Libre Expression Imprimer cette page Recommander cette page par mél

Voici l’endroit pour s’exprimer LIBREMENT !
(pour ne pas « polluer » inutilement les articles avec des propos « hors-sujet »)

Sous-pages de la rubrique « Libre Expression » : ArtsFilmsHumourLivresMusiquePoésie | …

36 commentaires pour “Libre Expression”
  1. dit :

    Bonjour à tous !

    Juste envie de poster une petite page de réconfort pour coeurdelumière !
    Et aussi une occasion de faire un coucou ! De coeur à coeur !

    UCEM~LEÇON 129 – Au-delà de ce monde, il y a un monde que je veux.

    In Les leçons et l’InspirationUCEMUCEM~LEÇON 129 – Au-delà de ce monde, il y a un monde que je veux.Un Cours en Miracles on mai 8, 2010 at 11:57

    9 mai ~ autres-mondes

    LEÇON 129

    Au-delà de ce monde, il y a un monde que je veux.

    1. Voilà la pensée qui suit de celle que nous avons pratiquée hier. 2 Tu ne peux pas arrêter à l’idée que le monde est sans valeur, car à moins de voir qu’il y a quelque chose d’autre à espérer, tu ne pourras qu’être déprimé. 3 L’important pour nous n’est pas de renoncer au monde mais de l’échanger contre ce qui est bien plus satisfaisant, rempli de joie et capable de t’offrir la paix. 4 Penses-tu que ce monde puisse t’offrir cela ?

    2. Peut-être vaudrait-il la peine de passer quelque temps à réfléchir encore une fois à la valeur de ce monde. 2 Tu concèderas peut-être que ce n’est pas une perte de lâcher prise de toute pensée de valeur ici. 3 Le monde que tu vois est certes sans merci, instable, cruel, insoucieux de toi, prompt à la vengeance et d’une haine impitoyable. 4 Il ne donne que pour révoquer et il t’enlève toutes les choses que tu as chéries pendant un moment. 5 On n’y trouve aucun amour durable, car il n’y en a pas ici. 6 Ce monde est le monde du temps, où toutes choses ont une fin.

    3. Est-ce une perte de trouver à la place un monde où perdre est impossible; où l’amour dure à jamais, où la haine ne peut exister et où la vengeance n’a pas de signification ? 2 Est-ce une perte de trouver toutes les choses que tu veux réellement et de connaître qu’elles n’ont pas de fin et qu’elles resteront exactement telles que tu les veux tout le temps ? 3 Or même elles seront finalement échangées contre ce dont nous ne pouvons parler, car de là tu vas là où les mots manquent entièrement, dans un silence où le langage est muet mais certainement compris.

    4. La communication, non ambiguë et claire comme le jour, reste illimitée pour toute l’éternité. 2 Et Dieu Lui-même parle à Son Fils, comme Son Fils Lui parle.Leur langue n’a pas de mots, car ce qu’Ils disent ne peut pas être symbolisé. 4Leur connaissance est directe, entièrement partagée et entièrement une. 5Combien tu es loin de cela, toi qui restes lié à ce monde. 6 Et pourtant combien tu en es proche, quand tu l’échanges contre le monde que tu veux.

    5. Maintenant le dernier pas est certain; maintenant tu te tiens à un instant de distance de l’intemporel. 2 Ici tu ne peux regarder qu’en avant et jamais en arrière pour voir à nouveau le monde que tu ne veux pas. 3 Voici le monde qui vient prendre sa place, comme tu délies ton esprit des petites choses que le monde présente pour te garder prisonnier. 4 Ne leur accorde pas de valeur, et elles disparaîtront. 5 Estime-les, et elles te sembleront réelles.

    6. Tel est le choix. 2 Quel perte peut-il y avoir pour toi à choisir de ne pas estimer le néant ? 3 Ce monde ne contient rien que tu veuilles réellement, mais ce que tu choisis à la place, tu le veux assurément ! 4 Laisse cela t’être donné aujourd’hui. 5 Cela attend seulement que tu le choisisses, pour prendre la place de toutes les choses que tu cherches mais ne veux pas.

    7. Exerce ton désir à faire ce changement dix minutes le matin et dix minutes le soir, et une autre fois entre les deux. 2 Commence par ceci :

    Au-delà de ce monde, il y a un monde que je veux.

    Je choisis de voir ce monde-là au lieu de celui-ci, car il n’y a rien ici que je veuille réellement.

    5 Puis ferme les yeux sur le monde que tu vois, et dans l’obscurité silencieuse regarde les lumières qui ne sont pas de ce monde s’allumer une à une, jusqu’à ce que là où l’une commence et l’autre finit ait perdu toute signification, comme elles se fondent en une.

    8. Aujourd’hui les lumières du Ciel se penchent vers toi, pour luire sur tes paupières tandis que tu reposes au-delà du monde des ténèbres. 2 Voilà une lumière que tes yeux ne peuvent contempler. 3 Or ton esprit peut la voir nettement, et peut comprendre. 4 Un jour de grâce t’est donné aujourd’hui, et nous en sommes reconnaissants. 5 Aujourd’hui nous nous rendons compte que ce que tu craignais de perdre n’était que la perte.

    9. Maintenant nous comprenons qu’il n’y a pas de perte. 2 Car nous avons vu enfin son opposé et nous sommes reconnaissants de ce que le choix est fait. 3 À chaque heure souviens-toi de ta décision, et prends un moment pour confirmer ton choix en mettant de côté toute pensée qui te vient et en t’attardant brièvement seulement sur ceci :

    Le monde que je vois ne contient rien que je veuille.

    5 Au-delà de ce monde, il y a un monde que je veux.

  2. InterObjectif dit :

    Conscience du Présent
    écrit par Didier B

    Un pur moment de ressourcement…

    http://interobjectif.net/wp-content/uploads/conscience_du_present.flv.jpg

  3. revolutopiste dit :

    Mon bouboule croit tenir une piste… :lol: , tout le monde prêche le même message, je n’ai qu’à suivre le fil en persévérant à changer…
    MERCI à genoux… Je suis un autre toi, un nous… ondulatoire et INCONDITIONNELLEMENT EN MOUVEMENT.

    « Je t’aime, tu m’aimes, on sèmera jusqu’à la fin du monde, puisque la terre est ronde mon amour t’en fais pas… »

  4. Andrew Roger dit :

    J’ai trouvé cela très intéressant alors je fais suivre :

    Un jour, une femme sort de sa maison et voit trois vieillards avec de longues barbes blanches, assis devant chez elle. Elle ne les reconnaît pas. Elle leur dit : « Je ne pense pas que je vous connaisse, mais vous devez avoir faim, s’il vous plaît, entrez et je vous donnerai quelque chose à manger. »
    « Est-ce que les enfants de la maison sont là ? », demandent-ils.
    « Non, ils sont sortis. », leur répond-elle.
    « Alors nous ne pouvons pas entrer. »

    En fin d’après-midi, lorsque les enfants reviennent de l’école, la femme leur raconte son aventure avec les trois hommes. « Va leur dire que nous sommes à la maison et invite-les à entrer ! », disent-ils à leur mère.
    La femme sort et invite les hommes à entrer dans la maison.
    « Nous n’entrons jamais ensemble dans une maison. », répondent-ils.
    Un des vieillards explique : « Son nom est Richesse. », dit-il en indiquant un de ses amis et, en indiquant l’autre, « Lui c’est Succès, et moi je suis Amour. » Il ajoute alors, « Retourne à la maison et discute avec ta famille pour savoir lequel d’entre nous vous voulez dans votre maison ? »

    La femme retourne à la maison et rapporte à sa famille ce qui avait été dit.
    « Comme c’est étrange ! », s’exclament les enfants. « Puisque c’est le cas, nous allons inviter Richesse. »
    La mère n’était pas d’accord, « Pourquoi n’inviterions-nous pas Succès ? Votre père en aurait bien besoin dans ses affaires…. »
    La plus petite, Raffie, qui suçait encore son pouce, s’exprime à son tour : « Veux mamours, veux mamours… »
    Les parents fondent devant tant de câlinerie enfantine et la mère sort inviter Amour à entrer…

    Amour se lève et commence à marcher vers la maison. Les deux autres se lèvent aussi et le suivent.
    Étonnée, la femme demande à Richesse et Succès : « J’ai seulement invité Amour ! Pourquoi venez-vous aussi ? »
    Les vieillards lui répondent ensemble : « Si vous aviez invité Richesse ou Succès, les deux autres d’entre nous seraient restés dehors, mais vous avez invité Amour et partout où il va, nous allons avec lui, puisque partout où il y a de l’Amour, il y a aussi de la Richesse et du Succès »

    MON SOUHAIT POUR TOI QUI ME LIS :
    Où il y a de la douleur, je te souhaite la paix…
    Où il y a le doute en toi, je te souhaite une confiance renouvelée…
    Où il y a la fatigue ou l’épuisement, je te souhaite la compréhension, la patience et la force…
    Où il y a la crainte, je te souhaite l’amour et le courage…

  5. Phoenix dit :

    Le divin de la vie. Pour un voyage, je vous invite à utiliser le mode pleine écran… :grin:

    Voyage méditatif à travers d’autres dimensions



    sur une musique de Vangelis et Stina Nordestam
    (extrait de l’album : « Voices Ask the Mountains »)

  6. dit :

    Bonjour,

    J’atterris ici car j’ai été prise de dégoût devant l’action en justice qui vous a été signifiée et surtout la somme astronomique réclamée pour un des livres que vous aviez proposés. Un petit mot de mise en garde préventive aurait suffi comme certains autres l’ont fait mais voilà : certaines personnes vendrait leur âme au Diable pour quelques dizaines de milliers d’euros… il faut être bien malheureux(se) pour en arriver là.

    Merci au passage pour votre travail et tous mes encouragements sincères !
     

  7. Jlouis dit :

    Bonjour à toutes et à tous,

    Je ne sais pas où poster ce que je viens d’apprendre.

    Une fois de plus les lobbys pharmaceutiques veulent nous réduire à l’esclavage.
    Après plusieurs tentatives pour nous imposer leur chimie mortifère, ils veulent nous interdire via l’U.E. de nous soigner par les plantes et :

    Guérison défendue -- Concerne : Directive sur les plantes médicinales traditionnelles

    Madame, Monsieur,

    Je viens d’apprendre avec stupeur l’existence d’un projet européen visant à interdire la plupart des médicaments à base de plantes à partir du 1er avril 2011.

    Il s’agit d’une offensive sans précédent menée par les lobbies pharmaceutiques pour limiter de façon draconienne les options de traitement en cas de problème de santé, et garantir ainsi leurs milliards d’euros de profits annuels.

    Si elle était appliquée, cette Directive irait très au-delà d’une réglementation raisonnable des produits dangereux : elle rendrait illégale du jour au lendemain des dizaines de milliers de traitement efficaces, d’un usage courant depuis des milliers d’années et sans les effets secondaires des médicaments modernes issus de la pétrochimie.

    Des centaines de plantes européennes sont concernées, mais également toutes les plantes de la médecine traditionnelle chinoise (MTC), celles de l’Ayurveda (médecine indienne), ou celles des traditions amazoniennes ou africaines accessibles aujourd’hui sur le sol européen.

    Nous n’accepterons pas qu’on nous prive ainsi du savoir ancestral de la médecine des plantes pour le seul profit des multinationales pharmaceutiques.

    Je vous prie donc instamment d’exercer les pressions nécessaires sur le Parlement européen, ainsi que sur la Direction générale de la santé et des consommateurs (DG SANCO), pour que soit présenté dans les meilleurs délais un nouveau texte reconnaissant les vertus thérapeutiques des préparations à base de plantes et accordant à chacun la liberté de choisir pour lui-même les thérapeutes et les traitements qui lui semblent les plus appropriés.

    Veuillez agréer, Madame, Monsieur, mes salutations respectueuses.

    Déjà 81.336 signatures !

    RÉ-ÉVOLUTION ON VOUS LE DIT

  8. cannizzo dit :

    Je refuse à présent de vouloir changer le monde depuis que j’ai changé mon point de vue.

  9. InterObjectif dit :

    Super Pleine Lune du 19 Mars 2011 à 18h11 (GMT)


    Ce thème de Pleine Lune frappe d’emblée par la concentration de planètes autour des axes. Seuls Vénus, Neptune et Chiron, en maison V, sont éloignés des axes Ascendant-Descendant et Milieu-du-Ciel/Fond-du-Ciel. La présence de la Lune et du Soleil, en conjonction respectivement à l’Ascendant et au Descendant, en carré à l’axe des Nœud et en lien avec la Lune noire et Uranus (conjoints au Soleil) signale que cette Pleine Lune est particulièrement puissante.

    C’est là ce que confirment d’une part sa proximité temporelle avec l’équinoxe et d’autre part le fait qu’il s’agisse d’une « Super Moon ».

    En effet, l’Equinoxe, qui se produit le surlendemain de cette Pleine Lune, est une porte particulièrement importante.

    Elle correspond au moment de l’année où le soleil entre en Bélier.
    Les durées du jour et de la nuit sont alors parfaitement égales.
    Les forces du jour, marquées par l’expansion et l’extériorisation équilibrent les forces de la nuit, caractérisées au contraire par l’intériorisation, le silence. Cette porte, la porte de la femme, s’ouvre à ce moment-là pour qu’émerge le guerrier en nous.

    Quant à la « Super Moon », il s’agit d’une Pleine Lune à 90% ou plus de son périgée, le périgée étant la position la plus proche de l’orbite de la lune autour de la terre. Or le 19 mars, la Pleine Lune, comme celle qui vient de la précéder et celle qui va lui succéder, est à 100% du périgée. La Lune vient ainsi d’atteindre sa position la plus proche de la terre depuis 18 ans. Il s’agit là d’une « Super Moon » extrême, dont le pouvoir est décuplé. Il est alors particulièrement manifeste sur les marées, aux fluctuations exacerbées mais aussi -- l’actualité japonaise le confirme -- sur les événements climatiques ou sismiques, qui prennent une tournure extrême.

    Un tel impact sur les phénomènes physiques ne peut que nous alerter sur les profonds effets que la Pleine Lune a actuellement sur notre climat et notre terre intérieures, profondément ébranlés.

    Le Soleil est conjoint à Uranus, à 0° du Bélier, un des points les plus puissants du zodiaque avec les autres degrés 0 des signes cardinaux (Cancer, Balance, Capricorne).

    Uranus est une planète collective particulièrement incontrôlable, associée aux transformations brutales, inattendues et de grande ampleur.
    Il symbolise sans peine le séisme qui vient de se produire au pays du Soleil levant.

    Ces éléments peuvent être interprétés comme le signal d’une transformation radicale (Uranus) de nos idéaux et de notre conscience (Soleil), transformation nous confrontant à notre absolu intérieur le plus inaltérable (conjonction du Soleil et d’Uranus à la Lune noire).

    Cette transformation radicale déploie ses effets dans notre rapport au monde quotidien (maison VI) et marque la possibilité de démarrer un nouveau cycle de développement de la conscience (le Bélier est le premier signe du cycle du zodiaque). Mais cette possibilité de croissance et de nouveau départ peut, dans un premier temps, prendre un tour destructeur si nous refusons les transformations qu’exige la puissante énergie de cette période.

    Dans ce thème, la Lune est en Vierge (signe en analogie avec la maison VI), en maison XII (maison qui lui est opposée). Ce seul paradoxe (la Lune dans la maison en analogie avec le signe opposé de celui dans lequel elle se trouve) suffit à réaffirmer la nécessité de se transformer intérieurement tout juste évoquée.

    Toute Pleine Lune est caractérisée par l’opposition entre le Soleil et la Lune, celle-ci étant pleinement éclairée par le Soleil.
    Ainsi, les transformations évoquées portent la nécessité d’une mise en lumière de nos recoins intérieurs (Lune) les plus inaccessibles et inconscients (maison XII) car encore mêlés aux représentations et instincts collectifs (maison XII) et tenus à distance par une volonté de mise en ordre et de contrôle (Lune en Vierge). En tant qu’apothéose des énergies en germe lors de la Nouvelle Lune, cette période nous exhorte de nous immerger dans le vaste océan de la conscience et de lâcher-prise (maison XII, en analogie avec les Poissons) par rapport à l’enfermement et aux diktats du mental (Vierge). Et le carré que fait l’opposition Soleil-Lune à l’axe de Nœuds, lui-même conjoint à l’axe MC-FC, nous signale que cette transformation intérieure peut nous permettre de nous verticaliser dans un nouvel enracinement (FC-MC) nous mettant en cohérence avec notre direction de vie (axe des Nœuds).

    Mais comme l’avait déjà signalé la conjonction Soleil-Uranus, ce carré à l’axe des Nœuds signale que le processus est difficile.
    Et la conjonction de Pluton, en Capricorne, à la fois au Nœud Nord et au Fond-du-Ciel réitère l’information selon laquelle une telle transformation prend un tour radical (Pluton), en remettant fondamentalement en cause toute la structure (Capricorne) intérieure (maison IV) qui nous sert de centre de gravité. C’est le fameux séisme intérieur nécessaire à toute nouvelle construction sur des bases plus solides et plus vraies (le Capricorne est un signe de grande intégrité).

    L’opposition entre Saturne, en exaltation en Balance et en maison I, et d’autre part, Mercure et Jupiter en Bélier et en maison VII, montre que le passage crucial qui s’impose à nous est marqué par une lutte entre d’un côté la peur du changement et la volonté de contrôle (Saturne) et, de l’autre côté, la possibilité d’une expansion de nos représentations du monde (Jupiter conjoint à Mercure) et de notre rapport aux autres (maison VII), en fait d’un rapport au monde guerrier marqué par la vitalité et l’audace de défricher des terres inconnues (Bélier).

    Enfin, les trigone et sextile à l’axe des Nœuds, que fait la conjonction Chiron – Neptune en maison V, signale que l’audace de se transformer dont il est question dans ce thème est porteuse de la possibilité de Se Rêver (Neptune) et ainsi de se recréer soi-même (maison V), ce qui est la clé d’une profonde guérison (Chiron, en Poissons, signe associé notamment à la guérison). Alors, le séisme intérieur, que les événements extérieurs reflètent de façon tragique, de destructeur devient créateur.

    Or c’est bien là l’un des pouvoirs du guerrier que de pouvoir créer son monde.

  10. chant dit :

    Cœur à cœur,

    Je voudrais partager avec vous cette intrigue archéologique concernant « les affamés de Saqqarah », cela semble poser un sérieux problème de datation et tout ce qui en découle ; inscription dans une langue inconnue, etc…

    Cette sculpture est magnifique, cependant la vidéo me donne le frisson (je ne sais pourquoi)…

  11. Tsaddé dit :

    Parce qu’aujourd’hui plus que jamais un vent nouveau souffle et s’étend du nord au sud, de l’ouest à l’est, je souhaite partager ici avec vous, l’esprit intègre évolutionnaire, visionnaire de cet homme que je regrette déjà beaucoup sans pour autant l’avoir jamais connu : L’esprit indestructible de Thomas Sankara !

    L’une des plus belles conférences vidéo, 17 minutes suffiront pour ENTENDRE, COMPRENDRE que sa vision du monde ne s’applique pas à l’Afrique uniquement.
    Son discours sur le NON-PAIEMENT de la dette est juste et particulièrement révolutionnaire car aujourd’hui nous même en sommes rendus là… sur tous les continents…

    Thomas Sankara : Discours historique sur la Dettehttp://interobjectif.net/wp-content/uploads/thomas-sankara-discours_sur_la_dette_des_pays_africains.mp4.jpg(au Sommet d’Addis Adéba le 29 juillet 1987)

    S’il faut décrire brièvement Thomas Sankara, on pourrait dire qu’il était un homme qui réclamait, sans distinction, une justice concrète pour tous. Chaque jour, Sankara se demandait comment faire pour sortir le Burkina Faso d’une misère aliénante. L’homme combattait la misère et les dépendances néocoloniales. Il s’indignait de l’impérialisme et de ses relais africains locaux. Houphouët Boigny, lui-même, ne pouvait manquer de se plaindre du jeune révolutionnaire très enclin à reformer l’ordre colonial imposé aux peuples d’Afrique.

    La gêne entre les deux chefs d’États vient du fait que d’une part le Président burkinabé Thomas Sankara avait séduit les jeunes ivoiriens par ses visions et ses discours sur l’affranchissement des africains. Et d’autres part, le président ivoirien Houphouët Boigny redoutait une imitation de l’éclairé capitaine burkinabé dans son jardin privé la Côte-D’ivoire. Les échauffourées se sont multipliées entre les deux chefs d’état. Sankara quitte le Conseil de l’Entente dirigé par Houphouët. Il dénonce l’« origine réactionnaire, droitière, conservatrice, arrière-gardiste » de ce regroupement d’ex-colonies françaises qu’il qualifie d’instrument de la « stratégie néocoloniale française ».

    Concernant les amis de la France, imposés comme chefs d’état aux peuples Africains, Sankara disait : [ce sont] « des alliés locaux de l’impérialisme qui gambadent de sommet folklore en sommet folklore à la recherche d’un soutien moral et logistique. » Il disait vrai et cela dérangeait. Le Président du Burkina Faso pensait qu’il n’y avait pas de raison de se taire ou de baisser les yeux face aux hommes malhonnêtes, qu’ils soient de la bande De Gaulle ou autre.

    Un jour, il a apostrophé un parrain de l’Élysée, François Mitterrand, en ces termes : «Nous, burkinabés, n’avons pas compris comment des bandits, comme Jonas Savimbi, le chef de l’Unita, des tueurs comme Pieter Botha, ont eu le droit de parcourir la France si belle et si propre. Ils l’ont tachée de leurs mains et de leurs pieds couverts de sang. »

    Hmmmm! Vous vous demandez quelle était la réponse de Mitterrand ? Plus à l’aise dans les manigances obscures que face à la vérité dite sous les lumières, Mitterrand pâlit. Comme un malfrat, pris la main dans la poche, il n’a pu rien dire d’intelligible. Ce qui ne signifie pas qu’il est moins dangereux. Le combat du « Che Guevara » africain contre le sous-développement, perçu comme un symbole dangereux d’émancipation, allait couter la vie à Sankara.

    François Mitterrand et ses lieutenants « françafricains » ont décidés d’étouffer le mouvement d’affranchissement initié par le jeune révolutionnaire. Ça pourrait éveiller les Africains disaient-ils. Les rumeurs de putsch ont commencé à circuler dans les cabarets à Ouagadougou. Sankara était au courant mais il refuse de faire couler le sang. Preuve ? Bien avant le putsch, il appelait déjà son épouse ma « veuve ». Aussi, il disait à son alentour que c’est une insulte à son intelligence de croire qu’il n’est au courant de rien ou ne voit rien lorsqu’il suffit d’aller dans un cabaret de Ouagadougou pour savoir que le temps allait changer. Sankara avait renié le recours aux armes pour régler les différends politiques. Ce renoncement était irréversible pour lui. Bien que militaire de carrière alors qu’il voulait initialement devenir médecin, Sankara était bien un homme pacifique. Le 15 octobre 1987, un commando prend d’assaut les bâtiments du Conseil de l’Entente et assassine le Président du « pays des hommes intègres », massacrant aussi tous ceux qui s’y trouvent. Le certificat médical des causes de décès, émis par un curieux médecin, indique une mort naturelle. Oui, vous avez bien lu : tuer un humain, par une arme à feu, est devenu un acte « naturel ».

    Bien que physiquement mort, l’esprit de Sankara a survécu et vit encore. Il meut au-dessus de la jeunesse africaine et inspire cette dernière dans sa marche vers la liberté. Il suffit de relire les discours de Sankara d’il y a vingt ans pour se rendre compte qu’ils sont encore d’actualités. Sankara est inoubliable ! Ses idées sont une source de lumière pour la jeunesse africaine.

    Thomas Sankara : incarnait et dirigeait la révolution burkinabé du 4 août 1983 jusqu’à son assassinat lors d’un coup d’État qui amena au pouvoir Blaise Compaoré, le 15 octobre 1987. Il a notamment fait changer le nom de la Haute-Volta, issu de la colonisation, en un nom issu de la tradition africaine le Burkina Faso, le pays des hommes intègres. Il a conduit une politique d’affranchissement du peuple burkinabé. Son gouvernement entreprit des réformes majeures pour combattre la corruption et améliorer l’éducation, l’agriculture et le statut des femmes.

    Ses citations favorites : « Tuez Sankara, des milliers de Sankara naitront. » et « Ceux qui veulent exploiter l’Afrique sont les mêmes qui exploitent l’Europe, alors ne laissons pas à nos ennemis d’hier et d’aujourd’hui le monopole de la pensée, de l’imagination et de la créativité. »

  12. Ninadelsole dit :

    On vous remercie de tout cœur ! Ayant fait une NDE en 1988, suite au désespoir de voir mon époux bien aimé, que j’ai connue au lycée. Il a eu un accident (rupture d’anévrisme)en travaillant, lorsque les médecins m’ont dit qu’il ne pouvait plus guérir, je suis morte en tombant dans les bras de mon fils ainée, je me suis instantanément retrouvée au milieu d’un immense cercle de lumière blanche argentée, d’un amour incommensurable, d’une douceur inimaginable, et je suis ressuscité après 3 mn. J’ai été hospitalisée, mais tout était plus lumineux, je redécouvrais tout d’une façon comme une petite fille, consciente du fait que je suis en vie par amour pour moi, ma vie et mes trois 3 fils, qui étaient encore très jeunes à cette époque, j’ai tout assumé, j’ai élevé mes fils seule, mon époux tant aimé et mort 9 ans après son accident en 1993, et j’ai avancée avec mes trois 3 fils, à présent ils sont grands, mon fils ainé est marié, et est papa d’une merveilleuse petite fille, mon fils cadet vit avec une jeune femme, ils travaillent tous les deux, mon plus jeune fils vit avec une jeune femme qui à deux enfants, et moi je me retrouve seule depuis 2008, seul loin de tout groupe, je fais de mon mieux pour surmonter mes angoisse, mes peurs, ma tristesse, je peins des toiles, je chante , je lis des livres pour essayer de comprendre que dois-je faire « ici et maintenant », je vous remercie pour votre aide, ce que vous expliquez fait partie de mon entendement, que notre cheminement soit resplendissant d’Amour ? DE PAIX EN SOI, DE BONTÉ EN SOI, DE BEAUTÉ EN SOI, D’HARMONIE EN SOI EN NOS COEURS ET TOUT AUTOUR DE NOUS SUR LA TERRE COMME AU CIEL ! ET CELA EST ! MERCI, I LOVE YOU !!!
    Tendresse infinie !!!


  13. LA SCIENCE SECTARISÉE

    Combien d’exemples montrent que la science la plus officielle est un système de démantèlement du Vivant et non le contraire, une source de connaissances vraies, respectueuses de la vie.
    Son histoire est essentiellement faite de guerres.
    Et derrière ces guerres se trouvent des intérêts seulement politiques donc financiers où la connaissance passe au second plan et n’est recherchée que dans le but de trouver de meilleurs moyens d’INSTRUMENTALISER donc de contrôler le vivant.

    Aussi, comment donner une quelconque valeur, à la science agréée ?

    Ceux qui, aspirés pour comprendre la vie dans sa plus grande dimension mais ne suivant pas les contraintes du système dit scientifique, sont ridiculisés, discrédités d’office, éloignés voire éliminés par les pontes, les hauts représentants des différentes instances de contrôle du monde scientifique, sans jamais voir un brin de reconnaissance. Par contre le génie des marginaux du système n’en est pas moins récupéré par derrière… pour être détourné et servir les intérêts de cette science au service de la guerre.
    En effet, beaucoup des plus grands apports en général, non officialisés mais néanmoins bouleversant la science, proviennent à l’origine, d’individus hors des normes de la science officielle, y échappant au point qu’ils en furent exclus… Ces individus non conditionnés par la caste scientifique et rapidement critiqués par elle, se trouvent des êtres avant tout sensibles, enclin à l’émerveillement et empreints d’expériences corporelles et psychiques en lien direct avec le vivant le plus organique.

    Les soldats scientifiques nourrissant les infinies attaques internes n’ont pas peur du ridicule. Non pas parce qu’ils sont, grâce à leurs connaissances, au-dessus de ces préoccupations… mais parce qu’ils sont alimentés, agis et protégés par l’instance ultime qui orchestre toute la société : la finance internationale.

    Malheureusement celle-ci n’est pas une entité abstraite constituée d’individus indépendants les uns des autres, c’est tout l’inverse.
    Et depuis quelques millénaires, ce courant qui constitue aujourd’hui la finance internationale a réussi à mondialiser ce principe qui réduit l’individu dépossédé de cette abstraction morte, conventionnée par eux… à néant.

    Les sciences agréées se trouvent par conséquent un instrument de contrôle sous une apparence de recherche de connaissances.

    Leur finalité se mesure à l’état de la science : La science divise au lieu d’unir.

    Elle permet les guerres les plus atroces au lieu de les éradiquer.
    Elle rend malade au lieu de donner la santé.
    Elle rend dépendante de son industrie au lieu de rendre autonome et auto-régénérant.
    Elle pollue au lieu de préserver l’intégrité du Vivant.
    Elle rend ennemis les opposés au lieu de les rendre à leur complémentarité.
    Elle interdit au lieu de rendre conscient.
    Elle crée les élites et les dictatures au lieu de se faire la voix de la vie la plus basique.
    Elle masque les dictatures en démocraties par des jeux de mots.
    Elle rejette tout ce qui la déstabilise au lieu de grandir grâce à ce qui la remet le plus en cause.
    Elle est constituée de milliers de sections hermétiques les unes aux autres.
    Elle rend ignorant des sections qu’elle “étroitise” toujours plus sous prétexte de besoin de spécialisations.
    Elle oblige à choisir ces morceaux si petits de recherche qu’ils ne peuvent être qu’en proie à de grandes spéculations…
    Et une fois embarqué dans une des hyper-sections de cette grande religion appelée science, point question de sortir aisément de ce qui a été circonscrit par elle grâce à une nomenclature sévère… sans déclencher automatiquement des guerres de territoires violentes. La vie des chercheurs peut se perdre quand ils osent s’aventurer plus loin que ce qui est permis… mais peu importe pour la science, elle préfère ses terminologies à la vie de ceux qui se sont risqués à la servir.

    Tout individu doit se revendiquer d’une des sections à partir du moment où il se dit scientifique. Tout individu qui veut apporter ses découvertes aura peu de chance de le faire s’il n’est pas reconnu comme faisant partie de cette caste. Et si cet individu reconnu scientifique prétend amener une nouveauté, celle-ci ne doit pas sortir du cadre serré de la section où il fut obligé d’entrer. Puis il doit prouver qu’il s’y est soumis correctement, pour enfin avoir la parole et bénéficier d’un minimum d’écoute et de crédit (ce mot est à prendre dans tous les sens du terme).

    La science, qui s’avère surtout une science de la censure, et qui formate toute notre société, oblige à ce que tout individu donne des références connues avant de pouvoir espérer être entendu.

    La science se fiche de la cohérence à la plus petite échelle comme à la plus grande, elle n’aime que les apparences logiques.
    Ainsi elle privilégie ceux incapables de penser par eux-mêmes mais aptes à régurgiter des théories déjà élaborées, déjà cataloguées, jugées, classées donc contrôlées et contrôlables.

    Plus vous vous verrez capable de citer des noms, plus vous serez apprécié. C’est la loi de cette maladie, qui pour en arriver là, induit que l’individu se soit coupé de ses sens physiques et psychiques et soit devenu par conséquent un être profondément dénaturé… et donc spéculatif, au grand bonheur des ultimes décideurs de notre société mondialisée.

    La science officielle est avant tout un système de nomenclature avec des intérêts précis qui n’ont rien à voir avec le respect de la vie et leurs applications se trouvent tout autant dirigées.

    Elle est faite non pas pour que chaque section spécialisée s’unisse et confronte sa limitation pour accéder à une globalité qui rende compte de tous les aspects propres à l’humain et des forces de cohérence agissant tout le Vivant, sans occultation, en prenant bien en compte ce qui est le plus inaccessible et le plus difficile pour elle. Bien au contraire, elle est faite pour trouver des logiques qui permettraient de faire passer pour vrai, utile et indépassable ses intérêts et applications au service de la finance internationale, donc de l’industrie, donc de la guerre, donc de l’instrumentation du Vivant… l’inverse absolu de l’évolution, de la paix, de la connaissance.

    Pour cela il faut conditionner très sévèrement et apprendre aux individus dès leur plus jeune âge à faire des choses dépourvues de sens. Ceci étant assurément anxiogène, ainsi seront-ils nourris de peur au point qu’ils ne puissent plus la discerner et s’en départir. Ce conditionnement intégré comme “normal” fera des individus de parfaits esclaves arrogants et d’agressifs défenseurs de la section sociale ou scientifique qui aura bien voulu d’eux. Et ils prendront comme un honneur de pénétrer dans l’espace étriqué pourvus d’une étiquette connue et reconnue qui leur assurera une survie sociale et financière… une rassurance à l’angoisse inconsciente qui les agit.

    Nous sommes donc riches d’un catalogue de sections dites scientifiques plus ou moins “dures”… qui partent de notre réalité d’aujourd’hui pour expliquer tout, et surtout ce qui contredit notre réalité dégénérée et absurde.

    Quel sociologue, pour prendre un exemple parmi tant d’autres, ne va pas chercher dans toute manifestation de la vie ce qui peut justifier notre dégénérescence actuelle ?

    Observez comme depuis la création des différentes sections, les individus, les représentants, ne cessent de plaquer leur mode de pensée castrée, confuse, agressive, refoulée, inexpérimentée, peureuse, ignorante d’autres réalités, moralisante, pudibonde, froide, désarticulée, rigide, morbide, névrotique, blasée, insensible, mensongère, cupide…

    Ces individus imbus de leur principes ne tiennent que parce que protégés par un surarmement social, juridique et financier octroyés par les plus grosses banques et industriels qui font la pluie et le beau temps des sciences.

    Il peut se flatter, le scientifique, de se parer d’un titre le nimbant automatiquement d’un certain nombre de qualités intrinsèques à son statut :
    - Objectivité (pas d’empathie, extérieur au sujet, sectarisé et non global, évacuant tout phénomène inexplicable par ses moyens)
    - Humilité (évolué, civilisé… ni bien ni mal ? et la confusion… tout est possible)
    - Prouve par expériences (par le statistique – quantitatif)
    - En laboratoire (en milieu fermé)
    - Responsable (employé par labo et industriels pour la seule production de produits…)
    - Ethique (tout ce qui précède le contredit)
    - Impartial…
    - Indépendant (crédits et technologies, statut social, mode de pensée… quel médecin avant de se faire allopathe à été vivre les autres types de médecine et surtout celles qui utilisent les processus les plus contradictoires avec la médecine chimique ?)

    Voir la nature comme :
    - Intéressée
    - Dominatrice-soumisse
    - Reproductrice (la seule distinction entre les deux sexes)
    - Mécanique
    - Evolutive

    Disséquer, voilà le propre des scientifiques. Démontrer les systèmes qu’ils sont incapables de concevoir ni de créer. Tels des enfants devant des jouets, ils démontent… Remontent-ils se qu’ils ont émietté, amputé, disséqué ? Non, et quand ils le prétendent, il manque la plupart des éléments. Ils soustraient. Ils soustraient ce qu’ils ne perçoivent pas. Ils soustraient ce qui ne leur paraît pas vital. Ils soustraient ce qui leur est incompréhensible. Et que reste-il à la fin de l’opération ?
    Trop peu de données pour comprendre le Vivant, mais suffisamment pour ébaucher toutes sortes de spéculations.
    D’ailleurs la spéculation est reconnue comme scientifique… Et la cohérence globale dans tout cela ? Elle ne risque pas d’apparaître…

    Comment un scientifique agréé par les instances reconnues socialement donc non contradictoire avec les intérêts de la finance (et donc de l’industrie, de la chimie et du militaire) pourrait-il réussir à toucher à cette cohérence et à en faire partie ?

    Un médecin ou chirurgien conventionné est capable d’ôter tout organe posant une difficulté au sein d’un organisme, souvent sans prévenir l’individu concerné, et ceci sous la protection d’une juridiction le dédouanant de quasi toute responsabilité. Ceci est la méthode-type, la plus usitée en termes d’applications concrètes au sein de la société. Voici le type de gestion de notre science mise au service des individus. Une gestion, mais le mot est au fond inadéquat, de conséquences dont on se fiche complètement des causes.
    Alors comment, en s’appuyant sur une aptitude à la soustraction pour ne pas dire l’amputation comme moyen de compréhension et d’application sur le Vivant, pourrions-nous percevoir les forces qui sous-tendent et forment l’humanité ? D’autant plus quand la science s’est rendue complice des destructeurs de l’humanité, de sa cohérence de ses spécificités de nature ?

    Oui, les scientifiques et sous-scientifiques, les prétendus garants de la liberté humaine, se sont rendus complices en gobant la médiocrité dont on les gave et qui les rend haineux de tout ce qui échappe à leur logique mercantilo-matérialiste. Mais le plus pathétique se trouve peut-être dans le fait qu’en plus d’être complices (souvent à leur insu), ils sont en plus bernés… bernés par ceux qui conçoivent leurs programmes de conditionnement. Car en effet, alors que ces derniers inculque un mode de pensée vidé de toute substance rendant compte de l’aspect multidimensionnel de la vie, eux de leur côté, s’appuient sur ce qu’ils interdisent par le biais des sciences.

    Depuis l’apparition de l’écriture cunéiforme, ce système se révèle le même. Il ne s’améliore pour ainsi dire pas. Seules les applications technologiques changent de forme… et encore. Il n’y a de ce côté aucune évolution, seulement des modes et une contamination qui agrandit ses surfaces d’inquisition telle une gangrène.

    Les faiseurs de guerres intellectuels qui naissent de la sectarisation forcée de la science et donc de notre société, deviennent, loin de leurs foyers, des applications aux résultats sanguinaires… orchestrées par des êtres qui se sont octroyés ce qu’ils interdisent farouchement à tous les autres grâce à leurs subordonnés incrédules et hypnotisés par la notoriété qui leur est faite.

    Notez ce qui est suspect, censuré, interdit, rejeté par notre société comme douteux et vous aurez une bonne part de ce qui risquerait de “subvertir” les individus au détriment de leur consommation et donc de la finance internationale… mais plus encore vous aurez une bonne partie de ce qu’ils ne veulent pas partager, au risque que cela se retourne contre eux…

    Il est fort probable que la cohérence sous jacente à l’émergence et la constitution de notre humanité comme un système organique à part entière leur est connu.

    Car vous allez voir comment ils ont colonisés, traumatisés, contaminé, pourri dans une logique qui suit de manière spectaculaire l’édification de notre Humanité, tel un grand corps, pourvu de spécificités organiques complémentaires les unes aux autres.

    Aujourd’hui que notre Humanité est gangrenée de partout, moribonde et non en paix et en santé… il est une chose à faire : reconnaître ce qui fait la beauté par essence de la Vie qui gît dans chaque cellule de ce grand corps.

    La santé peut resurgir… mais non à coup de chimio. Les guerres chimiques à quelque échelle que ce soit ne peuvent ramener la paix. C’est la connaissance réelle qui permet la revitalisation et alors la mise en place d’actions appropriées.

    Aussi le constat d’une science dépravée et d’une administration à son image laissera place à une observation et une compréhension du Vivant beaucoup plus large.

    La science par définition scie.

    Elle découpe jusqu’à ce qu’elle ne le puisse plus. Mais s’en tenir à cela ne suffit pas. L’on ne peut prétendre respecter le vivant et agir pour lui en le dépeçant et en lui ôtant la moitié de ce qui le constitue, sous prétexte que cette partie se trouve non mesurable, non quantifiable, non perceptible avec les moyens et méthodes agréées actuellement. Le vrai visage de la science pourra surgir enfin en tant que tel… et le merveilleux retrouvera sa place prédominante pour ceux que l’on a humiliés et rejetés alors qu’ils étaient d’authentiques chercheurs mais ayant comme défaut de dépasser les cadres rigides des institutions… et par conséquent de les mettre en danger.

    La science du Futur sera synonyme de Conscience… chose inexistante et déniée actuellement parce que non mesurable par les adeptes de cette “religion” moderne.
    La science du Futur reconnaîtra la permanence et la puissance des forces d’esprit comme étant non point des effets aléatoires et secondaires mais bien les principes formant les atomes et coordonnant dans une danse cosmique l’intégralité du Vivant.

    Au lieu de contrer les mouvements pulsifs naturels et multidimensionnels elle comprendra comment accompagner en toute conscience le grand courant de la vie qui, s’il n’est pas brimé, s’expand et offre des horizons toujours plus généreux. Le moindre élément, même inanimé, produit par la nature est multidimensionnel. Des chercheurs dans différents domaines ont été obligés au cours de leurs expériences d’en faire le constat.
    Ces milliers de résultats sont occultés, étouffés, détruits encore aujourd’hui… et pourtant ils montrent bien comment le subtil immatériel est puissant et omniscient. La physique quantique le sait, et bien qu’écartée autant que possible du public, et assimilée à une branche plutôt spéculative qu’autre chose… elle prouve imparablement la présence de la CONSCIENCE et sa puissance.

    Le Futur appartiendra à ce qui est détruit aujourd’hui.
    L’Esprit qui anime l’individu, mais celui plus vaste qui structure l’Humanité tel un ensemble organique en lien avec les autres ensembles vivants de la planète peut s’apprécier si l’on sait étendre sa vision au-delà des chaos sciemment produits dans le but de légitimer l’illégitime.

  14. InterObjectif dit :

    Royaume-Uni : des ovnis filmés à l’aide d’un équipement de vision nocturne

    Rapport du témoin : J’ai filmé cette courte vidéo en utilisant un équipement de vision nocturne monoculaire « Yukon ranger ». J’ai observé ces objets durant environ 30 secondes, mais n’ai que 9 secondes d’enregistrement faute de pile faible. C’était durant la nuit claire du 7 octobre 2011, dans le ciel de Stevenage à Hertfodshire au Royaume-Uni. L’horodateur de l’enregistrement n’est pas bon car en réalité il était environ 22h30. Les objets se dirigeaient vers le Nord-Ouest et n’étaient pas visibles à l’oeil nu. Mon « Yukon ranger » est branché sur un moniteur de 15 pouces, j’avais donc une vue impeccable sur la scène. Les objets devaient être très hauts dans le ciel et traverser à grande vitesse comme en témoigne les étoiles fixes. Certains ont théorisé que ça pouvait être des balons, est-ce possible? J’aimerais beaucoup connaître votre opinion sur cette vidéo.

  15. bonne dit :

    Impressionnant en effet ! Si ce sont des ballons, ils sont très rapides !

  16. Sylvain dit :

    Voici la vidéo d’une méditation guidée canalisée par Sylvain Didelot le 17 octobre 2011 :

    http://interobjectif.net/wp-content/uploads/MeditationGuideeParSylvainDidelot.mp4.jpg

    Laissez-vous guider par la voix, ressentez, vibrez dans l’unité.

  17. InterObjectif dit :

    Affirmation : La « netiquette » est une convention mentale qui limite l’évolution, et, « in vivo », la propagation de l’information…

    Interrogation : La « netiquette », c’est une éthique (comme son nom l’indique) et non une convention.
    Et si le but est de propager l’information, un lien externe n’est-il pas aussi efficace qu’un lien interne ?

    Réponse : Convention ou éthique, la « netiquette » reste forcément une représentation (une structure) du mental… se conformer à des structures rigides (érigés), avec ou sans lien interne ou externe, n’est en fait que de se conformer à un ordre établi contre-nature qui fige, par entrave, l’évolution naturelle qui se devrait être libérée de toute contraintes afin de diriger intuitivement nos actes dans un but évolutionnaire et altruiste de propagation de la diffusion de l’information essentielle…

  18. Catherine dit :

    Voilà ce que j’ai envie de partager avec vous.
    Rendez-vous mondial le 11.11.2011 à 11h11 GMT pour créer ensemble le nouveau paradigme : Fire the Grid

  19. Pascale-Linda dit :

    Nous Sommes Ceux que Nous Avons Attendus !

     

    Il existe une rivière qui s’écoule maintenant très rapidement.

    Elle est si puissante et vive que certains en seront effrayés.

    Ils essaieront de s’accrocher au rivage.

    Ils se sentiront comme déchirés et souffriront énormément.

    Sachez que la rivière a sa destination.

    Les Anciens disent qu’il nous faut lâcher prise au rivage,

    et nous élancer au milieu de la rivière, en gardant nos yeux ouverts et nos têtes hors de l’eau.

    Et je vous dis, regardez qui se trouve-là, auprès de vous, et réjouissez-vous.

    A cette époque de l’histoire, ne prenons rien trop sérieusement,

    et surtout pas nous-mêmes !

    Car dès l’instant où nous le faisons,

    notre croissance spirituelle et notre voyage s’arrêtent.

    Le temps du loup solitaire est terminé.

    Rassemblez-vous !

    Bannissez le mot « lutter » de vos comportements et de votre vocabulaire.

    Tout ce que nous accomplissons à présent,

    doit l’être de manière sacrée et dans la joie.

    « Nous Sommes Ceux que Nous avons Attendus ! »

     

    (Message des Anciens Hopis)

     

    28 octobre 2011 : Parachèvement de l’ensemble des 9 Ondes du calendrier Maya

    28 octobre 2011 : Parachèvement de l'ensemble des 9 Ondes du calendrier Maya

     

    Toutes Bénédictions Soient avec Chacun-Chacune de Vous.
    Soyez Qui Vous Etes.
    et Tous Vos Plus Profonds Rêves s’Accompliront.
    C’est une Promesse…

  20. InterObjectif dit :

    Utopie rosicrucienne

    Dieu de tous les hommes, Dieu de toute vie, dans l’humanité dont nous rêvons :

    Les politiciens sont profondément humanistes et oeuvrent au service du bien commun ;

    Les économistes gèrent les finances des États avec discernement et dans l’intérêt de tous ;

    Les savants sont spiritualistes et cherchent leur inspiration dans le Livre de la Nature ;

    Les artistes sont inspirés et expriment dans leurs oeuvres la beauté et la pureté du Plan divin ;

    Les médecins sont animés par l’amour de leur prochain et soignent aussi bien les âmes que les corps ;

    Il n’y a plus de misère ni de pauvreté, car chacun a ce dont il a besoin pour vivre heureux ;

    Le travail n’est pas vécu comme une contrainte, mais comme une source d’épanouissement et de bien-être ;

    La nature est considérée comme le plus beau des temples et les animaux comme nos frères en voie d’évolution ;

    Il existe un Gouvernement mondial formé par les dirigeants de toutes les nations, oeuvrant dans l’intérêt de toute l’humanité ;

    La spiritualité est un idéal et un mode de vie qui prennent leur source dans une Religion universelle, basée davantage sur la connaissance des lois divines que sur la croyance en Dieu ;

    Les relations humaines sont fondées sur l’amour, l’amitié et la fraternité, de sorte que le monde entier vit dans la paix et l’harmonie.

    Qu’il en soit ainsi !

    • bonne dit :

      Comme quoi, les rose-croix, francs maçons, religieux, spirites ou autres gourous de toutes obédiences, n’ont rien inventé…
      Si tous les gars du monde…
      C’est si simple et pourtant…
      Espérons et restons humbles, ouverts et bienveillants ! ;-)

    • Azura dit :

      Bonjour,

      Pour moi, sur une planète parfaite, il n’y a pas ou plus de politiciens, d’économistes, de savants (tout le monde l’est), de médecins (pas de maladies), pas de mot pour misère et pauvreté, pas de travail (et pas chômeurs attention) et pas de gouvernement.
      Si, si c’est forcément possible, hélas pas sur cette pauvre terre… On peut tous s’y donner RV.
      A bientôt !

    • Expressorion dit :

      UTOPIE

      Quel généreux mot pour signifier notre impuissance, nos limites, notre paresse et notre abandon. Belle excuse.
      Platon… F.Bacon, et autres, doivent nous regarder avec sinistre.
      Au moins chez les rosicruciens on y travaille.
      Et heureusement de plus en plus de personnes y mettent la main à la tâche. 
      Les utopies sont le moteur de l’évolution et il ne manque que votre « essence » pour l’alimenter.
      .

       

  21. Emmanuel dit :

    Extrait du Kybalion -- Chapitre 3 : La Transmutation Mentale

    Non seulement il est possible à quelqu’un de changer ou de transmuter ses propres états mentaux à l’aide des Méthodes hermétiques, mais encore il lui est possible de modifier les états des autres ; d’ailleurs il en est constamment ainsi, quelquefois inconsciemment mais plus souvent consciemment de la part de quelques individus qui ont compris les lois et les principes de protection personnelle. Mieux encore, comme un grand nombre d’adeptes et de praticiens de la science mentale moderne le savent, toute condition matérielle inhérente à l’esprit des autres individus peut être modifiée ou transmutée grâce à un désir ardent, à une volonté puissante, et aux « agissements » de ceux qui désirent changer leurs conditions de vie. Le public est généralement si bien informé à notre époque de ces sortes de choses qu’il ne nous a pas paru nécessaire de décrire longuement leurs procédés ; notre but est plutôt de montrer simplement que l’Art et le Principe hermétique se trouvent sous toutes sortes de pratiques, si différentes qu’elles puissent paraître, qu’elles soient bonnes ou mauvaises ; la force, en effet, peut être utilisée dans deux directions contraires, suivant le Principe hermétique de la Polarité.

  22. Francis Loiseleur dit :

    André Malraux a dit : « Le 21ème siècle sera spirituel ou ne sera pas »… Ne serait-ce pas par là qu’il faudrait commencer :

    Le matériel découle du spirituel et non l’inverse… si l’on prend cette phrase du Christ « L’homme récoltera ce qu’il a semé » : à voir les récoltes actuelles il faut croire que les semailles ne devaient pas être trés belles… la route que nous avons suivie depuis des millénaires est-elle conforme à ce qu’elle devrait être… ?

    Je cite ce que j’ai écrit sur les fausses croyances :
     
    La croyance essentielle de toutes les religions et sectes issues de l’enseignement du Christ est basée, à quelques détails prés, sur la même notion inventée par on ne sait qui et qui ne résiste pas à un examen logique, qui démontre facilement sa fausseté.
    Établie visiblement dans le but essentiel de recruter le plus grand nombre possible d’adeptes en favorisant la paresse et l’orgueil spirituel… exactement le contraire de ce que voulait le Christ.
    Cette notion, établie d’une façon extrêmement astucieuse, enchaîne leurs adhérents et les entraînent vers le bas en leur donnant l’illusion de liberté et d’ascension.

    On est donc parti de cette affirmation qui au premier abord semble logique : « Rien n’est impossible à Dieu »…
    D’où : s’il n’est pas descendu de la croix, comme on le lui demandait, c’est qu’il ne l’a pas voulu, s’il ne l’a pas voulu, c’est qu’il avait une raison…
    On a donc inventé la raison suivante : « Par sa mort sur la croix, Le Christ a pris sur lui tous nos péchés et a ainsi réconcilié l’humanité avec Dieu ! »
    Cette affirmation gratuite est devenue par la suite un axiome, une « vérité » à laquelle on doit croire sans réfléchir et l’accepter comme une évidence.

    Mais où est-on allé chercher ça ?… Et qui ?…
    Il paraît que l’on trouve dans les évangiles une parole soit disant du Christ qui va dans ce sens… alors pour être juste il faudrait comparer cette parole avec une autre parole du Christ : « l’homme récoltera ce qu’il a semé » qui est en totale contradiction avec celle qui est enseignée… il doit y en avoir une de fausse, ajoutée par les hommes ; on y reviendra.

    Drôle de façon de se réconcilier avec son prochain : on l’assassine, ensuite on l’encense, on le glorifie, puis on le remercie d’avoir accepté un tel sacrifice… et on « gobe » ça sans rien dire !!!
    Magnifique comme histoire, plus besoin de se casser la tête pour chercher à s’améliorer, quoi qu’on fasse, on est certain d’aller tout droit au Paradis, sans aucun effort, il suffit de « croire », en Dieu et il fera le reste….
    Et tout le monde y croit sans la moindre réflexion…

    Mais revenons à cette affirmation de base et posons nous la question. Quelle est la notion la plus juste :
    1°) « Rien n’est impossible à Dieu » ou bien,
    2°) « Dieu est parfait, parfaites sont ses lois qui dirigent le monde et nous avec et qui sont issues de sa perfection. »

    Personnellement, je pencherais plutôt pour la deuxième, et pour cause.
    Perfection est synonyme d’IMMUABILITE, et d’ETERNITE… c’est une évidence… ce qui peut être modifié (amélioré) n’est pas parfait… ce qui EXCLUT TOUT ARBITRAIRE, ainsi que toute contradiction ; ce qui est blanc est blanc, ce qui est noir est noir.

    Or dans le « Rien n’est impossible à Dieu » on y inclus la possibilité de MODIFIER SES PROPRES LOIS. PARFAITES…
    Donc : soit Dieu n’est pas parfait, soit cette affirmation est fausse…

    Or, la rémission des péchés par la mort du Christ est bien un acte arbitraire en dehors des lois du Père, donc cette croyance est fausse ; non seulement elle est fausse mais c’est un véritable blasphème envers Dieu… et celui qui y croit renie la perfection Divine pour la bonne raison que la perfection exclut toute contradiction.

    « L’homme récoltera ce qu’il a semé »… confirmé par « Celui qui tue par l’épée périra par l’épée » nous dit exactement le contraire et met l’homme devant sa « responsabilité »… et ce sont là deux paroles du Christ qui semblent authentiques…

    Ce que l’on peut traduire par « l’homme est lui-même l’artisan de son propre destin » chaque jour, chaque heure, chaque minute, il se construit lui-même son avenir et Dieu lui-même ne peut modifier ce destin qui est inclus dans la loi parfaite du créateur… seul l’homme peut le modifier par un changement qui va dans le sens de la loi du Père.
    C’est là une loi cosmique inévitable, à laquelle l’homme ne peut se soustraire, et on veut nous faire croire que Le Fils de Dieu a pu modifier ses propres lois pour satisfaire la paresse et la vanité humaine….

    Alors qu’il a dit : « Je ne suis pas venu pour abolir mais pour accomplir les lois de mon Père »…
    Bien évidemment cette croyance qui est beaucoup plus juste que la première inclus également celle de la réincarnation : à noter que le Christ y a fait allusion à propos de Jean-Baptiste (il est cet Elie qui etc…)
    Comme cette fausse croyance, la plus répandue, ne tient pas debout et s’effondre dès que l’on entre dans des explications logiques, on a inventé : « le mystère divin » pour cacher l’ ignorance.
    Alors on a inventé encore autre chose : « La Bible est la parole de Dieu »

    Le Christ n’a laissé aucun écrit personnel…
    « Oui mais elle est inspirée par Dieu »
    Alors pourquoi quatre évangiles… un seul devrait suffire…

    En lisant les évangiles on se rend compte que chacun des apôtre y a apporté sa compréhension toute personnelle donnant lieu parfois à des divergences de sens… conclusion : on ne peut pas tout prendre sans un examen objectif… certes tout n’est pas faux, mais tout n’est pas juste non plus.
    De plus, en disant « La Bible est la parole de Dieu » on met la parole des apôtres et d’autres écrits d’origine humaine au même niveau que celle du Christ…

    Et même s’il est possible de trouver quelque part dans la Bible une parole d’un apôtre ou autre transcripteur pouvant évoquer l’éventualité d’un rachat de l’humanité par la mort sur la croix du Christ, dans ce cas là, non seulement on met toutes les paroles de la Bible au même niveau mais on fait même passer la parole humaine AVANT celle du Christ…
    Donc par cette fausse croyance, on renie la parole du Christ et la perfection Divine.

    De plus : la Perfection du Créateur inclus la perfection de sa Parole… si la Bible était vraiment la parole de Dieu, il ne saurait y avoir la moindre contradiction, la moindre divergence, or c’est loin d’être le cas… La Bible est loin d’être parfaite ; elle ne peut donc pas être la parole de Dieu…

    En conclusion :
    En assassinant le Christ, l’humanité a signé son refus de croire en sa parole et encore moins de l’appliquer.
    Et Sans l’intercession du Christ envers le Père :
    « Père pardonne leur car ils ne savent pas ce qu’ils font »
    (Ils ne se rendent même pas compte de la gravité de leur acte)
    Nous ne serions peut-être pas sur cette Terre pour en parler…

    Des preuves qui vont dans ce sens il y en a encore, on en trouve facilement :
    Voyez le sort du peuple Juif après cet assassinat… L’apocalypse nous a été donné après la mort du Christ : n’est-ce pas pour nous montrer les conséquences de nos actes ?

    Enfin si on ajoute :
    « Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa Justice et alors tout le reste vous sera donné par surcroît »
    Il ne faudrait pas oublier cette Justice, ni que cette recherche est la vraie « priorité ».
    La « recherche du royaume de Dieu » n’est-elle pas celle de ses Lois qui nous dirigent ?… Si nous les connaissions et les appliquions la Terre serait un reflet du Paradis… Ne croyez-vous pas ?… Hélas on en est encore loin.

    Et comme si tout cela ne suffisait pas, sachant que l’homme apprécie tout particulièrement le « mystérieux », pour être sur du succès, on a inventé trois autres fausses croyances :
    - L’immaculée conception.
    - La résurrection du corps terrestre du Christ.
    - L’ascension de ce même corps terrestre au ciel.

    Ce qui, de mémoire d’homme ne s’est jamais vu ici sur terre… des actes arbitraires qui renient la perfection Divine…. si on croit en la perfection Divine et à la Perfection de ses lois toutes ces croyances sont tout simplement impossibles… il suffit d’un peu de logique pour le comprendre…
    Il a toujours fallu l’union d’un ovule avec un spermatozoïde pour faire un enfant.
    Ceux qui ont vu le Christ après sa mort ne l’ont pas reconnu tout de suite… le corps qu’ils ont vu n’était pas un corps de matière dense, terrestre.

    En conclusion : toutes ces fausses croyances ont bien été inventées dans le seul but de recruter le plus grand nombre d’adeptes. En favorisant la paresse spirituelle elle les entraîne vers le bas, le sommeil de l’esprit puis sa mort… tout en leur donnant l’illusion d’ascension.

    Bien calculé Non ?

  23. Lavigne dit :

    Ma question est simple :
    Vous parlez tous de mieux-être, d’un monde merveilleux… mais savez-vous que ce Monde n’existe pas dans la matière ?
    Qu’êtes-vous prêt à abandonner pour vivre dans ce monde merveilleux ?
    LM

  24. skoushine dit :

    Presque allongée, mais pas tout à fait, c’est ici, dans mon lit que me vient l’idée d’écrire ces quelques mots. En relisant un extrait du livre de « Arlette Guarinos », qui parle d’un rituel de « magie » avec les étoiles ; je me suis dit « pourquoi ne pas partager ça ? »

    Ce soir je suis allée faire une balade nocturne. J’avais très envie de voir les étoiles et encore plus car depuis plus d’un mois, je vis en Pologne avec mon Amour dans une grande ville, et nous ne les voyons pas… je me suis rendue compte à quel point cela me faisait du bien d’être dehors, dans la nuit, de lever les yeux au ciel et de voir ces milliers d’étoiles au dessus de ma tête. Et quand je les regarde, je sens un sourire se dessiner sur mes lèvres. C’est ce que j’appelle « être en harmonie » ! 
    Je me demande souvent si les autres ressentent ça aussi… 

    Alors comme « qui tente rien n’a rien », voici une petite méthode, que  tu peux faire toi même, pour peut-être toi aussi retrouver cette si magique sensation :

    Déjà tu dois reprendre conscience de la planète sur laquelle tu vis, qu’il y a l’univers, que notre jolie petite « Terre Mère » est ronde, au milieu de milliers d’étoiles, et de l’infini. L’idéal c’est d’être dans un lieu où tu es sûr(e) d’être en tranquillité, qu’il fait bien noir, pour ne pas être déranger par les lumières « artificielles ». L’été j’adore aller dans un pré, m’allonger, parce que c’est confortable et que tout mon corps est relié à l’énergie de la Terre. Et là c’est déjà magique parce que tu es face au ciel étoilé et tu ne vois rien d’autre !

    Une fois que tu es bien allongé(e) et que tu es sûr(e) d’être confortable tu prend une respiration lente et régulière puis tu essaies de te mettre en état de relaxation, c’est à dire que tu relâches tout tes muscles en essayant d’en prendre conscience, tout en regardant le ciel. Comme le dit si bien Arlette Guarinos « il n’y a rien d’autre que le ciel immense, profond et mystérieux ».

    Ton regard s’enfonce dans le ciel et tu aperçois la Voie Lactée (notre galaxie) qui est formée de milliards d’étoiles.  Et avec un peu de chance tu verras une étoile filante et tu pourras aussi reprendre conscience que c’est en fait un grain de poussière cosmique qui brûle lorsqu’il rentre dans l’atmosphère de la Terre.

    Concentre-toi sur tout ça et prend conscience encore que même si tu ne vois rien, il existe un lien puissant entre toi et les étoiles. Tu es en train de te purifier et de te recharger avec les étoiles ! Tu sens ça ? Et là, tu peux dire merci à la « Source Divine ». Moi je pourrais rester allongée toute la nuit !

    Comme l’écris Arlette Guarinos : « Ces cures ne coûtent pas chères et s’avèrent excellentes pour le rajeunissement notamment, de même que pour retrouver des forces après une grande fatigue ou en période de convalescence. »

    Tu ne risque rien si tu essaies, tu as tout à ressentir.

  25. dit :

    Ceci n’est pas une crise… c’est une mutation.

    Le regard que l’on porte aux choses à l’instant présent est fondamental pour le temps à venir. Y voir une crise est anxiogène, c’est le royaume de la peur, des angoisses. Y voir une mutation est nettement plus serein, plus constructif, plus optimiste. Dans un cas, on est en réaction, en défense, et dans l’autre, on se situe dans l’action, dans l’attaque. Quelle est la meilleure stratégie ?

    Nous savons que la solution pour les années à venir est et sera essentiellement l’affaire de chacun d’entre nous en œuvrant dans le sens du bien collectif. Les contraintes, les efforts, seront d’autant plus « acceptables » qu’ils seront accompagnés d’espoir, de sens du combat à mener vers un avenir forcément meilleur.

    Quel monde meilleur ? L’être humain a besoin de rêver, d’imaginer un autre monde, simplement pour pouvoir y parvenir. Sans écouter tous les défaitistes et ceux qui ont trop à perdre de tout changement… « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait », Mark Twain…

    Connaître et comprendre ce qui se passe aujourd’hui dans le monde, dans nos sociétés, permet d’anticiper et de s’adapter. Deux facteurs essentiels pour l’évolution humaine, depuis son origine. Bien sûr, beaucoup de choses changent plus brutalement actuellement, notamment parce qu’elles sont en fait l’aboutissement de lentes évolutions cependant pas toujours visibles pour tout le monde, et de transformations en profondeur. Aucun drame dans tout cela. Au contraire, c’est sans doute une très grande chance.

    Accepter que notre civilisation ne soit pas en crise, mais en mutation change tout simplement notre comportement. De protecteurs nous devenons inventeurs ! Si nous étions en crise, des soins permettraient d’en sortir pour retrouver notre état initial. Les remèdes ont été, et sont toujours, administrés. Aucun effet, aucune amélioration. Si le « malade » ne guérit pas, c’est qu’il est en train de passer à un autre état, différent, et pas forcément mortel !

    Un autre regard : une véritable vision

    Nous ne voyons pas clair actuellement parce que nous regardons avec nos yeux d’hier une réalité qui nous demande de la regarder avec nos yeux de demain. Or, la majorité de nos « penseurs/influenceurs » actuels, qui disposent de porte-voix importants, sont d’un autre temps. Ils considèrent l’industrie avec le regard du XIXe siècle, l’énergie avec le regard du milieu du XXe siècle, la communication avec le regard publicitaire des années 80…

    L’époque est à la rupture des paradigmes établis. Les basiques sont remis en cause, partout et pour tout. Ces leaders d’opinion sont donc dans l’incapacité de nous guider, ne disposant pas des nouvelles clés nous permettant d’ouvrir les bonnes portes… ou les bonnes fenêtres ! Or les nouveaux penseurs, les nouveaux exemples, sont là, bien là. Et depuis de nombreuses années. Ils/elles ont défriché les terrains, les connaissances, testé leurs idées pour valider leur efficacité au regard de l’expérience.

    Les échanges entre les disciplines scientifiques ou intellectuelles sont les sources de tant de créativité et de progrès. Mettons-les plus en lumière, écoutons et prenons en considération leurs idées, leurs pistes de travail, leurs terrains de recherches et d’expérimentations. Les nouvelles idées émergent… On les regarde avec un autre regard, plus attentif, plus attentionné, plus curieux… Moins moqueur aussi. Et si les utopistes et autres idéalistes avaient parfois raison ?

    L’enjeu de la confiance

    L’incertitude n’a rien à voir avec le manque d’espoir. Ni avec le manque de vision. C’est l’inverse. Les globe-trotteurs savent que deux aptitudes sont vitales en situation difficile : savoir gérer l’imprévu et pouvoir lâcher prise lorsqu’il le faut ! Comme tout entrepreneur d’ailleurs. Ou comme tout parent ! Ce sont deux illustrations de forces qui permettent d’être en confiance, et donc en sérénité très vigilante, pour vivre l’instant présent et aborder ce qui peut arriver à chaque instant.

    Être en confiance nécessite que la nature humaine redéfinisse ou affine ses basiques, ses fondamentaux. Au regard de la mutation en cours, trois caractéristiques peuvent constituer le socle culturel humain des prochaines années : le besoin d’être et non d’avoir, la nécessité de savoir pour comprendre et pour faire des choix, pour prendre des décisions judicieuses, et enfin la capacité à prendre des risques, à oser, à entreprendre, à faire preuve d’audace.

    Être… savoir… risquer

    « Être » est au sommet de tout, c’est la première force humaine à (re)définir, car tout en découle naturellement, notamment l’activité. Le cerveau commande la fonction. Dans une période de recherche de sens, la question des convictions, et des doutes aussi, sont les fondations de tout comportement et de toute construction. « Savoir » est la seconde clé d’avenir. Plus le savoir sera maîtrisé, plus le pilotage de vie pourra être précis. Disposer dans un contexte de surinformation générale de la bonne information, crédible, utile, sera l’atout de demain.

    Jamais l’accès à la connaissance n’a été aussi grand. L’Homme en tire-t-il un réel profit ? Grâce au web l’être humain n’a plus besoin de stocker ses connaissances dans son propre cerveau. Les serveurs et autres disques durs s’en chargent. Notre cerveau a donc tout l’espace nécessaire pour juste savoir où trouver les connaissances et pour analyser, synthétiser, créer, décider… Extraordinaire évolution ! D’où la forte attente de transparence pour rapprocher savoir et vérité, pour démontrer, étayer. Et enfin, surtout…

    « Risquer » va souvent avec innover, condition vitale pour aborder la phase de mutation que nous traversons. Pourtant la plupart des investisseurs, par exemple, ne recherchent que des placements à haut rendement et sans risque ! La culture du rentier dans son fauteuil a écrasé celle de l’audacieux qui gravit les montagnes. C’est pour cela que les politiques promettent de nous protéger face à la crise. Parce que la peur nous paralyse. Or, nous avons surtout besoin qu’ils nous « arment » face à la mutation. Oui aux outils et non aux boucliers !

    Le principe de précaution poussé à l’extrême comme actuellement est un frein parce qu’il empêche d’oser, d’explorer des territoires inconnus. Inventer, transformer et réformer ne peuvent se faire sans prise de risque, sans remise en cause des états existants jusque-là, sans courage non plus. Les organisations qui émergent acceptent le risque, celui de perdre par exemple. La société Patagonia vient de lancer un appel à ses consommateurs pour acheter moins ! Paradoxal ? Non, logique. Cette entreprise a toujours pris des risques en innovant. Aujourd’hui, elle demande à ses clients d’acheter moins, de réparer, de donner ou de recycler. Pari fou ? Pas si sûr… Dans sa nature.

    « High risk, High return » disent les Anglo-saxons. Un état d’esprit avant tout, celui des pionniers, des défricheurs, des explorateurs et des inventeurs. Une façon d’être, source de connaissances et de savoirs. Celles et ceux qui prendront des risques grâce à leurs convictions et à leur utilisation des connaissances auront toujours un temps d’avance dans la mutation en cours, donc un sérieux avantage. Seront en crise en revanche, celles et ceux qui refusent les mutations qui se présentent ou se préfigurent. Qui ne les voient pas, ou qui ne les comprennent pas.

    La Première Guerre mondiale a été l’événement crucial dont a découlé tout le XXe siècle. La mutation actuelle est sans doute l’événement crucial dont découlera tout le XXIe siècle.

  26. Gena P dit :

    Je viens de m’inscrire il y a juste quelques heures.
    Donc je tombe où là ?
    Cela sera lu par tout le monde ?
    Pas de problème, rien à cacher, tout à livrer, à délivrer, à délayer !
    Oh excusez-moi, j’en oublie les formalités !
    Salutations à Tous et à toutes !

    Oh J’ai tellement de choses à partager que je ne sais par où, commencer, donc je laisserai la spontanéité prendre les commandes de la guidance de ce délayage, si délayage il y a !

    Je remercie l’Ami Daniel, qui m’a fait me parachuter sur ce site dont le concept me plait assez pour le peu que je découvre.
    Je vais donc lire les règles de fonctionnement avant tout, comme je le ferai si je venais à utiliser un nouvel engin pour naviguer ici et là !

    Dans le seul but de partager uniquement.
    Le partage est important pour moi en ce moment et cela s’impose comme une évidence !
    Si vous saviez la joie que nous ressentons quand nous partageons quoique ce soit ! …
    Un moment, un sourire, une expérience, un bon gâteau au chocolat, de l’argent, de l’Amour,  du respect, un instant, du temps, de l’énergie ! …

    Bref chaque fois que nous partageons, nous ne retenons pas. Au contraire, nous libérons et se faisant nous participons à l’éternel recommencement de la Dynamique matricielle.
    Qui donne s’enrichit.
    Qui donne se libère et se renouvelle.
    Qui donne, croît et fait croire l’Univers et sa Dynamique, cette énergie libre, exponentielle, universelle, originellement à la base de tout.
    L’Amour. 
    Et alors, je conçois que plus je donne et plus je reçois, je suis tel l’Amour, je deviens cet Amour.

    Que chacune puisse trouver ses propres clés ou de nouvelles clés pour continuer à évoluer à son rythme, sans que cela ne lui coûte rien, et tout en demeurant : libre d’être ce qu’il a choisi d’être !
    Sachant pertinemment que ce faisant, chacun de vous, nous permettez aussi de, trouver de nouvelles clés qui nous permettent alors aussi d’avancer chaque fois un peu sur la courbe de l’évolution équationnelle du Système (Perpétuel mouvement de l’Energie Universelle).
    Sachant que chacun de nous étant un sous système organisé du Système matriciel, selon la conceptualisation calquée sur celui du principe des poupées russes.
    Tout ce qui est en haut et tout comme ce qui est en bas, disait TREMEGISTUS (Table d’émeraude).
    Le macro et le micro sont identiques, ce n’est qu’une question d’échelle !
    Se connaitre soi-même, c’est connaitre l’univers et se rendre compte qu’au final que l’Univers est en nous.

    Fraternellement.

    • InterObjectif dit :

      Bonjour, bienvenue, et désolé Gena P,

      Désolé, car tu arrives juste un peu trop tard…

      En effet, InterObjectif.Net et nous-les-dieux.org (son site mère) sont en « sommeil » à partir d’aujourd’hui !
      Et ce pour une durée indéterminée…

      Pourquoi une telle décision ? (prise au moment où la fréquentation totale est de près de 15.000 personnes/jour)
      Car mon état physique, émotionnel, et mental, ne me permet tout simplement plus de continuer !
      Parce que cette altruiste activité me « bouffe » maintenant littéralement l’existence !
      Pour me libérer de cette prison virtuelle dans laquelle je me retrouve enfermé depuis cinq ans contre-nature !
      Ceci pour me ressourcer afin de retrouver l’équilibre, l’énergie, et la joie de vivre, qui m’habitaient auparavant…

      Lorsque nos pensées et nos actes sont en concordance parfaite tout en suivant le sens fluctuant du courant de la Vie, alors mystiquement, toutes les forces de l'Univers conspirent ensemble activement à la réalisation concrète de notre bonheur !
      Le véritable bonheur arrive donc naturellement lorsque nous parvenons réellement, à percevoir le flux énergétique subtil de la Vie, puis à se laisser porter en synergie par son courant, pour finir par réussir à vivre en totale symbiose avec Cette force universelle en mouvement qui anime tout le vivant ; notre existence est alors pur Amour manifesté.
      Finalement, si cet état d'être perdure, notre but primordial ici-bas, l'objectif essentiel de notre présente incarnation sur Terre, est pour ainsi dire réalisé.

      Je t’aurais bien passé le relais (ou à d’autres), mais les expériences passées dans ce domaine m’ont appris que cela ne fonctionne pas pour ce type particulier de site/blog qui reflète essentiellement l’âme de son créateur.

      Concrètement, le site et son blog resteront en ligne (tant que j’aurais les moyens financiers de payer le serveur dédié qui les héberge), en l’état actuel, mais dorénavant sans la possibilité de modifier ou de créer des pages sur le site ni de publier des commentaires ou des articles sur ce blog.

      Ceci est donc le « dernier » commentaire sur InterObjectif.Net !

      Fraternellement vôtre,
      Patrick Barret.

      PS : si Christophe Allain souhaite te répondre, je publierais bien évidement son commentaire…
      (mais il est semble-t-il en stage ce week-end)

  27. Chris dit :

    NOSCE TE IPSUM (Connais-toi toi-même)

    Bonjour,

    Vos paroles sont humbles, elles permettent à celui ou à celle qui les écoutent de les accepter ou les refuser.
    C’est devenu rare, je vous remercie.
    Je suis juste un jeune homme de 25 ans dont le mental ne cesse de faire du va-et-vient, car ce que je croyais être vrai a été littéralement ébranlé au plus profond de mon être.

    J’ai toujours eu un sentiment d’insatisfaction, de faire les choses (loisirs, société, etc.) comme si ce n’est pas ce que je devais faire, et une profonde relation avec le silence. Bien que je ne suis pas malheureux mais personne à qui vraiment me confier.

    Des changements ont eu lieu dans ma façon de percevoir ce qui m’entoure, le pire c’est que ça c’est fait tout seul.
    Le plus important a été le lâcher-prise.
    J’étais déjà comme ça mais là c’est devenue PIRE (je ne pense pas au suicide lol, ce n’est pas ce que je recherche).

    Tout à commencé il y a 2 mois par une méditation (en réalité depuis toujours c’est juste que je ne regardais pas au bon endroit). Pour la première fois je sens L’ÉNERGIE, celle des films de science fiction ; quand je pense qu’on fait croire aux enfants que le père noël existe et que si on a le malheur de le contre dire…
    Elle s’est présenté sous plusieurs formes, à l’extérieur par mes mains (toujours en tourbillon jamais en rectiligne), à l’intérieur sous forme de chaleur en niveau du torse, essayant de remonter jusqu’à mon crane. Lorsqu’elle est remonté par un lâcher-prise conscient une paix intérieur, qu’on ne peux pas décrire avec les mots. PLUS DE PASSÉ, PLUS DE FUTUR, PLUS DE MENTAL (j’ai réalisé ceci après expérience et non pendant). Ce genre de chose m’est arrivé deux fois et je ne décide pas quand ça vient… ensuite les tourbillons se sont accentués, les mains et surtout ma tête, c’est comme si on me balançait un rayon en plein de tête (pas douloureux mais un peu désagréable).

    Chaque méditation est différente contrairement à ce que les gens pensent (j’ai regardé ma main,il y avait une aura violette qui l’entouré.. sortie de mon corps et je pouvais sentir tout mon pantalon à travers ma peau, perception extrêmement sensible que je ne pouvais pas trop bouger).
    J’ai commencé à changer mon alimentation… à ne boire que de l’eau pure, énergisé et là remercier en pensée.
    Et là BOUMM un soir, j’étais vraiment pas bien mon corps était électrifié, je ressens l’énergie mais cette fois c’est très froid. Toute la soirée c’est comme un appel !!! Je décide de m’allonger et de rester tranquille, je sens mon corps partir au bout de 30 secondes. L’énergie est tellement forte que je ne peux pas me relever du sol, je panique, mon corps se branche à quelque chose. J’entends des voix… etc., etc., UNE INCROYABLE ÉNERGIE s’est logé dans mon ventre sans que mon intention n’intervienne.

    Cette énergie me brule, c’est comme si on me plantait un poignard dans le ventre… c’est assez douloureux.
    Je ne peux absolument pas la contrôler. Je ne sais pas ce que ça veux dire… par deux fois j’ai stoppé cette énergie toujours dans le ventre, je crois que j’ai peur…
    Je dois découvrir la signification de tout ceci.

    Voilà ma petite histoire… j’ai essayé de faire court, je cherche la vérité, je me cherche et suis ouvert à écouter vos conseils… Mon corps, mon instinct me demande de m’isoler quelque temps.

  28. shravaka francois dit :

    L’eau coule en moi.

    C’est comme prendre le bateau, d’un point est arrivé à l’autre rive, de regarder son passé. Il se donnait un but, les moyens. L’arrivée sur l’autre rive. Et d’être le spectateur de son passé. Et d’être comme : zéro sur un lac ou une mer agitée ou un ballon puissent flotter avec tout son contenu. De garder la tête au-dessus de l’eau. Une d’être au centre de soins. Et d’être comme le ballon de suivre la montée ou la descente d’être au même niveau que l’autre en face. S’il monte vous monter. S’il est calme vous s’est aussi calme.

  29. Dossetti fabrice dit :

    Si vous avez un tant soit peu étudié la nature de votre conscience, la nature de votre pensée…
    Si, durant votre cheminement, le doute s’est insinué dans une seule de vos certitudes, et vous a amené à regarder plus loin…
    Si vous avez mis en défaut votre pensée une seule fois, et vu une seule fois l’illusion qu’elle créée.
    Alors vous savez, inconsciemment surement, qu’il en est de même pour l’ensemble de vos pensées, de vos certitudes.

    Tout ce qui est créé par votre pensée est illusion, et tant que vous chercherez, vous ne trouverez que l’illusion.
    Le bonheur ne se cherche pas, l’amour ne se cherche pas, la vérité ne se cherche pas.

    La seule chose que nous puissions faire, c’est observer nos pensées créer nos souffrances, déceler la nature illusoire de notre pensée, uniquement destinée à nous permettre de fuir le vide dont nous n’avons aucune connaissance et qui nous terrifie… sans se rendre compte que ce vide est également une abstraction de notre pensée.

    Le vide n’est pas, n’existe pas… il y a autre chose, mais ce n’est pas du vide…

  30. Mili dit :

    L’acceptation
    par Micheline Ruch, auteure de « L’Alchimie du Bonheur -- Et si les Licornes existaient… »

  31. InterObjectif dit :


    Etienne Chouard -- Penser la démocratie !

    Etienne Chouard est un homme doux, parfaitement en colère. Poil à gratter de la pensée unique, il agace, perturbe, fait réfléchir. Et en attendant, il bosse. C’est le marathon-man des salles des fêtes, l’égérie des résistants, le citoyen d’or d’Agoravox. Calomnié, encensé, il ne laisse pas indifférent. C’est probablement qu’il a quelque chose à dire.

    Enseignant l’économie et le droit, à l’occasion du Référendum de 2005, Etienne se plonge dans les textes du projet de Constitution Européenne. Ce qu’il découvre le change à jamais. Depuis, loin des organisations partisanes, il dénonce notre apathie et veut redonner au mot démocratie sa véritable signification.

    Son credo : une constitution écrite par les citoyens et des représentants tirés au sort.

    LE MESSAGE…

  32.  
Faire un commentaire

Cocher cette case pour être averti par mél des commentaires à venir.
(vous pouvez aussi être averti par mél des commentaires à venir sans commenter)


Accélérez votre navigation sur ce site en utilisant :
Google Chrome
Le navigateur internet rapide et novateur !