elle appelle la conscience « Christ / Sophia » – sera le catalyseur d’une transformation globale majeure de notre époque.

Deux Eisenhower exposent le complexe militaro-industriel

Tout comme son arrière-grand-père le fit dans son discours de Farewell, le 17 janvier 1961, Laura Eisenhower offre une critique des effets destructeurs du complexe militaro-industriel sur notre planète, sur la société humaine, et sur notre place légitime dans l’univers.

httpv://www.youtube.com/watch?v=peep23d_coI » />httpv://www.youtube.com/watch?v=peep23d_coI » type= »application/x-shockwave-flash » allowfullscreen= »true » width= »480″ height= »385″>

 

Voici la traduction française d’une très longue déclaration publique de Laura Magdalene Eisenhower.
(50 ans jour pour jour après le légendaire discours au peuple américain de son arrière-grand-père à Farewell)
Déclaration faite le 17 Janvier 2011.

Laura Eisenhower écrit :

« Depuis que mon arrière-grand-père en a parlé pour la première fois, il y a cinquante ans aujourd’hui, le complexe militaro-industriel a prospéré sous le sceau officiel du secret d’État, et quand bien même y aurait-il quelque divulgation sur sa nature, celle-ci consisterait très probablement en une diversion qui ne révélerait jamais pleinement pourquoi cette culture du secret a prospéré, ni ce qui a été fait dans notre dos pendant toutes ces années. Quoi qu’il en soit, cette divulgation est inéluctable et se répand dans nos rangs, et si nous pouvons comprendre et intégrer d’autres vérités de valeur, nous serons protégés contre toute révélation utilisée pour introduire de faux concepts qui nous repousseraient dans les limbes de la mystification. Cinquante ans après l’avertissement du Président Eisenhower au peuple américain sur l’existence du complexe militaro-industriel, cette culture se prépare à divulguer les fruits de cette effarante entorse au bon sens depuis 50 ans, dont l’introduction de robots humains agissant comme des armes de guerre, et même une fausse guerre avec une race ET qui utilise la technologie holographique depuis des décennies. Même si nous assistons à certains aspects de l’émergence d’un agenda catastrophique, nous ne devons jamais oublier cette vérité : nous avons le choix de ne pas nous aventurer sur ce chemin. En fin de compte, tout ce que nous voyons se produire dans notre monde révèle la santé de tout l’ensemble en tant qu’extension de nous-mêmes, puisque nous sommes des extensions de nombreuses dimensions, dont nous rayonnons celles qui correspondent à notre fréquence vibratoire. Si nous ne faisons pas partie du problème, alors n’avons-nous pas à nous engager dans les batailles qui ont été préparées pour nous. J’ai la conviction que le Président Obama est un bon leader, mais quand même, nous ne voulons pas rester aveugles face à la réalité que l’on nous cache, et qu’on lui cache aussi peut-être. ». Lire la suite de cet article… »

Comments 4 commentaires »

http://interobjectif.net/wp-content/uploads/je_suis_un_etre_humain.flv

Je suis un être humain (2:20)

Un film de Carlos Chapman (25 ans, Périgueux) & Estelle Pesquier

Inspirés par le thème du héros, nous avons découvert le festival Nikon au début du mois de janvier. Nous avons traités le thème avec une grande simplicité, dans une tentative d’exprimer des choses profondes avec des images simples et symboliques. Depuis début 2010, nous utilisons un Nikon D300s avec des objectifs fixes (28mm, 35mm, 50mmm) pour la réalisation de nos court-métrages. Pour ce petit film c’est un objectif 50mm Nikkor qui ouvre à f1.8, mais en réalité il faut faire une conversion en multipliant par 50×1,5 = 80mm. Nous recherchons à véhiculer une sorte de poésie visuelle.

Bio : « Je suis un être humain » a été tourné en une journée, ensuite environ 8h de montage et postproduction. C’est trop peu. Nous l’avons réaliser si rapidement pour publier la vidéo au moins 3 jours avant la fin du concours, dont nous avons découvert l’existence au début du mois de janvier…

Crédits/Remerciements :

Scénario et réalisation : Carlos Chapman & Estelle Pesquier
Musique (libre de droits) : Komak
Avec la participation des familles Pesquier, Puybaraud, Trempil et Curat-Dop, ainsi que Marguerite Jorion.
Merci à Oriane Pesquier.

(27 Mo au format flv / mp4 – 1280 x 720)

(source: )

Comments 3 commentaires »

Afin de pouvoir payer l’hébergement annuel du site et du blog ainsi que le nom de domaine nous-les-dieux.org (120€ auprès de notre hébergeur suisse : infomaniak.ch), nous organisons, chaque année depuis maintenant 3 ans, une semaine avant l’échéance de notre contrat (le 1er février 2011, date du 4ème anniversaire du site), un appel à libre donation via Paypal :

Merci d’avance à tous les généreux donateurs de nous-les-dieux.org.

Comments 6 commentaires »

Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent. Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l’envoya auprès d’un Vieux Sage.

« Éclaire-moi sur le Sentier de la Vie », demanda le Prince.

« Mes paroles s’évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable. », répondit le Sage. « Cependant je veux bien te donner quelques indications. Sur ta route, tu trouveras 3 portes. Lis les préceptes indiqués sur chacune d’entre elles. Un besoin irrésistible te poussera à les suivre. Ne cherche pas à t’en détourner, car tu serais condamné à revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis t’en dire plus. Tu dois éprouver tout cela dans ton coeur et dans ta chair. Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi. »

 

Le Vieux Sage disparut et le Prince s’engagea sur le Chemin de la Vie. Il se trouva bientôt face à une grande porte sur laquelle on pouvait lire :

« CHANGE LE MONDE »

« C’était bien là mon intention », pensa le Prince, « car si certaines choses me plaisent dans ce monde, d’autres ne me conviennent pas. » Et il entama son premier combat. Son idéal, sa fougue et sa vigueur le poussèrent à se confronter au monde, à entreprendre, à conquérir, à modeler la réalité selon son désir. Il y trouva le plaisir et l’ivresse du conquérant, mais pas l’apaisement du coeur. Il réussit à changer certaines choses mais beaucoup d’autres lui résistèrent. Bien des années passèrent.

Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande : « Qu’as-tu appris sur le chemin ? »

« J’ai appris », répondit le Prince, « à discerner ce qui est en mon pouvoir et ce qui m’échappe, ce qui dépend de moi et ce qui n’en dépend pas. »

« C’est bien », dit le Vieil Homme, « utilises tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir. Oublie ce qui échappe à ton emprise. » Et il disparut.

Peu après, le Prince se trouva face à une seconde porte. On pouvait y lire :

« CHANGE LES AUTRES »

Lire la suite de cet article… »

Comments 7 commentaires »

Salut à vous jardiniers en herbe,

Suite aux évènements récents que nous pouvons observer partout dans le monde, je me suis vu dans l’obligation de lancer un article à ce sujet. La vérité éclate au grand jour et les lumières sont présentes dans l’esprit des gens.

Je compte sur vous pour observer, commenter, débattre, ou ne rien dire ; le choix est le vôtre.

Love U all


(source: “L'homme et ses symboles”, conçu et réalisé par C.G. Jung, Robert Laffont, 1964, page 83.
Cliquez sur l'image pour accéder à sa description.)


Comments 11 commentaires »

Crise systémique globale

2011 : L’année impitoyable, à la croisée des trois chemins du chaos mondial

- Communiqué public GEAB N°51 (15 janvier 2011) -

Ce numéro 51 du GEAB marque le cinquième anniversaire de la publication du Global Europe Anticipation Bulletin. Or, en Janvier 2006, à l’occasion du GEAB N°1, l’équipe de LEAP/E2020 indiquait à l’époque qu’une période de quatre à sept ans s’ouvrait qui serait caractérisée par la « Chute du Mur Dollar », phénomène analogue à celui de la chute du Mur de Berlin qui entraîna dans les années suivantes l’effondrement du bloc communiste, puis celui de l’URSS. Aujourd’hui, dans ce GEAB N°51 qui présente nos trente-deux anticipations pour l’année 2011, nous estimons que l’année à venir sera une année charnière dans ce processus s’étalant donc entre 2010 et 2013. Elle sera en tout état de cause une année impitoyable car elle va en effet marquer l’entrée dans la phase terminale du monde d’avant la crise (1).

Depuis Septembre 2008, moment où l’évidence de la nature globale et systémique de la crise s’est imposée à tous, les Etats-Unis, et derrière eux les pays occidentaux, se sont contentés de mesures palliatives qui n’ont fait que masquer les effets de sape de la crise sur les fondements du système international contemporain. 2011 va, selon notre équipe, marquer le moment crucial où d’une part ces mesures palliatives voient leur effet anesthésiant s’évanouir tandis que, au contraire, vont brutalement surgir au premier plan les conséquences de la dislocation systémique de ces dernières années (2).

En résumé, 2011 va être marquée par une série de chocs violents qui vont faire exploser les fausses protections mises en place depuis 2008 (3) et qui vont emporter un à un les « piliers » sur lesquels reposent depuis des décennies le « Mur Dollar ». Seuls les pays, collectivités, organisations et individus qui ont réellement entrepris depuis trois ans de tirer les leçons de la crise en cours pour s’éloigner au plus vite des modèles, valeurs et comportements d’avant la crise, traverseront cette année indemnes ; les autres vont être emportés dans le cortège de difficultés monétaires, financières, économiques, sociales et politiques que réserve 2011.

Ainsi, comme nous considérons que 2011 sera globalement l’année la plus chaotique depuis 2006, date du début de nos travaux sur la crise, notre équipe s’est concentrée dans le GEAB N°51 sur les 32 anticipations de l’année 2011, qui comportent également nombre de recommandations pour faire face aux chocs à venir. C’est ainsi une sorte de carte prévisionnelle des chocs financiers, monétaires, politiques, économiques et sociaux des douze prochains mois qu’offre ce numéro du GEAB.

Si notre équipe estime que 2011 sera l’année la plus terrible depuis 2006, date du début de notre travail d’anticipation de la crise systémique, c’est parce qu’elle est à la croisée des trois chemins du chaos mondial. Faute de traitement de fond des causes de la crise, depuis 2008 le monde n’a fait que reculer pour mieux sauter.

Un système international exsangue

Le premier chemin que la crise peut prendre pour générer un chaos mondial, c’est tout simplement un choc violent et imprévisible. L’état de délabrement du système international est désormais tellement avancé que sa cohésion est à la merci de toute catastrophe d’envergure (4). Il suffit de voir l’incapacité de la communauté internationale à efficacement aider Haïti depuis un an (5), des Etats-Unis à reconstruire la Nouvelle Orléans depuis six ans, de l’ONU à régler les problèmes du Darfour, de la Côte d’Ivoire depuis une décennie, des Etats-Unis à faire avancer la paix au Proche-Orient, de l’OTAN à battre les Talibans en Afghanistan, du Conseil de Sécurité à maîtriser les questions coréenne et iranienne, de l’Occident à stabiliser le Liban, du G20 à mettre fin à la crise mondiale qu’elle soit financière, alimentaire, économique, sociale, monétaire, … pour constater que sur l’ensemble de la palette des catastrophes climatiques et humanitaires, comme des crises économiques et sociales, le système international est désormais impuissant.

Lire la suite de cet article… »

Comments 6 commentaires »

Ne voir partout que des visages ternes, tristes, crispés, fermés, révoltés, eh bien, ce n’est pas un très beau spectacle !

Et même si on n’a aucune raison d’être triste ou malheureux, en les voyant, on est désagréablement influencé :
on rentre chez soi avec un malaise qu’on communique à toute la famille. Voilà la vie que les humains sont continuellement en train de se créer mutuellement…
Pourquoi ne font-ils pas toujours l’effort de présenter partout un visage ouvert, souriant, heureux ?

Ils ne savent pas comment vivre constamment cette vie poétique grâce à laquelle ils seront émerveillés les uns des autres.

 

La véritable poésie n’est pas dans la littérature, la véritable poésie est une qualité de vie intérieure.
Tout le monde aime la peinture, la musique, la danse, la sculpture, les arts…, alors pourquoi ne pas mettre sa vie intérieure en harmonie avec ces couleurs, ces rythmes, ces formes, ces mélodies ?

« C’est la poésie que l’on aime chez les êtres et que l’on cherche chez eux : quelque chose de léger, de lumineux, que l’on a besoin de regarder, de sentir, de respirer, quelque chose qui apaise, qui harmonise, qui inspire.
Mais beaucoup n’ont pas encore compris cela, ne s’en préoccupent pas, et même s’ils essaient d’améliorer leur apparence extérieure, leur vie intérieure ordinaire ne cesse de transparaître.
Alors, désormais, cessez d’abandonner la poésie aux poètes qui l’écrivent. C’est la vie qui doit être poétique. Eh oui, l’art nouveau, c’est d’apprendre à créer et à répandre la poésie tout autour de soi, à être chaleureux, expressif, lumineux, vivant ! »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

(source: prosveta.com)

Comments 5 commentaires »

Combien de gens sentent qu’ils ne sont pas sur le bon chemin : leur âme, leur conscience se révolte et ils décident de changer leur façon de vivre.
Ils y arrivent un peu pendant quelque temps, mais de nouveau ils se laissent égarer.

Alors, ils regrettent, ils prient, et ils prennent de nouvelles décisions, mais là encore, ça ne dure pas.
Il faut arriver à persévérer dans ses bonnes résolutions.
C’est pourquoi une collectivité, une fraternité est tellement nécessaire, parce qu’elles nous apportent les meilleures conditions pour nous maintenir sur le bon chemin et nous encourager quand on est fatigué et qu’on a envie de tout abandonner.

A moins de cas tout à fait exceptionnels, les humains ont besoin d’être soutenus, stimulés, car il y a toujours un moment ou un autre où leur ardeur faiblit.

Et c’est encore plus vrai dans le domaine spirituel.

Il vous faut donc trouver ce qui vous évitera de faire des folies, mais qui vous rendra toujours libre de vous lancer dans des entreprises bénéfiques, lumineuses ; c’est cela une véritable fraternité spirituelle.

« … Et du moment que vos actions sont bénéfiques et désintéressées, ayez confiance dans les lois divines : vos efforts seront récompensés, car ils sont enregistrés, classés et un jour, ils donneront des résultats. C’est sur ces lois qu’il faut compter : tout peut changer autour de vous, sauf ces lois. Ces lois seront toujours là pour vous envoyer exactement ce que vous méritez d’après la façon dont vous aurez travaillé. Ne comptez donc sur rien d’autre que votre travail. »
Omraam Mikhaël Aïvanhov

(source: prosveta.com)

Comments 3 commentaires »

Les Nombres, Lois de l’Univers : Fondement de la Théurgie

Par Alexandre Moryason


« L’Un naît du Multiple…
et le Multiple surgit de la dissolution de l’Un… »
Empédocle d’Agrigente (1)


SOMMAIRE :

  • Introduction
  • Comprendre « du Centre »
  • L’Être et sa manifestation : l’Un et le Multiple
  • Notes

  • • Introduction

    Le sujet a longuement été débattu au cours des siècles et sa complexité est bien mise en évidence par une seule question : pouvez-vous dire ce qu’est, par exemple, l’eau ? Elle fait partie de notre environnement connu. Alors, pouvez-vous dire exactement ce qu’est l’eau ? Vous répondrez :

    « L’eau est un liquide ; elle est rafraîchissante si on ne la fait pas bouillir ; elle a la capacité d’ôter les impuretés, de nettoyer, de dissoudre certaines substances ; le corps en a besoin, alors on la boit mais elle doit être douce et non salée comme celle de la mer… »

    Vous n’avez pas dit ce qu’« était » l’eau. Vous n’avez fait que décrire ses qualités. Poursuivant plus avant dans cette tentative, vous direz :

    « Les scientifiques disent que l’eau est un composé de deux molécules d’hydrogène pour une molécule d’oxygène. »

    Vous donnez une formule chimique (2) mais ne dites toujours pas ce qu’est l’eau en soi. Pour continuer cette investigation, précisez, alors, ce qu’est la pensée ou l’amour, le fait de pouvoir, pour un être humain, penser et aimer.

    Vous utiliserez des images et des sensations pour définir ce qu’est la pensée et l’amour ; vous en donnerez les différents contenus possibles ; au mieux, si vous le pouvez, vous élaborerez une formule mathématique représentant ce qu’est la pensée ou comparerez l’amour au champ d’une expansion magnétique. Mais la pensée ou l’amour, en eux-mêmes, vous ne pourrez pas plus les définir que vous n’avez pu définir l’eau… non pas parce que vous êtes stupide, mais parce qu’il est impossible, avec l’appareil mental actuel de l’homme, de le faire. Vous expérimenterez les effets de l’eau — agréables ou désagréables — comme vous vivrez les effets de l’amour et saurez que vous pensez. Mais qui aime en vous et qui sait en vous que vous pensez ? Le débat se complique et il ne peut en être autrement.

    Si donc nous sommes incapables de concevoir ce qu’est, en soi, l’eau, la pensée, l’amour — aucune formule chimique n’a pu déterminer la composante de la pensé ou de l’amour — et ce que nous sommes nous-mêmes, comment pourrions-nous exprimer, véritablement, sans altération possible, ce qu’est l’Immensité Universelle et le Concept le plus inaccessible que la formulation humaine nomme « Dieu » ?

    Vous utiliserez le même appareil mental pour tenter pareille formulation et vous direz : « Dieu est « comme » une chaleur dans le coeur, une paix « indescriptible », une immense Lumière, un ciel infini, une mer sans rivages, etc… »

    Intellectuellement (3), vous n’avez pu dire véritablement ce qu’est « Dieu » en Soi ; vous n’avez exprimé que Ses Qualités de même que vous n’avez pu dire ce qu’est l’eau ou l’amour ni ce que vous êtes vraiment vous-même.

    Or si vous ne pouvez rien dire de la réalité de quelque chose ou de quelque phénomène que vous expérimentez chaque jour, vous ne pourrez pas plus pénétrer la Réalité Divine.

    Cette impossibilité réside dans le fait que nous raisonnons en tant « qu’entité séparée » : il y a l’autre, « mon ami Jean, par exemple, et moi ; nous sommes deux ; lui et moi, ce n’est pas le même être ; quand Jean a mal aux dents, ce n’est pas moi qui souffre car lui a mal et moi, non… ; la table et moi sommes deux modes d’existence différents : la table est un objet hors de moi, hors de mon corps, et moi, je suis un être animé… »

    Autant de définitions qui se fondent sur une séparativité entre tout ce qui existe et nous ; effectivement, « la table et moi ne pouvons être confondus… Cette séparativité implique une distance, un espace séparateur : la table est ici — même à un mètre de moi, mais pas en moi — et moi, je suis là. Cet espace, exige, pour être parcouru, du temps : il me faut quelques secondes pour toucher la table parce que, effectivement, elle est à un mètre de mon corps… »

    Ce développement semblera bien simpliste à ceux qui s’attendent à aborder dans un tel chapitre des concepts d’une extrême abstraction, révélant, selon eux, tout « le sérieux » de la question. Mais qui ou quoi, en eux, est dans cette attente ? Leur intellect. Or, nous l’avons constaté, l’intellect humain ne peut « connaître » la réalité de quoi que ce soit ; il décrira seulement en son propre langage « les qualités » d’une réalité expérimentée (l’eau, l’amour, la pensée) et s’il est intègre, il reconnaîtra, qu’en vérité, il ne « connaît » rien. Même si nous commençons à savoir comment utiliser certaines choses — l’électricité ou certains composants chimiques de la matière dense — savons-nous ce que sont réellement l’électricité et la matière ?

    Fondé sur la « séparativité », l’intellect ne peut connaître la « réalité » de quoi que ce soit, la réalité de l’eau, de l’amour, de la pensée, de l’Univers et donc du concept de « Dieu ».

    C’est pourquoi l’Univers et le concept du Divin ont toujours été décrits au moyen d’images ou de symboles susceptibles d’éveiller en nous la possibilité d’une appréhension approximative, même indicible, de ce qu’ils sont. Toutefois, la meilleure approche en est donnée par les Mathématiques.

    Il ne s’agit pas des mathématiques « humaines », fondées sur les critères de la « logique », telle que l’intellect conçoit celle-ci — nous avons des élucubrations mathématiques qui s’effondrent à la moindre démonstration, tout aussi logique, de leurs contraires — mais des Véritables Mathématiques, celles qu’aucune démonstration opposée ne saurait détrôner.

    Ces Mathématiques, constituant « le fil d’Ariane » dans le labyrinthe de l’intellect, ont été qualifiées de « Divines » parce qu’elles contribuent à la Connaissance du concept de Dieu, de l’Univers et donc de ce que nous sommes. Ce sont celles que Pythagore apprit en Égypte, qu’il enseigna et qui permirent à la science de découvrir, beaucoup plus tard, certaines facettes de la réalité qui nous entoure. Ce « Fil » est « la Loi des Nombres », Loi révélant la Base sur laquelle s’agencent toutes les Forces Universelles. Ceci sera vrai non seulement pour comprendre la réalité du monde physique et plus subtil, mais aussi et surtout, en ce qui nous concerne, pour savoir si une pratique dite « théurgique » est véritablement telle : si c’est bien l’Œuvre Divine qui est mise en activité et non pas une aberration intellectuelle, toute logique en apparence, mais aberration, cependant, menant à un désordre des forces en soi et autour de soi.

    Ce sont ces Mathématiques que révèlent également l’Arbre de Vie Kabbalistique, leur adjoignant des images, des symboles, afin d’expliquer l’Infini à ce qui est fini — l’intellect — et permettant à l’être humain d’appliquer concrètement ce Savoir pour transmuter ses limites.

    Ce mode de raisonnement et l’application de la Connaissance dans la vie quotidienne provoqueront l’éveil progressif en l’homme du véritable « appareil captateur » de la Connaissance (4), lequel, ignorant la séparativité, se révélera être Celui Qui Connaît. Et il sera tel, parce qu’il fonctionnera « au coeur » de toute chose, « au centre ». Cette « centralité » de l’être engendrera l’union du Connaisseur (vous, qui voulez connaître) et l’objet de la Connaissance (chaque chose, l’eau, l’amour, la pensée, vous-même, l’Univers et le concept de Dieu) et fera véritablement savoir que c’est seulement au Centre que l’on devient le Tout.

    Par cette Connaissance le chercheur saura alors que les livres lui ont seulement ouvert le Chemin mais qu’ils n’ont jamais pu lui communiquer l’expérience de l’Essence de l’Univers et de la Divinité.

    En conséquence, cet ouvrage (5) espère contribuer, comme le font tant d’autres, à l’ouverture du Chemin en proposant une représentation symbolique de l’Univers et du concept Divin mais il ne saurait prétendre décrire véritablement ce qui est.


    • Comprendre « du Centre »


    · La Leçon de l’Égyptien

    Lire la suite de cet article… »

    Comments Un commentaire »

    Vous ne pourrez rien trouver à l’extérieur de vous que vous n’ayez trouvé en vous. Car même ce que vous trouvez extérieurement, si vous ne l’avez pas déjà trouvé intérieurement, vous passerez sans le voir.

    Plus vous aurez découvert l’amour, la sagesse, la beauté intérieurement, plus vous les découvrirez autour de vous. C’est une loi.

    Vous pensez que si vous ne voyez pas certaines choses, c’est qu’elles n’y sont pas. Si, elles y sont, et si vous ne les voyez pas, c’est parce qu’il faut les développer encore plus en vous.

    Le monde extérieur n’est fait que des reflets du monde intérieur, donc ne vous faites pas d’illusion, vous ne trouverez jamais la richesse, la paix, le bonheur extérieurement si vous n’avez pas d’abord fait le travail de les trouver intérieurement.



    « C’est toutes les cellules de leur corps, toutes les particules de leur être physique et psychique que les êtres humains doivent faire vivre d’après les lois de la paix et l’harmonie afin d’émaner cette paix pour laquelle ils veulent tellement travailler.
    La paix, l’homme doit d’abord l’installer en lui-même dans ses actes, ses sentiments, ses pensées et ne plus alimenter la guerre en lui, en luttant sans cesse intérieurement contre une chose ou une autre. C’est à ce moment-là qu’il travaille véritablement pour la paix. »

    Omraam Mikhaël Aïvanhov

    (source: prosveta.com)

    Comments 2 commentaires »

    Combien d’appareils, d’ustensiles, d’objets de toutes sortes avez-vous à utiliser chaque jour ! Et la plupart du temps, vous les manipulez de façon distraite, ou même en les bousculant, en les malmenant.

    Pourquoi ne les prenez-vous pas consciemment et avec amour ?

    Même si vous n’acceptez pas l’idée que la manière dont vous vous servez des objets peut agir sur eux de façon nocive ou bénéfique, vous êtes obligé d’admettre qu’elle agit en tout cas sur vous.
    Faites l’expérience, et vous verrez que bousculer les objets ne produit pas les mêmes effets que se servir d’eux avec maîtrise et amour.

    Quoi qu’on fasse, il faut apprendre à le faire en essayant d’introduire dans ses gestes quelque chose de meilleur, de plus spirituel.

    « C’est pendant les repas qu’il faut commencer à apprendre le contrôle, la maîtrise.
    Il y a des jours où vous êtes énervé, alors prenez les repas comme une occasion magnifique de vous calmer. Vous faites attention à vos gestes, vous mâchez la nourriture lentement, et quelques minutes après vous sentez que votre nervosité disparaît. Alors, exercez-vous à manger sans faire aucun bruit.
    Ainsi, par exemple, vous aurez l’occasion de développer votre amour, votre intelligence et votre volonté chaque fois que vous voudrez vous servir des objets qui sont sur la table : essayez de les prendre sans les heurter, sans rien bousculer à côté, ce sera l’occasion de faire preuve d’attention, d’adresse, de concentration, de prévoyance… c’est formidable ce qu’on peut gagner pendant les repas !
    Rien qu’en regardant quelqu’un manger, sa façon de toucher les objets, de les saisir brutalement ou sans les tenir assez solidement, vous pouvez tirer des conclusions pour son avenir. »

    Omraam Mikhaël Aïvanhov

    (source: prosveta.com)

    Comments Un commentaire »

    Vous dites que vous faites des efforts pour vous transformer et que vous n’y arrivez pas, que toutes vos bonnes résolutions ne servent à rien ?

    Ne vous découragez pas, les transformations profondes ne se font pas tout de suite, il faut du temps.
    Si vous maintenez vos bonnes résolutions sans cesse présentes dans votre tête, tôt ou tard, vous finirez par agir comme vous le désirez.

    Regardez un serpent : lorsqu’il veut se faufiler dans un trou, il commence par y introduire sa tête et quelque soit la longueur de son corps, la queue est finalement obligée de suivre.

    Comme il avance en sinusoïde, sa queue peut donner l’impression d’aller en sens inverse de la tête, mais en réalité, elle finit toujours par passer là où la tête est passée; elles ne sont pas séparées, et la queue suit toujours la tête.

    Symboliquement, la tête représente la faculté de réfléchir, de prendre telle ou telle orientation, et obligatoirement le reste du corps, c’est-à-dire l’exécution, l’application suit.

    Voilà l’avantage de chercher toujours à penser juste; même si maintenant, vous n’agissez pas en accord avec vos idées, en insistant, en continuant à maintenir au moins une bonne attitude mentale, vous finirez par entraîner toutes les forces de résistance en vous et par agir comme l’esprit l’a dicté.

    « On n’a pas encore saisi l’importance d’une bonne philosophie.
    Beaucoup s’imaginent qu’ils peuvent laisser n’importe quelles idées dans leur tête sans que leur comportement en soit changé. Non, ils n’ont pas encore compris que la queue suit la tête !
    Alors, faites attention, chacun doit surveiller chaque jour les pensées qu’il laisse entrer dans sa tête : si elles sont anarchiques ou immorales, un jour ou l’autre, sa conduite sera aussi anarchique ou immorale.
    Et comme la loi est véridique pour le mal comme pour le bien, si vos pensées sont joyeuses et lumineuses, votre attitude deviendra inévitablement joyeuse et lumineuse. »

    Omraam Mikhaël Aïvanhov

    (source: prosveta.com)

    Comments 9 commentaires »

    Un vidéo-clip Énnoooorme !!!
    Le meilleur morceau du meilleur album des « Hilight Tribe » !

    Des percussions hallucinantes, un mélange de « Teckno-Trance » et de rythmes tribaux (percus, didgeridoo, …) accompagnés d’instruments plus comtemporains (guitare electrique, batterie). Ambiance « Danse autour d’un feu », jonglage enflammé et atmosphère Mystik…

    http://interobjectif.net/wp-content/uploads/hilight_tribe-free_tibet.mp4

    Free Tibet (4:06)


    Extrait de l’album :

    Love Medecine and Natural Trance (2002) par les Hilight Tribe

    Comments 7 commentaires »

    Bienvenue sur le blog de nous-les-dieux.org

    (ouverture officielle vendredi 7 janvier 2011 à minuit)

    Vos idées, suggestions, propositions, remarques, …, sont les bienvenues en commentaires ci-dessous.

    Comments 9 commentaires »

    Si la main est un moyen d’entrer en relation avec les êtres humains, elle est aussi un moyen d’entrer en relation avec la nature.

    C’est pourquoi dès que vous ouvrez votre fenêtre ou votre porte le matin, saluez toute la nature, le ciel, les étoiles, les arbres, les lacs, les étoiles …

    Vous demandez : « A quoi ça sert ? … »

    A être tout de suite lié à la source de la vie.
    Oui, car la nature nous répond.

    Quand vous passez près d’un lac, d’une montagne, d’une forêt, saluez-les, parlez-leur… quand vous sortez le matin, saluez toute la nature et les anges des quatre éléments, les anges de l’air, de la terre, de l’eau et du feu, et même les gnomes, les ondines, les sylphes, les salamandres. Et aux arbres, aux pierres, au vent, dites aussi : « Salut ! Salut ! »

    Essayez, faites-le et vous sentirez intérieurement quelque chose qui s’équilibre, qui s’harmonise : beaucoup d’obscurités et d’incompréhensions vous quitteront, tout simplement parce que vous aurez décidé de saluer la nature vivante et les créatures qui l’habitent.

    Le jour où vous saurez entretenir des liens vivants avec toute la nature, vous sentirez la vraie vie entrer en vous.

    « Quand vous allez dans la nature, il faut avoir conscience de la présence de tous les esprits qui la peuplent et qui existaient bien avant notre apparition sur la terre. Ii est bon de se lier à eux, de leur parler, de s’emerveiller devant la beauté du travail qu’ils accomplissent sous la terre et sur la terre, dans l’eau, dans l’air… à ce moment-là, ils sont heureux, ils se prennent d’amitié pour vous, vous sourient, vous donnent des cadeaux : la vitalité, la joie, l’inspiration poétique, et même la clairvoyance… »
    Omraam Mikhaël Aïvanhov

    (source: prosveta.com)

    Comments 13 commentaires »

    C’est une loi, on finit toujours par ressembler aux êtres et aux choses que l’on aime et admire.

    De la même façon, si vous vous habituez à regarder le Soleil en vous émerveillant de sa générosité, de sa puissance, de toute cette vie qui jaillit, vous sentez peu à peu des transformations se produire en vous, comme si vous receviez quelque chose de sa lumière, de sa chaleur et de sa vie.

    Le Soleil est une image de la perfection, et si vous le prenez comme modèle, c’est là que vous allez vraiment vous transformer.

    Avec le Soleil, vous avez l’image d’un être rayonnant, généreux, et vous êtes influencé.

    Le contact de sa chaleur et sa lumière ne peut que vous inspirer des sentiments plus fraternels à l’égard des autres : générosité, bonté, patience.

     

    « Prenez le Soleil pour modèle. Au cours de la journée, analysez-vous en vous demandant : ̏ Est-ce que je suis en train de rayonner et de propager la lumière ? Est-ce que je suis en train de réchauffer et dilater le cœur des créatures ? Est-ce que je leur apporte la vie ? ̋
    Oui, à chaque moment de la journée, posez-vous la question, car vous avez là la clé de votre perfectionnement.
    Le désir seulement de les acquérir vous projettera dans les régions célestes, vous pourrez faire des merveilles, et recevoir des cadeaux extraordinaires ! »

    Omraam Mikhaël Aïvanhov

    (source: prosveta.com)

    Comments Un commentaire »

    Les humains ont su perfectionner d’innombrables appareils pour se protéger et se défendre dans le plan physique : regardez les coffres, les verrous, les portes blindés, les alarmes, sans parler des armes … mais dans le plan spirituel, ils restent pauvres, démunis, exposés à toutes les agressions. Et pourtant, des moyens, des armes, il en existe de toutes sortes.

    Tout ce qui a été inventé dans le plan physique a son équivalent dans le plan spirituel.
    Les vêtements, par exemple, qui nous protègent du froid, de la chaleur, des chocs, des intempéries, des insectes sont, dans le plan spirituel, représentés par l’aura qui est l’une des protections les meilleures.

    Le véritable vêtement de l’homme, c’est son aura, avec toutes les couleurs qui représentent ses qualités et ses vertus.
    Oui, l’aura est le vêtement spirituel que vous tissent les vertus, et particulièrement la pureté et la lumière intérieures.

    L’aura a un rôle magique, elle agit sur les forces du mondes invisible, attirent les entités lumineuses et repoussent les entités ténébreuses.

    « Une aura en bon état est la meilleure protection. Les bouleversements qui se produisent sur la terre ne peuvent nous atteindre si nous avons une aura pure, lumineuse et puissante, car elle est comme une barrière qui s’oppose aux mauvais courants et aux troubles de toutes sortes.
    Entouré d’une telle aura, vous gardez votre amour et votre courage parce que vous vous sentez habité par une lumière intérieure grâce à laquelle vous pouvez aussi aider les autres.
    Chaque jour, pensez à former autour de vous un cercle de lumière, et imaginez au centre de ce cercle une source lumineuse qui jaillit sans cesse et dont les ondes bénéfiques se répandent sur vous et autour de vous. »

    Omraam Mikhaël Aïvanhov

    (source: prosveta.com)

    Comments Pas de commentaire »

    Le plus grand secret pour pouvoir maintenir notre activité dans les meilleures conditions, c’est d’apprendre à toujours travailler avec amour.
    Car c’est l’amour qui renforce, qui vivifie, qui ressuscite.
    Quand on n’a pas cet amour et que l’on considère son travail seulement comme un gagne-pain, cela ne donne pas de bons résultats.

    Bien sûr, on gagne quelque argent, mais on perd sa joie, son enthousiasme, on devient irritable et la santé s’abîme.
    Travaillez pendant des heures avec amour, et vous ne sentirez pas la fatigue ; mais travaillez à peine quelques minutes sans amour, dans la colère ou la révolte, tout se bloquera au-dedans et vous serez sans force.

    Il faut comprendre l’efficacité, la puissance de l’amour.

     

    Tout ce que vous faites, faites-le avec amour, ou alors ne le faites pas !

    Combien de gens se demandent comment devenir infatigables !
    Le secret, c’est d’aimer ce que l’on fait, car l’amour réveille toutes les énergies.

    « Il y a plusieurs attitudes possibles vis-à-vis de l’amour : on peut le manger, on peut le boire, on peut le respirer, et on peut aussi vivre en lui.
    Celui qui vit dans l’amour, dans le côté subtil et éthérique de l’amour, il le possède comme lumière dans l’esprit, comme chaleur dans le cœur, et il peut répandre cette lumière et cette chaleur sur tous les êtres qui l’entourent.
    Celui qui vit dans cet amour possède la plénitude. »

    Omraam Mikhaël Aïvanhov

    (source: prosveta.com)

    Comments Pas de commentaire »

    Il est très important que vous sachiez dans quel but vous travaillez et pour qui, car suivant le cas, vos énergies prennent telle ou telle direction.

    Si vous consacrez votre vie à un but sublime, elle va s’enrichir, augmenter en force et en intensité ; c’est exactement comme un capital que vous allez faire fructifier : vous placez ce capital dans une banque céleste, et alors au lieu d’être gâché, gaspillé, il augmente et vous êtes plus riche.

    Et comme vous êtes plus riche, vous avez la possibilité de mieux vous instruire, de mieux travailler.

    Et vous vous renforcez, car de nouveaux éléments plus purs, plus lumineux, viennent sans cesse s’engouffrer en vous pour remplacer ce que vous avez perdu.

    « Savez-vous pourquoi les pierres précieuses sont tellement aimées, appréciées ?
    À cause de la lumière. Oui, elles vibrent si bien en harmonie avec les forces de la nature qu’elles sont devenues, transparentes, elles laissent passer la lumière et la font apparaître dans toutes ses nuances. Le disciple de la nouvelle vie est aussi une pierre précieuse: il a compris que pour devenir beau et rayonnant, il doit laisser le Seigneur, la lumière, habiter en lui, passer à travers lui, jusqu’à ce que son corps physique lui-même puisse devenir lumière…
    … Quand l’homme travaille longtemps, consciemment, avec la foi, l’espérance, l’amour, son corps physique est tellement sublimé, tellement purifié, toutes ses particules vibrent avec une telle intensité, qu’à ce moment-là, la transfiguration est possible pour lui comme elle a été possible pour Jésus. »

    Omraam Mikhaël Aïvanhov

    (source: prosveta.com)

    Comments Un commentaire »

    Accélérez votre navigation sur ce site en utilisant :
    Google Chrome
    Le navigateur internet rapide et novateur !