Documentaire autrichien de P.A. Straubinger en version française (2010)

Peut-on survivre sans prendre de nourriture pendant des semaines, des années voire des décennies ?
La plupart des gens, scientifiques ou spécialistes répondront spontanément : c’est impossible !

Mais comment réagiront ces mêmes scientifiques et spécialistes lorsqu’ils seront confrontés aux preuves, rapports certifiés, interviews et expériences en laboratoire à l’appui, constatant que ce phénomène, parfois aussi désigné par « Respirianisme », existe ?

Le film est une enquête passionnante et intrigante autour du monde. Il explore non seulement la connaissance issue des traditions spirituelles asiatiques, mais dévoile aussi les derniers modèles d’explications tirés de la physique quantique.

Sans promouvoir le « Respirianisme », ce documentaire propose une vision alternative de nos besoins, bousculant la philosophie mécaniste-matérialiste dominante. Serait-il alors possible de vivre autrement ?

Achetez ce DVD : « LUMIÈRE »
(chez Jupiter Communication, son distributeur français)

Avec en bonus du DVD le passionnant documentaire « Propos sur la conscience », où le Dr. Amit Goswadi, physicien quantique, prétend que la conscience humaine ne provient pas du cerveau. A voir et revoir d’urgence en version française ! 

http://nous-les-dieux.org/VIDEOS/Lumiere.flv

Attention : Non le respirianisme n’est pas à pratiquer par tout le monde, ni évidemment la solution à la faim dans le monde !
Serait-il alors possible de vivre autrement ? Oui, pour quelques uns…
Un excellent sujet qui démontre que le monde scientifique actuel marche globalement à côté de ses pompes… et que de nouvelles perspectives s’offrent à la destinée humaine.

« Si cette enquête remet en question nos conceptions et ouvre une porte sur une alternative, elle n’en reste pas moins honnête, rigoureuse, et ne fait aucune propagande. » (Les Fiches du Cinéma)

« P.A. Straubinger permet à chacun de se faire une opinion à travers une enquête solide, s’appuyant sur des études scientifiques. Lumière débute avec de nombreux plans aériens, une invitation à considérer les thèmes évoqués dans le documentaire avec un oeil neuf, à bonne distance. » (Excessif)

« Voilà, avouons-le honnêtement, qui a de quoi troubler les esprits rationnels, et justifie la tentation du réalisateur de remettre plus largement en cause les dogmes de la science positiviste. » (Le Monde)

« Même si le scepticisme reste de mise, ce film peut laisser croire selon quelques spécialistes à la véritable influence de l’esprit sur la matière. Il laisse aussi planer l’hypothèse que d’autres formes d’énergie pourraient exister se substituant à celles auxquelles on a l’habitude de recourir. En tout cas il a le mérite de laisser penser que l’homme a des capacités infinies en lui… » (Suite101.fr)

« Sans trop s’encombrer d’idéologies fumeuses ou hors d’atteinte des non-convaincus, l’enquête s’attaque à l’énigme biologique et médicale, explore et élargit le débat jusqu’à la valeur des sciences et de nos certitudes. C’est habile, très intrigant, avec une pointe d’humour pour faire passer le plus ahurissant. » (L’avis des femmes)

« On est plus frappé par le mépris de la communauté scientifique, qui en se fermant à toute étude apporte de l’eau au moulin des plus illuminés. Reste un sujet fascinant qui fait réfléchir… » (L’avis des hommes)

« Une chose est sûre, ce film n’est pas une incitation au jeûne mais invite, au contraire, le spectateur à repousser les limites de l’entendement pour approcher progressivement une autre réalité surprenante ! » (L’Officiel des Spectacles)

« Un beau message d’espoir donc, qui tombe à pic car avec bientôt 7 milliards d’êtres humains la lumière risque d’être notre plat principal. » (Le Canard Enchaîné)

Lumière (DVD)

 

Lire le témoignage édifiant de Gena P. (reçu le dimanche 12 février 2012) :

 
Salutation Patrick !

Oui il est possible de vivre, de se nourrir que de Lumière.

Cette expérience s’est imposée naturellement.
Maintenant je sais avec le recul comment cela s’est imposé naturellement.
 
Je méditais avant de commencer ma journée en 1993.
Quand je dis méditer cela veut dire me connecter à la Source matrice de la Terre (pour l’ancrage) puis à la Source Céleste (source d’Amour).
Je l’appelai la Double connections de la Connection.
 
Mes intentions étaient de me laisser remplir au fur et à mesure que mon ancrage à Gaïa s’établissait.
Me remplir, me nettoyer, me purifier, me guérir, m’enseigner et me nourrir puis transférer mon énergie à Gaïa et tout autour de moi sur des kilométres à la ronde.
 
C’est ainsi que peu à peu des pavés de savoir remontèrent en moi quand je fus prête à les conscientisser. C’est ainsi que peu à peu s’ouvrit mon champ de conscience et de compréhension et que je m’ajustai aux énergies extérieures terriennes ou extra terriennes.
 
Une guidance intérieure (sorte d’intuition au début gagna le pas).
Puis cette guidance augmenta pour devenir un câblage, une connection large, sûre et sur de nombreuses  interfaces (modes et mondes).
 
Je reçu des enseignements de pensées, des modes, des infos parfois très techniques, et des mots nouveaux que maintenant je retrouve ici et là à travers des transmissions établies par d’autres sur la toile et c’est rassurant (cela me conforte de la nature des choses nouvelles qui m’ont été transmises longtemps en arrière et qui deviennent quasiment naturellement admises pour beaucoup plus de consciences).
 
Reconnaissante envers l’univers de tout ce qui m’est offert de comprendre (car je n’aime pas m’adonner à la lecture, sauf pour étudier et passer mes diplomes).
 
Consciente qu’il m’est possible maintenant d’aider gratuitement tous les êtres que l’univers me fait croiser sur ma route. J’insiste gratuitement car ayant reçu tout gratuitement, je trouve logique de ne tirer profit de rien ni de personne.
 
Notre rôle à tous étant de faire de nous des êtres libres, complets, riches de palettes, et indépendants, tout en étant inter-connectés soi-même entre nous-même et avec l’Univers, sur la fréquence la plus harmonieuse qui nous est permise d’intégrer et de maintenir à son taux le plus haut sur le mode de la constance.
 
Nous sommes amenés à devenir en quelques sortes des voyageurs intemporels et c’est magnifique, du moins le peu que j’en ai vu !
 
Je sais que tout ce que j’ai compris, ne peut être divulgué à tous vents et à n’importe qui…
 
Je sais aussi que le champ des consciences travaillées, en ce moment plus que d’habitude, permettra la Compréhenssion et l’acquisition d’une nouvelle Sagesse, puis d’embrasser de nouveaux modes de fonctionnement dans la joie et sans aucun appréhension, car la peur ne fait pas partie du mode opérant d’un futur qui dans la réalité en cours se trouve déjà là, prêt à s’intégrer dans cette réalité, en fond de toile (transition actuelle).
 
Ajustement, calibrage, résonance, radiance, aimante, opérante, co-opérante, oeuvrant… équilibres des forces et des niveaux, kha, reliance… bref une pléiade de mots qui à l’époque en 2000 semblaient sortir d’un registre syntaxique peu populaire.
 
Que m’importe d’où tout cela me vient (rarement ils sortent leurs cartes de visite : « Salutation, nous sommes le collectif de… et notre système est à une année lumière du votre… »).
 
C’est longtemps après qu’un nom s’impose à la conscience ! Shamballa, Kha collectif…
Sauf pour Mickaël Archange qui fut vite identifié quand il me remit l’épée en présence de Gabriel Archange (rêve éveillé, juste après m’être réveillée d’une belle et bonne nuit de sommeil réparateur).
 
Oui, connaître leurs pedigree, Patrick cela m’était égal.
J’ai eu d’entrée une réelle confiance.
Et ne me suis jamais dit : tu es dingue, ma fille, l’asile c’est la seconde à droite !…
 
Et je n’avais pas envie non plus d’en parler à quelqu’un, car je pensais que tout le monde était comme moi (branché naturellement)  !
 
D’ailleurs, les maîtres de consciences, car s’est ainsi que je les appelle, qu’ils viennent de fréquences hautes ou moins hautes, fonctionnent en relation, en partenariat, pour former des collectifs.
 
J’appris aussi pour les avoir visité que les moyens de transports que nous nommons OVNI, sont pour ceux qui sont alignées sur de très hautes fréquences, composés de différents et synchrones véhicules de Lumières et que la réunion de ces différents corps, donc de champs de lumière qui englobent des consciences unifiées, créent un collectif, et donc un champ unifié permettant de braver les lois physiques de notre terre jusqu’à un certain niveau de fréquence.
 
La Terre est dense encore pour eux et cela plombe leurs fréquences, donc ils doivent restés à une certaine altitude requise.
 
Bref, leurs véhicules sont vivants, matriciellement vibrant.
 
Que le plasma stellaire existe et que, incorporé dans un collectif, donc dans un champ du collectif, cela crée une interface de navigation stellaire comme le fait un peu nos GPS, sauf que le plasma stellaire intégré dans le champ de lumière collective, devient inter-communicatif, aligné sur la fréquence de la pensée du collectif lui même..
On pourrait croire que le plasma est vivant.
Oui et non.
Il suffit de penser là où l’on veut aller pour que le plasma nous dessine un plan de vol ajusté à la pensée du collectif naviguant.
 
Pour une conscience humain cela relève un peu de la SF.
Mais ayant vécu le temps d’une expérience dans un champ collectif, ayant été appelée à m’y joindre en tant que visiteur, pour comprendre quelque chose de particulier, et notamment ceci, que les autres vaisseaux solides fait d’une structure dense, émanant des champs de fréquences moins hautes sont amenés à se crasher ici sur terre si une défaillance ou une interférence survient.
 
On s’est éloigné du sujet ?
Non pas vraiment !
Se nourrir de lumière, suite à de nombreuses doubles connections, ont permis à mon champ d’énergie (Merkhaba) à augmenter sa fréquence.
Tous mes ordinateurs ou appareils sensibles (téléphones…) bugguaient ou plantaient. J’ai donc du apprendre à me familiariser et à les ajuster en fonction de ce que j’avais à faire.
 
Mon potentiel de guérison spontanée s’en est trouvé activé aussi ensuite. En 1996, j’expérimentais ce nouveau attribut pour soulager les douleurs des autres.
 
Mais le plus grand défi a été d’enrayer une maladie orpheline (l’endométriose) dont je souffrais extrêmement au point d’arrêter de travailler pendant 10 ans et me suffire du RMI pour m’adonner à la guérison et à la compréhension de moi-même surtout. Car si je pouvais soulager ou réparer les bobos des autres, alors pourquoi ne pas avant tout s’occuper du mien ?
 
Cela est loin maintenant et qui l’aurait cru ?…
Surtout pas les médecins qui me disaient que si j’arrêtaient les traitements, je finirai pas avoir un anus artificiel apposé sur l’hyponcondre droit !… (la peur était une arme redoutable, dont eux-même, n’avaient même pas conscience !)
 
Mais sans la double connections faites au cours de mes méditations, je n’aurai pas pu me retrouver et agir dans le fond des choses, au niveau de mon âme, car l’endométriose trouvait son étiologie dans mon baggage mémoire atmique.
 
Du coup je me sers de mon métier d’infirmière pour prodiguer et diffuser cette énergie que je nomme énergie d’Amour puisqu’elle me remplie, m’a guéri et me nourrit.
 
Convaincue maintenant que la Médecine ne peut pas tout soigner, voir le contraire même parfois (pollution et dérèglements post thérapeutique – effets secondaires…), bref, sans dénigrer, je reste réaliste et préfère faire les pansements, les toilettes, les aspirations bronchiques et les prélèvements, étant contre les traitements chimiques, vaccins… contre tout ce qui dénature la nature de nos corps bridés géniquement temporairement pour qu’ils dépérissent dans un espace temps limité.
 
Mais tout cela change et j’en suis la preuve vivante.
Nos corps peuvent s’auto-regènerer.
Nos corps reçoivent, par les soins de la Lumière, les nouveaux codes d’activations.
Et les infimes cristaux que notre corps renferment y sont pour beaucoup.
 
La médecine va découvre prochainement la présence de micron cristaux (hématites au niveau de notre sonar – 3ième oeil -, quartz particules dans le champ aurique et au niveau du coeur…).
Des découvertes en physique quantique (les fréquences encodées dans les crop circles et leurs origines…).
Les orbes, pourquoi sont-elles visibles maintenant ?…
 
Mais revenons à nos moutons !
La connection doit être toujours vérifiée car une seule pensée négative, un jugement, une attitude basse interrompe la Connection. Alors le champ se rétrécit, la fréquence baisse (bref je redevenais comme avant et étais obligée de combler les manques par des apports basiques pour palier à l’énergie manquantes : manger…).
 
Comment sait-on qu’on est bien en Connection (doubles connections) ?
On ressent son axe spinal tourner harmonieusement.
Plus on emmagasine de lumière et plus le sas doit laisser passer l’énergie reçue en la matrice de Gaïa. L’ancrage doit alors s’élargir pour permettre le passage de l’énergie via le dernier chakra afin de s’éviter l’auto-combustion d’abord, car quand l’axe spinal commence à s’accélérer, si le corps n’est pas capable de la contenir, il y a sensation de tournis, vomissements parfois, et maux de tête ensuite garantis… donc attention a bien vérifier ses sorties d’énergies, car le corps ne doit pas contenir plus qu’il ne peut, sinon grillage de fusibles au niveau de la santé mentale.
Ne jamais provoquer ce qui est communément appelée la « montée de kundalini ».
Certains s’adonne à réveiller le feu sacré alors que la kundalini est le carburant qu’il nous faut respecter, car il aura son utilité plus tard dans l’activation de nos champs de propulsion pour voyager dans un état de transdimensionnalité avec nos corps de base merhaviquement activé.
 
Je n’ai jamais poussé cela à son maximum pour faire comme Padré Pio se retrouver en 2 espaces simultanement.
Je ne recherche pas les expériences, c’est plutôt elles qui viennnent à ma rencontre.
Je les appelle peut-être (loi de l’attraction), mais pas par ma volonté consciente.
 
Une fois, je fis l’expérience de l’invisibilité (pendant 1 h 30, au moins, ma soeur me chercha dans une église qui ne comportait qu’une porte d’entrée et ne me voyant pas, elle m’accusa de m’être cachée). Je compris que j’étais devenue invisible (sûrement à force de prier avec tant de ferveur !), et ce, sans pour autant me rappeler où je me suis retrouvée dans cet espace de non-temps de cette invisibilité (une expérience pas recherchée mais plutôt le fruit d’une longue période de pratique de méditations en amont).
 
Depuis je me connecte relativement moins souvent, car n’en ressent pas le désir. Je me sens appelée à vérifier mes connections par un appel intérieur (sorte de désir profond).
 
Je me nourris de lumière mais je fais aussi l’expérience de me nourrir de temps en temps de choses denses (de légumes exclusivement et bio).
Les 2 modes sont incompatibles, en tout cas pour moi.
 
Cela encrasse mes canaux, me plombe quelque peu pour ainsi dire, et la montée de mes fréquences sont moins pures, moins hautes et plus lentes aussi.
Mais j’avais envie de revenir à cet ancien mode, car je suis très gourmante. Mais c’est bien aussi car j’ai compris un truc de plus.
 
Je sais par expérience, quand on se nourrit d’énergie (quand le processus s’enclenche) qu’au début on maigrit beaucoup et on fait des petits cacas en formes de crottes de biques et qu’on fait peu pipi mais qu’on est amené au début à se purger, donc on boit régulièrement en fonction de ses besoins.
Il ne faut pas se priver.
Le mode lumière se substitue au mode dense, progressivement.
Il n’y a pas eu d’arrêt brutal du style : « tient, je décide de ne plus manger et de me nourrir que de lumière ! Non cela ne c’est pas passé comme cela pour moi ! ».
 
Le poids se stabilise après et ne chute plus.
On a une pêche, une énergie phénoménale, et on dort peu.
Du coup méditer pour se double connecter n’est plus une perte de temps, au contraire.
 
De plus en plus, nous serons appelés à faire cette expérience et à en témoigner.
Il n’y a pas de méthode générale. Je ne crois pas !
 
Donc même si je n’aime pas lire, j’ai hâte de lire ce témoignage mis en ligne. Merci !
 
Cela se fait au fur et à mesure que nous intégrons de plus en plus de lumière via la doubles connections (la Connection).
Pendant le travail qu’opère la double connections, et une fois les intentions émises, ne plus penser à rien et se laisser faire, car une seule pensée peut parasiter et figer le remplissage.
 
A la fin de ce travail on se sent régénéré, en pleine forme, heureux, serein, les idées claires et vierges de tout formatage, et ce au fur et à mesure que le travail se répète dans le temps et l’espace.
 
La lumière transporte l’Amour, et l’Amour c’est de la Lumière haute fréquence (la plus haute)Voilà ce dont je prends conscience.
Je cherche des êtres qui peuvent témoigner et expliquer par quelle voie ils en sont arrivés eux aussi à faire cette expérience…
Et enfin maintenant il y a un témoignage !
 
COOL ! J’y courre !
 

7 commentaires pour “LUMIÈRE – Est-il possible de ne vivre que de lumière ?”
  1. dit :

    [...] Voici donc le documentaire en question. Vous le trouverez en segments ci-dessous, ou pouvez le visionner en totalité sur le site InterObjectif.net . [...]

  2. Alfred dit :

    « Le monde est une constuction de la conscience humaine. » C’est une notion qui frappe au coeur. L’unité, ouvre à l’individu un libertée illimitée, un monde de choix, ou tout (ou presque) est défini par lui. C’est magique et il faut se le rapeler en chaque instant. Super documentaire.

  3. Je m’associe à cette démarche pranique et témoigne.
    En janvier 2010 je me suis engagé dans le processus de 21 jours pour vivre de lumière. Une aventure singulière et enthousiasmante ! J’en appelle à toutes les personnes devenues « pranique » de se manifester pour témoigner de leurs expériences. Il est nécessaire que le monde sache. L’humilité qui nous rejoint lorsque nous pratiquons cette démarche ne doit plus nous confiner dans nos retranchements. Nous sommes les témoins vivants d’un possible autre paradigme. L’évolution nous appelle à agir désormais en toute lumière… 

  4. dit :

    [...] y a un film documentaire qui est sorti en 2010 sur le sujet, c’est le film « lumière » (si le lien ne marche plus, car ce site est  amené à fermer dans l’avenir, me contacter [...]

  5. Fabienne dit :

    Oui je vis cela actuellement et progressivement, je dors moins, je mange moins, et certains jour, je ne mange pas du tout, sans que celà me fasse souffrir. Du coup je perd les 10 kilos que j’ai pris il y a 1 ans, sans aucun effort. Ça c’est mis en place naturellement, depuis que j’ai eu une nouvelle ouverture au niveau du plexus, pouvant ainsi capter plus d’énergies qu’auparavant. Oui la double connexion Terre/Ciel, je la ressens, et elles s’entrecroisent en un Lemniscate Sacré 8, mais c’est vrai que j’ai eu le tournis, mais de moins en moins, car cela ce stabilise. Il y a aussi le son que je perçois… cet acouphène qui n’est autre que le Nada, le chant de l’Âme, le son de l’Univers, et qui me permet de savoir si je suis, où non, en harmonie, et avec qui je suis en relation. Voilà, mon but c’est d’être en Absolu, que j’ai un jour approché lors d’une NDE, et on y arrivera Tous, tôt ou tard, :lol: rien ne presse, l’Eternité est à Nous. « Gratitudes pour votre Partage ».
    C’est en étant solidaire que nous avançerons plus vite, nous sommes si proche maintenant de la Victoire.
    Amour/Lumière sur Nous Tous.

  6. J’aime ce film que j’ai acheté à la maison d’édition JUPITER FILMS, et je suis heureux d’en faire la promotion à mes amis, grâce à cette page où le streaming est disponible.
    Puisse cette page exister encore longtemps…

    Bonnes énergies autour de vous, et que la lumière porte vos projets !

  7. zanzan dit :

    Bonjour GENA P,

    Juste pour te dire que je vis la même chose que toi. 
    Je n’ai rien à prouver, je profite de ce bonheur et je fais profiter les autres.

  8.  
Faire un commentaire

Cocher cette case pour être averti par mél des commentaires à venir.
(vous pouvez aussi être averti par mél des commentaires à venir sans commenter)


Accélérez votre navigation sur ce site en utilisant :
Google Chrome
Le navigateur internet rapide et novateur !