783 millions de personnes, soit 11 % de la population mondiale n’a pas encore accès à l’eau potable. Pour son dernier film, LA SOIF DU MONDE, Yann Arthus-Bertrand revient sur la consommation d’eau dans le monde et est allé à la rencontre de femmes et d’hommes qui agissent au quotidien. En ce début du XXI° siècle, le développement rapide de pays à forte population, la détérioration de l’environnement, les changements climatiques, menacent l’approvisionnement en eau et donc les ressources alimentaires mondiales. L’homme sera-t-il capable de nourrir la planète tout en préservant la nature ?

http://nous-les-dieux.org/VIDEOS/la-soif-du-monde.flv

Après HOME et la série Vu du Ciel, le film documentaire de 90 minutes LA SOIF DU MONDE de Yann Arthus-Bertrand, réalisé par Thierry Piantanida et Baptiste Rouget-Luchaire propose un nouveau voyage autour de la terre.

Yann Arthus-Bertrand commence son film avec un constat sans appel : « Moi, à Paris, qui croyais consommer quelques dizaines de litres d’eau par jour, j’ai appris que j’en consommais près de 5.000 litres. »  Puis les chiffres s’amoncellent à l’écran : « 1.000 litres d’eau pour 1 kilo de pommes, 3.400 litres pour un kilo de riz, 11.000 litres pour un jean, 15.000 litres pour 1 kilo de bœuf, etc… »

Cette fois-ci le célèbre photographe s’intéresse à l’un des enjeux majeurs pour la survie des populations : l’EAU. Aujourd’hui, dans un contexte de forte croissance de la demande, d’augmentation de la population mondiale et d’aggravation des effets des dérèglements climatiques, l’eau est devenue l’une des plus précieuses richesses naturelles de notre planète Fidèle à la réputation de Yann Arthus-Bertrand, LA SOIF DU MONDE, tourné dans une vingtaine de pays, révèle le monde mystérieux et fascinant de l’eau douce grâce à de spectaculaires images aériennes tournées dans des régions difficiles d’accès et rarement filmées, tel que le Soudan du Sud ou le nord du Congo ; découvertes aussi des plus beaux paysages de notre planète, lacs, fleuves, marais, dessinés par l’eau.

LA SOIF DU MONDE fait donc le pari de confronter la fameuse vision aérienne du monde de Yann Arthus-Bertrand avec la dure réalité quotidienne de tous ceux qui sont privés d’eau, en meurent parfois et se battent sur le terrain pour se procurer l’eau, l’épurer ou l’apporter à ceux qui en manquent.

Le film est tissé de rencontres. Un berger du nord Kenya nous dit dans les yeux qu’il a tué pour de l’eau et qu’il le fera encore. Des femmes dansent lorsque l’eau arrive enfin dans leur village. Une ambassadrice des Nations Unies atypique explique son combat pour que les gouvernements s’engagent eux aussi pour permettre l’accès à l’eau et aux techniques les plus modernes d’épuration, garantes de la survie et de la santé des populations les plus pauvres.

Des reportages réalisés en Europe, en Afrique, en Asie, en Amérique, donnent la parole à ceux qui s’engagent et innovent, afin d’apporter l’eau où elle manque, l’utiliser plus intelligemment, l’épurer ou mieux encore cesser de la polluer.

Des personnalités attachantes, reconnues internationalement ou simples acteurs de terrain, illuminent le film de leur énergie, de leur imagination et de leur enthousiasme…
Car l’accès à l’eau potable est plus que jamais le grand enjeu de demain.

« Serons-nous capables d’imaginer une nouvelle culture de l’eau ? »
(Yann Arthus-Bertrand)

5 commentaires pour “« La soif du monde » de Yann Arthus-Bertrand”
  1. [...] Yann Arthus-Bertrand commence son film avec un constat sans appel : « Moi, à Paris, qui croyais consommer quelques dizaines de litres d’eau par jour, j’ai appris que j’en consommais près de 5.000 litres. » Puis les chiffres s’amoncellent à l’écran : « 1.000 litres d’eau pour 1 kilo de pommes, 3.400 litres pour un kilo de riz, 11.000 litres pour un jean, 15.000 litres pour 1 kilo de bœuf, etc… »  [...]

  2. BENNIS dit :

    Bonjour,

    Allah a dit dans le Coran -- Sourate 21, verset 30 :
    « Ceux qui ont mécru, n’ont-ils pas vu que les cieux et la terre formaient une masse compacte ? Ensuite Nous les avons séparés et fait de l’eau toute chose vivante. Ne croiront-ils donc pas ? (الأنبياء: 30) »

    IL a aussi dit dans la sourate 41, verset 53 :
    « Nous leur montrerons Nos signes dans l’univers et en eux-mêmes, jusqu’à ce qu’il leur devienne évident que c’est cela (le Coran), la vérité. Ne suffit-il pas que ton Seigneur soit témoin de toute chose ? (فصلت: 53) »

  3. CHRISTY VESSEREAU dit :

    Merci, pour la Terre et tout ce que vous faites pour ouvrir les esprits et les coeurs.
    Je partage toutes ces infos, ces films, merci YANN ARTHUS BERTRAND, on vous aime….

  4. gus de nantes dit :

    Merci pour le partage,

    Le richissime St Arthus vient nous faire part de sa dernière leçon, comme c’est bienveillant de sa part.
    Aura-t-il le courage de lire le livre d’Hervé Kempf : « Comment les riches détruisent la planète » ?
    Puis de nous faire un vibrant reportage de qualité pour dénoncer les vrais décideurs, et les mentors du dogme, qui sont responsables de cette catastrophe.

    Moi, l’humble artisan au RSA, je fais attention à chacune de mes consommations, depuis plus de dix ans maintenant, est-ce que mon travail a eu le moindre impact ??? Je ne sais pas, et d’ailleurs c’est sans importance.
    Je voulais juste dire que les responsables ne sont pas forcément à chercher chez les humbles, qui font où et comment ont leur dit de faire. Une loi peut interdire de faire son caca dans l’eau potable, de passer au toilettes sèche avec sacs en plastique bio pour ramasser, et de construire des fermes géantes pour composter et trier, si c’est possible, tout les polluants contenus dans nos selles. :grin:

    Allez, je fais un effort, encore un pour la planète, pendant que nos chères têtes pensantes, et bien pensantes, nous font la leçon, j’agis dans la modeste misère pleine de lumière…

  5. Jacques C. dit :

    Merci pour ce voyage autour de notre planète qu’on ne finit pas de découvrir.

    L’eau, comme les autres éléments, apporte son indispensable contribution à notre vie.
    Déjà, notre corps en est constitué d’environ 75%.

    Il est encourageant de voir que les nations-unies ont réussies à obtenir un droit à cette richesse si naturelle.

    A quand le bon sens retrouvé dans la conscience de tous les humains ?

  6.  
Faire un commentaire

Cocher cette case pour être averti par mél des commentaires à venir.
(vous pouvez aussi être averti par mél des commentaires à venir sans commenter)


Accélérez votre navigation sur ce site en utilisant :
Google Chrome
Le navigateur internet rapide et novateur !