La lumière, les sons, les couleurs, n’existent pas en dehors de notre cerveau, seule l’énergie existe réellement !!!

Bien qu’il soit prouvé scientifiquement que nos cinq sens se forment à l’intérieur de notre cerveau, nombreux sont ceux qui prétendent que les originaux des images que nous voyons existent en dehors de celui-ci. Ils ne seront cependant jamais capables de prouver leurs dires car malgré ce qu’ils avancent, la lumière, les sons et les couleurs n’existent pas en dehors de notre esprit. La lumière existe uniquement à l’extérieur sous forme d’ondes d’énergie et de paquets d’énergie et nous ne devenons conscients de celle-ci que lorsqu’elle atteint la rétine. De même les sonorités sont des ondes d’énergie qui, lorsqu’elle atteignent nos oreilles et sont ensuite transmises à notre cerveau, forme le son que nous percevons. A l’extérieur de notre cerveau, les couleurs n’existent pas non plus, ce ne sont que des ondes d’énergie de puissance et de force différentes converties en couleurs à travers les cellules des yeux et du cerveau.

La découverte la plus importante révélée par la physique quantique et qui laisse les matérialistes sans voix est le fait que la matière est principalement de l’espace vide (à 99.9999999% pour être un peu plus précis). Pendant deux mille ans, on a cru que les atomes étaient des balles minuscules de matière solide – un modèle clairement tiré de l’expérience quotidienne. Ensuite, à mesure que les physiciens découvraient que les atomes étaient composés de particules subatomiques plus élémentaires (électrons, protons, neutrons, etc.), le modèle bascula vers un noyau central entouré d’électrons en orbite – encore une fois un modèle basé sur l’expérience. Un atome est un espace cohérent d’à peine un milliardième de centimètre de diamètre, mais les particules subatomiques le composant sont cent mille fois plus petites encore.

Imaginez le noyau d’un atome grossi à la taille d’un grain de riz. La périphérie de ce même atome aurait la taille d’un stade de foot et les électrons seraient d’autres grains de riz volant dans les tribunes à la vitesse de la lumière.

Avec l’avènement de la théorie quantique, il fut découvert que même ces infimes particules subatomiques étaient elles-mêmes loin d’être solides. En fait, elles ne sont pas vraiment de la matière – ou tout du moins pas de la matière telle que nous la connaissons. Elles ne peuvent pas être épinglées et mesurées précisément. Elles sont comme des nuages flous d’existences potentielles sans localisation définie et semblent finalement être plus des ondes que des particules.

Tandis que certains continuent de prétendre que ce qu’ils voient existe à l’extérieur, la science nous montre qu’au-delà des confins du cerveau, il n’existe que des ondes et des paquets d’énergie. Au-delà de la concience que nous en avons, il n’y a réellement ni lumière, ni son, ni couleurs dans l’univers. En outre, les atomes et les particules subatomiques formant les matériaux ne sont en réalité que des groupes d’énergie plus subtile que solide. Bien que beaucoup croient en son existence concrète la matière est en fait principalement constituée d’espace et donc de vide.

En réalité, la matière telle que nous la concevons est l’autre nom de l’illusion !


Auteur: LeSurHumain

2 commentaires pour “La matière, l’autre nom de l’illusion !”
  1. spot dit :

    Bonjour surhumain,
    Et merci pour votre article bien ficelé ;.oui il m’apparaît à moi aussi, que l’on perçoit du rêve qui parfois tourne au cauchemar, mais cela n’est peut-être, que le fait d’une illusion, mais l’illusion c’est quoi, et où cela commence, difficile d’en déterminer la source quand on est complètement immergé.
    Dans sa substance, nous sommes solubles comme du « pastaga » dans de l’eau. Quelle est l’inertie qui la propage, on peut imaginer une sorte de rêve qui s’autohypnose sans fin, un « Chat de Schrödinger » qui se mord la queue ?
    On peut aussi imaginer que notre réalité, est un laboratoire, où une intelligence qui a une satanée longueur d’avance, expertise la nature de la conscience, et de ses différents supports.
    Les physiciens qui chatouillent cette nouvelle exploration environnementale, emploient les termes de régions d’influence non matérielles, de champs à résonances morphiques, de fonction d’ondes, des vecteurs informationnels, quel sens peut-on donner à la pauvreté de ces mots ?
    Pour ma part, je me permets d’évoquer le terme de « bouillie adipeuse », elle serait à la base de notre perception, mais cette information est malléable à souhait.
    Elle peut se métamorphoser, en illusion, qui devient de facto, de la désinformation.
    Alors j’ai du mal à imaginer à l’intégrité de notre conscience cognitive, même si elle est complice à son insu de cette réalité qui n’en est pas une.

  2. Lucky dit :

    Merci beaucoup pour votre contribution à éclairer l’humanité sur les « secrets de l’univers » !
    C’est vraiment fantastique !!

    Bonne continuation. 

  3.  
Faire un commentaire

Cocher cette case pour être averti par mél des commentaires à venir.
(vous pouvez aussi être averti par mél des commentaires à venir sans commenter)


Accélérez votre navigation sur ce site en utilisant :
Google Chrome
Le navigateur internet rapide et novateur !