Vous dites que vous faites des efforts pour vous transformer et que vous n’y arrivez pas, que toutes vos bonnes résolutions ne servent à rien ?

Ne vous découragez pas, les transformations profondes ne se font pas tout de suite, il faut du temps.
Si vous maintenez vos bonnes résolutions sans cesse présentes dans votre tête, tôt ou tard, vous finirez par agir comme vous le désirez.

Regardez un serpent : lorsqu’il veut se faufiler dans un trou, il commence par y introduire sa tête et quelque soit la longueur de son corps, la queue est finalement obligée de suivre.

Comme il avance en sinusoïde, sa queue peut donner l’impression d’aller en sens inverse de la tête, mais en réalité, elle finit toujours par passer là où la tête est passée; elles ne sont pas séparées, et la queue suit toujours la tête.

Symboliquement, la tête représente la faculté de réfléchir, de prendre telle ou telle orientation, et obligatoirement le reste du corps, c’est-à-dire l’exécution, l’application suit.

Voilà l’avantage de chercher toujours à penser juste; même si maintenant, vous n’agissez pas en accord avec vos idées, en insistant, en continuant à maintenir au moins une bonne attitude mentale, vous finirez par entraîner toutes les forces de résistance en vous et par agir comme l’esprit l’a dicté.

« On n’a pas encore saisi l’importance d’une bonne philosophie.
Beaucoup s’imaginent qu’ils peuvent laisser n’importe quelles idées dans leur tête sans que leur comportement en soit changé. Non, ils n’ont pas encore compris que la queue suit la tête !
Alors, faites attention, chacun doit surveiller chaque jour les pensées qu’il laisse entrer dans sa tête : si elles sont anarchiques ou immorales, un jour ou l’autre, sa conduite sera aussi anarchique ou immorale.
Et comme la loi est véridique pour le mal comme pour le bien, si vos pensées sont joyeuses et lumineuses, votre attitude deviendra inévitablement joyeuse et lumineuse. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

(source: prosveta.com)
9 commentaires pour “Nos idées déterminent nos actes”
  1. Anges dit :

    J’aime beaucoup l’image avec le serpent.
    Merci, bonne journée.

    • sunshine dit :

      Très beau texte, clair et limpide, qui résume beaucoup de chose en peu de temps, j’aime, mais petite question, comment amener l’autre à penser par lui-même ???
      C’est un peu pour moi le principal obstacle…
      Les gens, en général, sont persuadés d’avoir raison, et la raison les fige dans une immobilité consternante, et leur conscience ne peut s’élever.
      Comment leur faire prendre conscience ???

      • Emilie dit :

        J’aurais tendance à penser que l’expérience est un élément déclencheur essentiel. Je ne suis pas sûre qu’il soit possible de réellement « faire prendre conscience » aux autres. De la même manière qu’il est difficile d’aider une personne qui ne veut pas qu’on l’aide. Il faut commencer par être en accord avec soi-même, puis tâcher d’être exemplaire (ce qui ne veut pas dire parfait et est, comme tout, très relatif). Je crois qu’il vaut mieux répondre à une demande que de tenter de forcer quoi que ce soit. Mais je dis cela pour avoir essayer d’ouvrir les yeux à des proches en vain… chacun son raisonnement… pour l’évolution, je crois aujourd’hui qu’il ne faut pas se battre mais aller dans les brèches qui suivent le sens qui nous parle.

  2. dit :

    Vous dites que vous faites des efforts pour vous transformer et que vous n’y arrivez pas, que toutes vos bonnes résolutions ne servent à rien ? [...]

  3. dit :

    J’ai vécu voilà presque 20 ans en arrière et pour la première fois la transformation de mes pensées en réalité. Des bonnes choses (un voyage lointain qui s’est concrétisé 6 mois à peine que je l’ai dessiné dans mes pensées), des moins bonnes (la maladie d’un être cher), tout un tas choses que j’arrive à extraire de mes pensées et concrétiser. Consciente de la puissance de mon « pouvoir », je suis prudente dans le développement de mes pensées, c’est à dire que je développe le plus possible de pensées positives ou à l’issue heureuse (j’ai ainsi transformé un cas sévère en rémission provisoire pour permettre à la personne de préparer son départ). Cela peut vous paraître comme de la sorcellerie, mais je vous assure que je n’invente rien. De plus, mon « pouvoir » est vraiment à la portée de tous, même d’un enfant, du moment qu’on y met tout son cœur et qu’on le désire sincèrement, et aussi qu’on se prépare à le recevoir (ou pas, car on peut ne pas être prêt). En 2010, j’ai même réussi à créer l’exploit de faire revenir des gens très chers à mon cœur de l’autre bout du monde pour leur présenter ma famille qu’ils ne connaissaient pas.
    Petite précision : je purifie mes pensées au maximum, je fuis tout ce qui est négatif (les gens, les images, les films, les livres…) et me tourne vers la vie (les enfants, les plantes, les animaux, le soleil, la neige…)

    • InterObjectif dit :

      Petite précision : je purifie mes pensées au maximum, je fuis tout ce qui est négatif (les gens, les images, les films, les livres…) et me tourne vers la vie (les enfants, les plantes, les animaux, le soleil, la neige…)

      Excellent bizzzooo, ta « positive attitude » est le comportement juste à adopter dans la vie de tous les jours afin de se préserver efficacement des influences néfastes présentes dans de notre environnement tout en se chargeant d’énergies positives en se focalisant sur le vivant.

      Je pratique également, constamment en conscience, cette « positive attitude », avec une extrême attention !

  4. daniel heda dit :

    J’ai quitté le cercle des geignards, plaintifs et réactifs.
    J’attends la nouvelle moisson.

  5. dit :

    Bonjour Interobjectif, cela demande une grande énergie, je dirais même une hygiène de vie exemplaire. Je lis aussi avec intérêt, que l’on ne peut forcer quelqu’un à changer, on ne peut que l’influencer à travers notre positive attitude. J’ai fait ça avec un être cher qui a flanché une première opération du genou. Je lui ai dit que cet échec venait du fait qu’elle n’avait pas accepté cette opération, ni le geste du chirurgien (cette intrusion dans le corps pourtant nécessaire). Une fois qu’elle avait accepté qu’elle avait besoin de ce chirurgien, et que cette opération lui permettrait de ne pas finir en fauteuil roulant pour le reste de ses jours, l’opération et la rémission se sont merveilleusement déroulé…

  6. Yoh dit :

    Je pense que les « 4 accords toltèques » sont exactement dans le sujet de ce message. On y trouve un bel enseignement, pas facile à mettre en application, mais, comme il est progressif, si l’on est attentif à ses pensées, à ses actes, on y arrive.

  7.  
Faire un commentaire

Cocher cette case pour être averti par mél des commentaires à venir.
(vous pouvez aussi être averti par mél des commentaires à venir sans commenter)


Accélérez votre navigation sur ce site en utilisant :
Google Chrome
Le navigateur internet rapide et novateur !