Après  et , à qui le tour…
L’Algérie…, le Proche-Orient… ?
Pour le moment, en Occident, à part l’Islande dont on ne parle pas dans les médias (étrange), la France bille en tête, (Modèle de Révolution pour bon nombre de peuples, liberté et démocratie oblige) l’Europe, le Royaume-Uni et les USA, c’est toujours le calme plat ! Ce qui est franchement incompréhensible… Nous sommes un modèle de société pour beaucoup de peuples à travers la planète et chez nous en France, alors qu’il y a tout à revoir, avec les abus et les mensonges du gouvernement Sarkozy, l’appel de . ( !) Il ne se passe Rien, il n’y a aucune réaction, si ce n’est de la part , qui nous le savons tous, sont corrompus jusqu’à la moelle et manipulés de l’intérieur par les politiques depuis belles lurettes, faisant la part belle du gouvernement au détriment du peuple qui lui, ne voit jamais Rien Venir !

Le Français (*) est-il crétin à ce point, préférant ouvrir sa gueule, mais lorsqu’il est question de passer à l’action, il n’y a plus personne ? Personnellement je ne le crois pas, la problématique est beaucoup plus subtile. Si le Français n’a pas une belle carotte devant ses yeux, il ne bronchera pas ; encore que… Je ne suis pas certain qu’une carotte fasse la différence tellement il est endormi ! C’est grave docteur ? Le propre du Français c’est de ne pas assez souffrir, trop anesthésié par un surplus de confort et les médias, si chers à son cœur, télévision en première ligne pour le lobotomiser à profusion de mensonges. « Ils y croient tellement fort dans leur système que pour la majorité, ils sont même prêts à se battre pour le protéger ! – Matrix)

Et puis, le Français est très cultivé, il se croit donc plus intelligent que son voisin. Ce qui lui donne la fausse impression d’avoir des idées géniales. Seul souci, c’est qu’hormis pour soi-même il est incapable de les mettre en application. Car, comme lui, la majorité de ses camarades fonctionnent de la sorte. Ils croient donc à tort êtres exceptionnels. Ils sont si formidables, si intelligents, chacun pris individuellement qu’en attendant rien ne se passe ! Le Français est un chef de chantier dans l’âme, il préfère regarder son camarade agir tout en le conseillant de faire de telle sorte, mais lui, il reste toujours en retrait. Le Français est une sorte d’inspecteur des travaux finis, bon à rien question changement se reposant sur ses acquis et trop heureux de ses faux privilèges, mais auto proclamé expert en Tout ! Le Français est très courageux en travail, surtout lorsqu’il dort ou en pensées. Il pense en permanence que tous sont moins efficaces que lui… Ce qui lui donne faussement l’impression d’être très en avance sur son temps.
Voyez ci-dessous cette Excellente Parodie de la France vue par les Chinois !

http://interobjectif.net/wp-content/uploads/la_france_vu_par_les_chinois.mp4

Alors à ce rythme, question Révolution, dans un siècle nous en serons toujours au même point ! Oui, Quelle Révolution pour l’Occident d’aujourd’hui ? Bonne question… Personnellement je n’ai toujours pas de réponse, même si pourtant il existe des solutions, mais qui restent malheureusement irréalisables « collectivement » () à cause de ce qui vient d’être écrit ci-dessus… Et vous, qu’en pensez vous ? Quelle Révolution peut être possible en Occident ? SVP réagissez

http://interobjectif.net/wp-content/uploads/la_revolution_a_commence-fr.mp4

(*) J’utilise le terme de « Français » pour simplifier, mais il serait plus judicieux d’employer le terme général : « d’Occidental ».

(source : )

33 commentaires pour “Quelle Révolution pour l’Occident ?”
  1. InterObjectif dit :

    Nous (les occidentaux) sommes les nantis de la Terre !

    Particularité du français moyen, il porte en plus des « charentaises » devant sa TV, pour être bien au chaud confortablement installé dans sa bulle de certitudes illusoires, face à son écran de conditionnement, observant le sort moins enviable du reste de ces congénères tout en ingurgitant sa dose de « pensée unique » que lui administre quotidiennement le système qui nous gouverne.

    Nous ne nous parlons plus, nous n’échangeons plus d’idées nouvelles… Il n’y a plus de dialogues à l’heure des repas… les familles restent lamentablement scotchées devant le sacro-saint journal télévisé qui nous hypnotise et nous fournit, sans aucun effort intellectuel, la « substance chimérique » de nos futures discussions, en nous détournant ainsi de la Réalité et de nos responsabilités de citoyens.
    Nous sommes devenus, insidieusement au fil des dernières années, des assistés du système en place, des « moutons de Panurge » systémiquement conditionnés, de véritables lobotomisés de la pensée !
    Et ce principalement à cause de ce qu’est aujourd’hui la télévision, une secte de la vision hypnotique dirigée par les puissants nous dominant, une usine à dogmes pour la population crédule qui ne croit plus que ce que qu’on lui affiche sur le petit écran.

    Il n’y a malheureusement aujourd’hui aucune alternative politique crédible réellement révolutionnaire ! Pourquoi ?

    Parce que nos politiques sont eux aussi dans ce même moule médiatique, comme l’immense majorité de la masse passive, des drogués de cette satanée télévision, car ils s’en nourrissent quotidiennement et en ont un besoin vital pour se sentir exister, car c’est là, croient-ils aveuglément, leur unique outil pour pouvoir transmettre aux citoyens leurs semblants de solutions, qui ne sont en fait que des pis-aller de la perpétuation du système en place, celui de la bêtise humaine à l’état pur.

    L’autre cause majeure de notre esclavage inconscient, c’est LA RELIGION DE L’ARGENT (l’argent sous sa forme actuelle), qui est concrètement devenu aujourd’hui la seule chose ayant de la valeur dans ce monde, l’étalon servant de moteur unique à l’humanité, contre sa et la nature !

    La création virtuelle de l’argent sans aucune contre-valeur matériel, depuis près de 40 ans maintenant, c’est-à-dire à partir de rien ou plutôt des crédits alloués, est LE SCANDALE ET L’ARNAQUE DU SIÈCLE !!!
    Un véritable système pyramidal exponentiel légal, voué mathématiquement à l’implosion inéluctable…
    Mais le monde entier s’en fout, le tolère, l’accepte et l’utilise sans broncher !
    Car comment faire sans argent ? Se dit-on résigné…

    Je finirais pour conclure en disant que le seul détonateur qui puisse à mon sens rendre possible un changement radical à brève échéance — je veux dire par là, une révolution à l’échelle planétaire —, c’est la chute annoncée du dieu dollar et de l’impérialisme américain, qui provoquera par là-même la fin du système financier mondial sous son mode de fonctionnement présent, déclenchant ainsi une prise de conscience collective de l’illusion systémique chez chaque être humain sur Terre, débouchant salutairement sur LA FIN DE LA MATRICE DE L’ARGENT.

    En fin de compte, et après une période transitoire inévitable de troubles et de chaos, une nouvelle ère du bien commun et de l’abondance pour tous (les humains, Gaïa et ses multiples habitants) prendra alors naissance sur les cendres du règne de l’égoïsme, du pillage des ressources, et du “chacun pour soi” : LA CIVILISATION EMPATHIQUE…

    • Le Païen dit :

      Il ne faut pas non plus tomber dans l’utopie ; des centaines, voire des milliers d’années, seront nécessaires pour que l’homme prenne conscience de sa dépendance inéluctable aux biens de ce monde et y renonce !
      Il ne faut pas non plus partir en peur et proclamer l’arrivé d’une ère de renouveau… quand les 2/3 de la population du monde ne mangent pas à leur faim et sont analphabètes.
      Ce qui se passe actuellement au Moyen-Orient, en Asie et en Afrique, c’est le résultat combiné du Web (internet) et de la nécessaire et inévitable mondialisation… ; les nationalismes seront toujours nécessaires pour la protection des cultures, langues, us et coutumes. Mais l’ouverture sur le monde est désormais une réalité avec laquelle les nations devront composer.
      Les dictateurs et régimes autocratiques arrivent à la fin de leur règne ; S’il y a révolution… c’est celle de la Communication entre les hommes de bonnes volontés (et ils sont sacrément plus nombreux que les autres). Voilà l’espoir de l’humanité…
      Merci pour nos enfants et petits-enfants… il était temps !

  2. Alexandra dit :

    Bonjour,
    Je n’aurai pas dit mieux. J’ai quelques éléments de réponses possibles à cette question :
    - Cerveaux anesthésiés par les médias tels que TF1 et autres, comme vous l’avez très justement souligné
    - Le côté illégitime d’une possible révolution avec le sentiment d’être quand même mieux loti que les autres
    - Chacun pense pouvoir tirer son épingle du jeu, pense d’abord à son individualité plutôt qu’au bien commun (c’est ça aussi la démocratie en France…)
    - L’approche des présidentielles avec la perspective d’une révolution par les urnes

  3. dit :

    La Synergie par la Force du Réseau, sorte d’Intranet « Inter-Blogs » via Internet, c’est 1 million de fois plus efficace que Facebook… Non ???
    Voilà peut-être la Vraie Révolution:-)
    Hommage et Respect à Notre Hôte,
    Bises à toutes et à tous.
    A+,
    Hugues ;-)
     

    • InterObjectif dit :

      Tu as perdu tout sens de humour alcidejet…
      Bien sûr que c’est une bonne farce mais tellement juste et drôle… c’est d’ailleurs clairement annoncé comme telle par Hugues : PARODIE !!!

  4. Alexandra dit :

    J’adore l’idée de « chinoiser » un gâteau breton, c’est très drôle. :lol:

  5. Redge dit :

    L’Occident aura sa révolution, soyez sans crainte. Elle approche.

  6. Bonjour,
    La séquence vidéo du Chinois que vous mettez en ligne est un Hoax.
    Je me suis fait avoir aussi.
    Cordialement.

  7. Totokop dit :

    Bonjour,

    Je vous trouve bien pessimistes pour un pays qui n’a cessé de manifester ces derniers temps pour sa retraite par exemple, pour le ras-le-bol de Sarkozy et de toute sa clique, pour le mécontentement de ce système qui oublie les plus fragiles mais aussi les plus nombreux dans un pays pourtant si riche ; à croire que je ne vis plus en France et que c’est à des kilomètres. Dépatouillons-nous pour ne pas nous laisser faire. Suis-je seul ?
    Et j’en oublie au passage son histoire de ce pays tellement riche aussi en histoire !

    Et pour ceux qui luttent, redonnons à césar ce qui leur appartient, 4 millions de manifestants ce n’est pas rien, surtout en ce moment avec la propagande de la mainmise sur nos médias et avec cette politique de l’autruche.

    La vidéo je l’avais déjà vue, elle date et je la trouve plutôt bien foutue, déjà c’est du japonais, ensuite le Japon est pire que nous à bien des niveaux question docilité, c’est ancestral chez eux ; m’enfin, je ne suis pas venue pour faire un cours mais pour apprendre, j’aime bien l’ambiance d’ici, ça sent l’effet « KissCool » :lol: . Par contre, j’aime moins bien quand on charge les copains alors que beaucoup ne peuvent pas vraiment se révolter, ou même s’exprimer pour diverses raisons, et que beaucoup souffrent de tout le bordel.

    Allez, soyez sympa avec les autres résistants, ils méritent largement nos soutiens et pas sans arrêt nos reproches ; sur internet derrière un clavier c’est facile, moi je suis fainéant et je ne sais pas où j’habite, je suis pas très fute-fute c’est vrai, mais j’arrive quand même à me rendre compte des choses, le monde se modifie, il se bonifie d’un côté et s’assombrit de l’autre ; je ne sais pas lequel des deux me submergera le plus, pour l’instant la lumière reste, j’ai beau la virer elle revient, tant mieux car je suis têtu.

    Vous dites la Révolution, mais mes amis elle est en route, la révolution Citoyenne est en route, oui elle ne fait pas beaucoup de bruits dans nos médias, normal, et puis elle semble être pacifique ; malgré tout, un puissant courant l’entraine, et chaque jour des esprits s’y amène et l’entraine sur les monts les plus élevés de ce système qui ne veut pas tomber ; lui demander de ne pas de tomber tout seul, faut pas rêver :lol: , ce système pervers ne demande qu’à tomber, il est bien mûr comme un fruit ; savoir si ce fruit va pourrir ou si l’on y verra de jolies fleurs par la suite, c’est ça le truc ! Savoir quand et comment ?

    Mes salutations fraternelles !

    • Je suis d’accord avec toi.
      J’ai comme la vague impression que la pression monte aussi chez nous.
      Ce n’est pas très heureux d’entendre ce que l’on entend à la radio sur les politiques.
      C’est au travers du blog que je le ressens.
      Tu as raison une révolution !
      Mais quoi après.
      Dans notre petite commune, il n’y a en a pas un aujourd’hui pour remplacer celui qui est aux commandes.
      Et, puis…
      Est-ce que l’on est suffisamment malheureux pour faire la révolution chez nous ?
      C’est heureux, il y a beaucoup plus de gens heureux que malheureux !

  8. Souri dit :

    « Mais quoi après » ? C’est la peur de l’avenir ça, pourtant l’avenir n’existe pas. Bon ça peut aussi être un moteur de changement mais au vue de la pétoche générale, et de la peur intrinsèque de l’homme face au changement je ne suis pas sûre que ce soit un moteur qui dure ou même qui démarre. (même si au point où en est, on a plus le choix que d’y penser)
    Et puis « malheureux » ? « Heureux » ? Je pense que la majorité des français ne sont ni l’un ni l’autre. Ils vivent dans une situation paradoxale : ils ont tout pour être heureux (conforts, « communication » avec le monde entier sur internet, sécurité, etc.) et pourtant il y a un mal-être. Du moment que les personnes ne sont pas assaillies pas mille choses à faire, (les choses à faire ne sont qu’un pare-feu qui empêche à la personne d’accéder à soi) est-ce qu’elles se sentent bien? Je ne pense pas.
    Mais comme les gens sont toujours en plein dynamisme (société oblige), mais un dynamisme qui tourne en rond, la routine quoi, ça m’étonnerait qu’ils se réveillent les français. Le réveil sonne depuis longtemps maintenant.
    C’est là qu’on voit le génie du type qui a dit qu’aujourd’hui il n’y a plus besoin de régime autoritaire pour avoir une société autoritaire, il suffit du « bien-être », de l’abondance, pour être complètement anesthésié. (c’était peut-être Marcuse ?)
    Ça craint…

  9. dit :

    Vu les différentes réactions à ce Texte, je me suis aperçu qu’il était incomplet ! (Ou mal Formulé peut-être…)
    Du coup je viens tout juste … Merci d’y jeter un coup d’œil pour mieux comprendre. :-)
    Amitiés à toutes et à tous.
    A+,
    Hugues ;-)

    • InterObjectif dit :

      La seule valeur qui a désormais du pouvoir dans ce monde est l’argent !!! Nous sommes parfaitement d’accord. Mais celui-ci occulte, de par sa prédominance et ses effets néfastes, les vraies valeurs que nous devrions cultiver.

      Cette situation est relativement récente dans son paroxysme et son origine peut être datée du 15 aout 1971, jour où le président américain Richard Nixon annonça unilatéralement au monde la suppression totale de la convertibilité du dollar (monnaie de référence des échanges internationaux) en or.

      La révolution du système de création monétaire est un impératif incontournable à tout changement et ne pourra se produire qu’après le préalable de la chute du système en place. L’implosion de ce système de valeur virtuelle est inéluctable (tôt ou tard) car basé sur un modèle pyramidal exponentiel qui ne peut indéfiniment continuer de croître dans un monde fini, c’est tout simplement mathématique !!!!

      Ceux qui en profitent depuis près de 40 ans (eux, les dominants) au détriment des autres (nous, les dominés) ont aujourd’hui le véritable pouvoir, plus l’argent… qu’ils tentent par tous les moyens (ils sont en train de rajouter des rustines pour colmater les fuites de leur ballon usé qu’ils gonflent en même temps) de faire durer cette arnaque (à la liberté, à l’égalité et à la fraternité) est logique et compréhensible (ils ne veulent tout simplement pas lâcher leurs « bouts de gras ») mais n’empêchera pas sa fin brutal dans un chaos mondial temporaire…

      Cet effondrement (la chute du dieu Dollar et de l’impérialisme américain) provoquera alors instantanément une véritable révolution de la conscience en chacun de nous sur Terre ! Cette prise de conscience planétaire de la réalité de ce qu’est devenu l’argent (un non-sens total) sera alors le point de départ de l’avènement d’une nouvelle ère pour l’humanité, introduisant par là-même un nouveau paradigme (une nouvelle représentation du monde).

      Voilà mon point de vue “non-dogmatique” sur ce sujet qui nous oppose tous les deux et qui divise et désunit l’humanité toute entière.

      Lorsque demain le grand clash de la finance interviendra, “monsieur et madame tout-le-monde” n’y seront pas préparés, et ceux-ci risquent de perdre, ou de ne pouvoir récupérer, leurs économies… les préparer à cette “inéluctable” éventualité (selon mon anticipation du futur proche) et leur proposer (dans un premier temps) des alternatives concrètes pour qu’ils aient la possibilité de préserver leurs “richesses” est à mon sens “faire œuvre” de salut public !

      Ce n’est pas parce que tu ne souhaites pas que cette implosion du système financier arrive que celle-ci ne va pas finalement se produire ! La “posture de l’autruche” n’a jamais permis d’éviter et de résoudre les problèmes.

      Lorsque l’on est conscient (et je le suis profondément) que le train dans lequel nous nous trouvons fonce à toute allure dans le précipice (et même accélère de plus en plus – la planche à billet tournant actuellement à plein régime), et qu’il n’y a aucun moyen de le stopper de cette funeste destination, on ne rajoute pas du charbon dans la chaudière (ce que tu proposes en quelque sorte), mais on trouve intelligemment le moyen de sauter du train en marche sans trop se faire de mal en invitant le plus grand nombre à nous suivre dans cette démarche.

      Nous devons donc, en conscience, anticiper, informer le plus grand nombre de ce qui est en train de se produire, et surtout proposer des alternatives d’actions concrètes pour amortir le choc à venir et préserver les acquis.

      L’argent, sous sa forme actuelle, n’est pas la solution mais le problème !!!

      • dit :

        Coucou InterObjectif,
        Il n’y a aucune Opposition entre nous. Juste des intuitions différentes, mais qui toutes deux conduisent au même But mais avec des chemins différents. Tout Simplement. :-)
        Le Système Monétaire International ne s’écroulera JAMAIS (C’est mon avis) à moins d’en mettre un autre à la place qui desservira encore plus les personnes physiques que nous sommes toutes et tous. (Crise de 1929 !)
        Puisque ce sont ceux qui sont au sommet de la pyramide qui contrôlent la Base de la Pyramide (Le Peuple) et que le Peuple en Occident n’est pas Prêt de Bouger. Justement vis-à-vis de ce que je dénonce (Mais si j’ai tort t’en mieux, personnellement je ne crois pas en la méthode Forte !)
        Je pense plus à la synergie avec une vision constructive avec l’argent + la Conscience. Après il sera toujours temps de voir…
        Si maintenant tu as une solution pour construire POSITIVEMENT et sans argent et au niveau collectif Mondial. Il n’y a pas de souci, je suis personnellement prêt à suivre. :-)
        La résistance en France a pu se faire certes grâce à quelques hommes sur l’appel du 18 juin du Général de Gaulle. Mais bon si la Résistance a grossi pour en arriver à la libération. Il ne faut pas oublier que ça n’a pas été fait sans moyen ! Et qui dit moyens, dit forcément finances alliés + Moyens très lourds ! (Matériels et Humains)
        Enfin, c’est un très long sujet de discussion… Je pense qu’il ne faut pas attendre que le système s’écroule, mais accompagner la transition en cours tout doucement et Surtout en Douceur. :-)

        L’homme vient au monde tendre et souple, à sa mort il est dur et figé. Les plantes fraiches sont délicates et pleine de vie. À leur mort elles sont rêches et desséchées. Le figé et l’inflexible sont donc l’élève de la mort, tandis que le doux et le souple sont l’élève de la vie. Ainsi une armée qui ne sait s’adapter ne remporte jamais une bataille. Un arbre qui ne plie pas se brise facilement. Ce qui est dur et fort passera, ce qui est doux et faible durera.
        (Lao Tseu)

        Amitiés à toutes et à tous.
        A+,
        Hugues ;-)

        • InterObjectif dit :

          Bien sûr qu’il y a une opposition entre nous deux, et elle est de taille. C’est le syndrome de l’autruche qui t’a atteint ou quoi ? Tu as beau mettre un « smiley rire » par paragraphe, tu « ris jaune » (c’est de circonstance remarque), tu te mens à toi-même et tu nous mens par la même occasion, en affirmant cela. Tu nous dis que l’argent est « la solution » et je dis que c’est le problème (sous sa forme actuelle) ; c’est exactement l’inverse. Si ce n’est pas une opposition cela, qu’est-ce donc !!!

          La tête de la pyramide n’est pas « Dieu le père »… leurs désirs de domination se heurtent dorénavant à des lois physiques, psychiques et mathématiques. Et ces lois sont en train d’être respectées…

          Aujourd’hui, l’argent divise et désunit au lieu de rapprocher et de réunir… c’est malheureusement l’antithèse de la liberté, de l’égalité et de la fraternité…
          Ceux qui n’en ont pas veulent en obtenir un peu, ceux qui en ont un peu veulent en obtenir beaucoup, et ceux qui en ont beaucoup en veulent toujours plus !!! (c’est une généralité sur les effets pervers de l’argent)

          Et oui, le peuple occidental n’est pas prêt aujourd’hui à bouger car « tout va bien » (comme tu dis souvent), mais demain lorsque « tout ira mal »…

          Ton cœur est noble mais tes idées sur cette question sont périmées !
          Tu es un doux rêveur car combien crois-tu que tu vas rallier de nouvelles personnes à cette idée de « conscientisation de l’argent » : un milliardième de la population.
          C’est trop tôt… et à ne surtout pas appliquer sur l’énergie de l’argent telle quelle est aujourd’hui, c’est-à-dire une dépravation… ceci viendra ensuite lorsque la réalité de ce système inique, cynique et corrompu sera enfin dévoilé au grand jour à l’ensemble de l’humanité lors de sa chute imminente… lorsque la monnaie aura retrouvé sa forme initiale et sa fonction primordiale qui est d’être un moyen d’échange, d’épargne et d’unité de valeur.

          En fait tu nous demandes d’avoir « bonne conscience » en continuant d’utiliser la cause de ce qui nous rend esclave et nous détruit, ainsi que la planète et ses habitants.
          Bien sûr que l’on ne peut pas complètement s’en passer, qu’il n’est pas souhaitable de vivre dans le dénuement, mais de là à entrer dans le jeu de cette énergie avilissante comme tu nous le suggères…
          NON !!! C’est pernicieux aux possibles !!!
          Mais tout cela tu en fais abstraction… tout ce que tu veux en fait, c’est ta part du gâteau, comme les autres… car tu as un problème de conscience, tout de même… que tu as pour l’instant résolu avec « les enseignants du secrets »… visionne plutôt « Zeigeist Moving Forward » (Aller de l’avant dans l’Esprit du temps !) et tu changeras peut-être d’opinion sur la question de l’argent.

          L’idée de « Revenu Universel » est juste, d’ailleurs son ébauche existe déjà en pratique !
          En France cela se nomme le R.S.A (Revenu de Solidarité Active), j’en bénéficie et je m’en satisfait… ce qui me permet d’avoir tout mon temps de libre pour réaliser ce que j’estime devoir accomplir, et ce en toute liberté.

          Tu ironise, et c’est facile, mais des solutions il y en a… mais celles-ci ne seront applicables qu’après que tout ce merdier soit tombé par terre.

          Les états qui ont toujours le pouvoir de « battre monnaie » n’ont pas de problème pour produire des biens sur leurs territoires ou pour se financer, il leur suffit pour cela de créer de la nouvelle monnaie, et ce sans intérêts à verser à qui que ce soit.
          Malheureusement ce droit nous a été retiré légalement en Occident, les états sont maintenant obligés de s’endetter avec intérêts notamment auprès de banques commerciales qui empruntent ensuite auprès de banques centrales en prenant leurs juteuses commissions au passage.
          Et maintenant, perversion suprême,
          ET NOUS ACCEPTONS TOUT CELA SANS RIEN FAIRE !!!

          Mais tu es tellement conditionné au dieu Argent (et à son manque dans ta vie) que tu ne veux même plus entrevoir un mode d’existence sans son usage sous sa forme actuelle.
          Il y a peu un africain dans la misère cherchait de quoi manger et il en trouvait…
          Maintenant il cherche de l’argent pour s’acheter à manger, et il crève de faim !!!
          C’est tout un symbole du niveau de conditionnement que ce satané argent a réussi à nous mettre dans l’esprit.

          Tu cites Lao Tseu mais l’as-tu vraiment compris ?
          Médites bien sur le sens profond de ce qu’il nous dit :
          « Une armée qui ne sait pas s’adapter ne remporte jamais une bataille. »
          Crois-tu sincèrement qu’au 6ème siècle avant J.C, à l’époque de Lao-Tseu, les armées qui s’adaptaient, remportaient leurs batailles « tout doucement et Surtout en Douceur » ?

          Tu poses initialement la question de « Quelle Révolution pour l’Occident ? » et ensuite tu nous parles de transition. Il faudrait tout de même être un peu cohérent dans tes propos, car une révolution n’est certainement pas la même chose qu’une transition. La plupart des gens voudrait que cela change, mais pas trop… le problème c’est que pour que cela change réellement, il doit se produire un changement radical… une Révolution, une vraie !!!

  10. Totokop dit :

    @ Christian Viala,
    Tu sais regardes bien, on est les premiers à dire : faites confiance, faisons-nous confiance, etc…, mais cette confiance s’est barré ; C’est vrai, moi le premier je la cherche, mais où as-t-elle bien pu se cacher ?
    Elle est là pourtant, mais planquée, il faut essayer de la raviver, le « tous pourris » ça n’existe pas car sinon on jouerait exactement le même jeu que les dominants quand ils disent « le peuple est ignorant, ça tient pas la route ». Donc il y a des gens à qui on peut faire confiance, qui ne pense pas qu’à l’argent et/ou au pouvoir absolument. Hier on avait De Gaulle, puis pas loin Mitterrand… quand on parle des politiques comme exemple, les deux, comme tout humain, on fait des erreurs mais faut bien avouer qu’ils ont aussi beaucoup soulagée toute cette misère.
    C’est heureux, il y a beaucoup plus de gens heureux que malheureux !
    Tu l’as dit et c’est tant mieux, et s’il y a des gens qui se battent, c’est pour ne pas descendre plus bas ou/et pour aider ceux qui sont en bas et encore heureux :lol: ! Cela s’appelle la solidarité, c’est solide comme entité, c’est la sœur jumelle de la fraternité ! ;-)

    @ Souri,
    Tu mélanges l’avenir et le temps, il parait que le temps n’existe pas, mais dans quelle dimension ? Dans celle où je parle ici, le temps existe et il fait des ravages autour de moi et dans mon moi ; c’est possible à l’avenir que le temps disparaisse ou qu’il n’existe pas dans d’autres mondes, mais je vis ici et maintenant.
    Il y a toujours eu des gens réveillés plus que d’autres, il y a toujours eu des esprits en avance sur les autres, encore une fois ce n’est pas une question de savoir pourquoi ? Parce que la réponse on l’a, parce que le château de carte va tomber, mais de savoir comment on va faire par la suite et quand ; c’est pour bientôt, ça commence déjà, comment reste donc le plus important ! Et c’est pourquoi on nous demande de nous avancer, de proposer des solutions, de militer, de résister, de s’engager sur les chemins pour le bien de tous, de donner le pouvoir à l’ensemble… c’est cela le truc, on est tous : « un pour tous, tous pour un », ici-même on partage, on discute, on analyse, on mélange nos points de vue pour tenter d’avancer ensemble.

    @ lespacearcenciel,
    Oui c’est exactement cela, on est d’accord !
    Démystifier le pouvoir fric actuellement pour lui redonner de l’éthique et de la raison, lui redonner de la conscience ; mais cela on peut le faire politiquement, il y a des gens prêt à le faire, il suffit d’aider et d’avoir confiance, ce n’est pas évident de nos temps ; Enfin, bon, on a plus à perdre de laisser s’écrouler un monde qui quand il tombera comme il est là, va produire de grosses « catas », il faut modifier le curseur, le changer de sens, redonner le pouvoir à l’ensemble !
    Les consciences suivront toutes seules par la suite parce qu’elles n’auront plus devant elles des murs pris par la peur du lendemain ou de son prochain, de la frustration.
    Les gens les plus éveillés doivent aider les autres, c’est comme ça dans un collectif, « tous pour un, un pour tous », aux moins d’essayer comme ici, et sur internet il y a beaucoup de gens qui s’entraident… Solidarisons un peu tout ce bordel à venir, on aura suffisamment le temps :lol: pour compter les points par la suite

    Salutations et merci pour tout. ;-)

  11. Totokop dit :

    Vous permettez ? Pour moi ça n’est ni la solution ni le problème, le fric est devenue le problème du moment. Ou on le laisse dans quelques mains, qu’on laisse le pouvoir qu’il a usurpé dans quelques mains.
    Vous avez beaucoup de gens qui se bouge pour faire évoluer la chose, contrairement aux idées reçues, sans arrêt et à longueur d’année.
    Il ne faut pas diaboliser l’argent car il y a une chose de sûr, c’est que le système tourne autour de ce dogme, les gens vivent avec l’argent, c’est comme l’histoire de faire tomber d’un coup le capitalisme et d’espérer un meilleur système.
    Ca ne tient pas la route dans les réalités de notre monde, si demain le système tombe nous ne sommes pas prêt à supporter cet effet, le genre humain se regroupe dans des cités, des villes qui sont alimentées par les grandes surfaces comme ici dans notre pays, que boufferont les gens si les magasins sont vide du jour au lendemain ? Quelle loi va régir des gens affamés ?
    Aucune, qui morflera en premier ? Toujours les mêmes et quand vient la survie rien n’arrête l’humain, rien ,aucune loi, aucuns chars et c’est le chaos, donc c’est d’abord les solutions qu’il faut chercher et non à tout prix qu’il tombe car il tombera, le système s’autodétruit, manque d’éthique, cause avide et cupide, il est voué à tomber comme un fruit trop mur, comme chaque empire, chaque système arriver aux bouts d’un chemin, l’argent n’est qu’un outil, il doit redevenir cet outil, l’amour, l’amitié, la solidarité, la fraternité doit redevenir l’essence humaine, on l’a tous en nous en différents niveaux.
    Demain le système tombe je n’ose savoir les centaines de millions de plus affamés sur terre, on est pas prêt, il faut changer le curseur, des solutions, elle existent suffit d’être engagés, persuadez et organisez, le système monétaire va tomber tout seul, il n’a pas besoin de nous pour cela, c’est les effets qui eux ont besoin de toute notre attention !
    Révolution des consciences on y est, où on va avec… au renouveau, l’humanité doit renaitre avec de nouveaux concepts, enlever le premier qui nous gère actuellement, c’est ça révolution, lequel c’est ?
    Celui de la compétition, c’est lui qui causera notre perte et qui est la cause de la grande misère.
    C’est la cupidité qui a créé ce système de compétitivité, c’est lui qu’il faut cibler.
    Je doute qu’on ait donné le don à certain de regarder et de compter les points, j’ai aucun don, j’écris comme un cochon et pourtant avec mes petit bras je pousse les portes, je ne suis pas d’accord à vouloir regarder et espérer, je suis de ceux qui par ma faute n’a pas vu les effets dévastateurs, j’étais pour Maastricht, etc… Je me suis fait endormir, endoctriner, je veux réparer mes fautes et ce n’est pas pour en créer d’autres, changer le monde, le révolutionner, c’est voir ses défauts et faire son opposé, pas regarder et compter
    L’argent est un outil, s’il a le pouvoir, c’est parce que cet outil s’est vu accaparer pour lui donner ce pouvoir.
    Entre nous, je suis entre 2 chaises, je comprends les 2 côtés, mais je m’interroge, je cherche, je tâte, je n’ai pas le même sentier à battre peut-être, la route ferra qu’on se rejoindra, mais je continuerais sur mon chemin car je ne vois pas tout ou rien ! Mais bien le genre humain.
    Redonnons le pouvoir à l’ensemble, ce pouvoir est trop déséquilibré et il assoit aux commandes une grosse cupidité, c’est par notre faute donc c’est nous qui devons réparer.
    Changement de curseur, rééquilibrage.
    Salutation fraternelle !

  12. dit :

    Coucou à toutes et à tous,
    Encore un Texte en complément à celui-ci. :-)
    Son Titre : , (A lire en Urgence ;-) )
    Vous comprendrez mieux ainsi, je l’espère, quelle est la Véritable Révolution à mener. :-)
    Bises à toutes et à tous.
    A+,
    Hugues ;-)

    • InterObjectif dit :

      « … en restant chacun chez soi », autant dire « chacun pour soi tout en ayant bonne conscience » !

      Ce n’est pas cela la synergie : Action coordonnée de plusieurs organes, association de plusieurs facteurs qui concourent à une action, à un effet unique.

      « En restant chacun chez soi », nous allons chacun dans une direction spécifique, avec des intérêts particuliers distincts et différents… c’est la divergence assurée et non pas la convergence et l’Unité recherchée… et c’est malheureusement ce qui se passe aujourd’hui… du chacun pour soi.

      « Les enseignants du Secret » t’ont définitivement « bouffé la tête »…
      Ils t’ont dis (en substance satirique) : « regardes comme nous avons bien réussi, alors prends-nous en exemple, nous avons beaucoup d’argent et maintenant nous sommes heureux, alors ne culpabilises plus avec l’argent, conscientise le, car c’est bon et juste d’en avoir tu sais, tu as droit toi aussi à ta part du gâteau, donc fais comme nous de l’argent en ayant bonne conscience, tu ne souffriras plus et tu seras enfin heureux… voici le Secret du bonheur… payes-nous juste 150€ pour avoir les détails de : Un Cours En Business Moral » !!!

      Mais tu te trompes de « carotte » cher Hugues… ce n’est pas le bon « moteur à énergie libre » d’évolution… et c’est d’ailleurs pour cela que cela ne fonctionne pas à ce niveau là chez toi et pour tous. Je te le dis en toute amitié.

  13. InterObjectif dit :

    Une révolution est un changement, un bouleversement important et brusque dans la vie d’une nation. Le terme de révolution s’applique à de nombreux domaines : social, politique, économie, culture, morale, science, techniques…

    Sur le plan politique, une révolution est la suppression de manière brutale et parfois sanglante de l’ordre établi et du régime politique en place ainsi que son remplacement par une autre forme de gouvernement. Le propre de la révolution, par rapport à une révolte, une insurrection, une réforme ou un coup d’Etat est l’instauration de manière irréversible d’un ordre nouveau.

    Bien que souvent présente dans la révolution politique par le passé, la violence n’est pas nécessaire pour caractériser celle-ci. Ce qui importe avant tout c’est l’ampleur et la rapidité des changements.

    Les révolutions en cours en Islande et en Afrique du Nord sont-elles sanglantes ou violentes ?
    NON, pas vraiment !!!

    • Olivier dit :

      Les révolutions en cours en Afrique du Nord, en tout cas leur répression, sont violentes et sanglantes (plus ou moins) car ce sont des dictatures, qui avaient pris le marxisme pour modèle.
      Nos pays européens sont des démocraties, le problème est tout autre. Qu’on l’aime ou pas, notre président partirais à la fin du mandat s’il était battu, ou s’il ne se représente pas. Ce qui n’est pas toujours le cas en Afrique.

      • InterObjectif dit :

        Non mais là il faut arrêter le délire et relativiser les choses…
        Il y a probablement plus de morts violentes par homicide en une seule nuit aux états-unis, qu’il n’y en a eus jusqu’à présent dans ces trois révolutions réunies !

  14. Olivier dit :

    Laquelle est la vraie ?

  15. dit :

    Bonjour Patrick,
    L‘argent est une énergie, comme l’effet de l’éveil spirituel, la méditation, la conscience, la sexualité, la matière… Enfin bref comme pour TOUT ici bas dans l’univers. :-)
    Une énergie quelle qu’elle soit (Est Une Expérience) mais sans Conscience n’est que ruine de l’âme ! (Pour tout y compris pour l’argent !)
    Si je suis un entrepreneur et que je construit des tours pour avoir beaucoup de loyers, je travaille pour vivre, mais sans conscience !
    Si maintenant je suis toujours un entrepreneur, pour gagner ma vie, mais que je construit des habitations avec comme objectif premier le bien-être de mes concitoyens.
    Qu’est ce qui change dans ces deux façons de voir les choses ? Les entrepreneurs vont-ils construire sans être rétribué pour leur travail ?
    Tiens demande à Soleil Levant (Journal Gratuit), que tu as mis en lien ci-contre, de te passer une annonce gratuite sur la revue, idem de Nouvelle clés. Va voir la Nef et demande leur de t’ouvrir un compte bancaire si tu fais partie des personnes à risques, demande à ton hébergeur de te fournir un hébergement Gratuit pour tes sites etc. C’est TOUT à fait NORMAL qu’il nous demande un échange vis à vis de leurs engagements, de leur travail. Ne soyons pas incohérents, avançons tous ensembles avec une compréhension Habile des choses. Ne nous mettons pas nous même une poutre énorme dans l’œil en nous illusionnant de ce qui devrait être… En attentant les faits sont ce qu’ils sont ! Nous ne les changerons pas à l’extérieur, mais à l’intérieur de chacun de nous-mêmes. N’est-ce pas ce que nous prônons chaque jour sur nos sites Respectifs ?
    S‘il n’y a pas un échange CONSCIENT il y a un Vol d’énergie. C’est ce que j’ai écris ici afin de mieux harmoniser nos échanges. :-)
    Amitiés à toi.
    A+,
    Hugues ;-)
    Mais les Mots n’enseignent pas,
    vous devez avoir votre Propre expérience personnelle
    .

    • InterObjectif dit :

      Une énergie est une force qui a ses propres qualités en fonction de ce qui l’émane à un moment précis.

      En ce qui concerne l’énergie de l’argent (de la monnaie plus exactement), partons de son origine, des créateurs de cette monnaie (qu’elle soit virtuelle sous forme de chiffres dans des ordinateurs, ou plus concrète sous forme de billets ou de pièces), c’est-à-dire les banques centrales…
      Puis les premiers bénéficiaires, les banques commerciales et indirectement les organismes de crédit (en Occident)…
      Nous avons là le sommet et le premier étage de la pyramide du système de l’argent, qui se trouve être également, en une certaine mesure, l’origine du pouvoir actuelle sur Terre.

      Cette monnaie, cet argent, ce pouvoir, cette énergie, est ensuite redistribuée (avec bénéfices) à des échelons inférieurs de la pyramide… les états…
      Puis à un échelon plus bas, les entreprises, les individus, etc, …
      Sous formes de prêts, c’est-à-dire de dettes à rembourser (plus des intérêts à payer).

      En réalité, la monnaie dans sa quasi totalité (depuis maintenant près de 40 ans en Occident), ce ne sont que des dettes à rembourser qui circulent !

      Car lorsqu’un prêt est remboursé (avec les intérêts en sus pour le banquier ou l’organisme de crédit), cet argent (le montant du prêt sans les intérêts) est alors purement et simplement supprimé de la masse monétaire de la devise dans laquelle il a été émis… IL N’EXISTE PLUS !!!

      Le premier problème que ce système induit, c’est que, si toute la monnaie (tous les prêts en fait) était remboursé le même jour, il n’y aurait plus d’argent sur Terre !!!

      Le deuxième problème c’est que l’argent des intérêts lui n’existe pas à la date des emprunts ! Et que, pour avoir suffisamment de masse monétaire pour pouvoir rembourser les prêts plus les intérêts, les banques sont obligées, de par la nature même du système, de créer toujours plus de monnaie, et donc de trouver de plus en plus de personnes physiques ou morales (entreprises) à qui prêter de l’argent. Où bien en dernier recours, lorsque le manque d’emprunteurs se fait sentir ou que ceux-ci ne sont plus solvables, les banques centrales utilisent un ultime stratagème en créant de la nouvelle monnaie sans nouveaux prêts, simplement en rachetant des créances souveraines (les dettes des états), les fameux bons du trésor américain et les emprunts d’états (c’est ce qui se passe actuellement aux Etats-Unis et en Europe) ; ce qui revient en effet à faire baisser instantanément la valeur des devises et à créer à court terme de l’inflation sur les prix.

      Le troisième problème c’est que, comme il y a d’une manière systémique de plus en plus d’argent en circulation sur la planète, il faut produire de plus en plus de choses à consommer pour que l’argent continu de circuler et que de nouveaux prêts soient engendrés pour continuer alimenter le système.

      Cette matrice de l’argent doit donc, pour pouvoir continuer à subsister, augmenter « exponentiellement » la masse monétaire en circulation, et donc par corollaire le nombre de crédits émis continuellement !
      MAIS CE TYPE DE CROISSANCE N’EST PAS POSSIBLE INDÉFINIMENT DANS NOTRE MONDE FINI !!!

      Et c’est là où nous en sommes aujourd’hui… et c’est là fatalement aussi que le système bloque actuellement (« sur des lois physiques, psychiques et mathématiques ») !

      Lorsque l’on appréhende tout cela dans son ensemble et dans son fonctionnement subtile, on commence alors à mieux comprendre toute la perversion de ce système que les banquiers centraux et privées ont réussi à nous faire accepter comme « allant de soi », parce qu’en fait nous avons tous besoin pour vivre d’un « moyen d’échange, d’épargne et d’une unité de valeur » (c’est la définition même de la monnaie), et qu’ils en ont le monopole de création et de fabrication (enfin pas vraiment d’ailleurs, mais nous faisons comme si par facilité et par habitude).

      Mais cet argent, qui auparavant avait une contrepartie bien réel et matériel, n’a, depuis la fin de la convertibilité avec l’or, plus aucune « valeur en soi », si ce n’est la confiance que nous lui accordons et l’utilisation que nous en faisons. C’est du vent, une chimère que nous prenons pour un dieu…
      Mais la fin est proche, et l’on va bientôt pouvoir s’en servir de papier toilette, pour certaines de ces devises…

      Alors, les chefs d’entreprises et les individus n’ont bien sûr pas encore conscience de tout cela lorsqu’ils font un virement ou utilisent une carte de paiement, un chéquier, un billet ou des pièces de monnaie, mais l’énergie sous-jacente à ce système de « création monétaire ex nihilo — à partir de rien » (et ce que cela sous-entend comme mécanismes pernicieux), elle est bien présente (négativement) dans les instruments de paiements que nous utilisons.

      • pamina dit :

        Pas d’accord. Quand un particulier, une entreprise, contracte un emprunt auprès d’un établissement de crédit il y a création monétaire, cet argent existe bien et le capital (le montant à rembourser + les intérêts) est mis en circulation et son remboursement mensuel ou annuel alimente les flux monétaires de l’économie au fur et à mesure que cet emprunt sera remboursé, il diminue. Il n’est pas « supprimé de la masse monétaire de la devise dans laquelle il a été émis… IL N’EXISTE PLUS !!! » Il aura été remboursé, c’est tout et donc la dette est éteinte.

        Comme 2 individus qui se prête de l’argent – quand l’un rend –, l’autre ne lui doit plus rien.

        Le problème c’est que les états, qui sont tous surendettés et sont obligés d’emprunter pour rembourser leurs dettes (cavalerie bancaire), créent, quand ils s’endettent à nouveau, de nouveaux emprunts que particuliers, entreprises et autres, achètent ; ce sont les obligations ou emprunts d’État.

        Les USA (comme l’Europe d’ailleurs) qui sont très endettés, dont la majeure partie de leur dette est détenue par la Chine (qui la refile sans doute), ont effectivement recours à la création monétaire pour rembourser les emprunts précédents et s’arrangent pour maintenir au niveau qui leur convient les taux d’intérêt. D’ailleurs, l’inflation qui repart n’a rien d’innocent car rembourser un emprunt avec un taux de 2% quand il y a un taux d’inflation supérieur à 2% est nettement plus intéressant.

        il pourrait donc très bien y avoir une très grosse faillite des États dont les USA et la France (très bien placé en termes de niveau d’endettement). C’est sans compter tous les produits dérivés virtuels créés, qui ne sont que des jeux écritures.

        Par ailleurs, le soulèvement légitime des pays arabes inquiète d’autant nos gouvernements plus à cause du pétrole.

        Nos économies en sont toutes dépendantes. La Tunisie a initié le mouvement parce que les gens n’avaient plus à manger, ensuite la contestation s’est étendue à d’autres préoccupations -- dont le besoin de liberté. Pour l’Égypte c’est la même chose.

        Je vous rappelle que la révolution française a démarré pour les mêmes raisons -- le peuple crevait de faim à cause des récoltes catastrophiques, des impôts insupportables…. ensuite les belles idées.

        Il y a un mouvement de révolte générale et aucun pays n’est à l’abri, le mouvement est en marche depuis un certain temps, on le sent venir. En Grèce, la population manifeste actuellement aussi à cause des baisses de salaire et des hausses d’impôts.

        Les mouvements de contestation en France pour les retraites -- n’étaient qu’un mouvement individualiste manipulés par les politiques et les syndicalistes. Notre système social vit ses dernières heures, la réforme des hôpitaux et du milieu hospitalier est largement commencé, et l’on commence à en mesurer les dégâts, mais là aussi il y a des abus et l’avidité de certains comme toujours. La France a plein de belles raisons pour se révolter et je crois que son heure viendra aussi de contester.

        Un nouveau monde arrive mais il ne se fera sans douleur.

        • InterObjectif dit :

          Et bien non pamina, vous êtes dans l’erreur commune de la croyance populaire…

          Quand un particulier, une entreprise, contracte un emprunt auprès d’un établissement de crédit il y a création monétaire, cet argent existe bien et le capital (le montant à rembourser + les intérêts) est mis en circulation et son remboursement mensuel ou annuel alimente les flux monétaires de l’économie au fur et à mesure que cet emprunt sera remboursé, il diminue. Il n’est pas « supprimé de la masse monétaire de la devise dans laquelle il a été émis… IL N’EXISTE PLUS !!! » Il aura été remboursé, c’est tout et donc la dette est éteinte.

          1) dans votre exemple le « capital » c’est le montant à rembourser, les intérêts n’en font pas partie.

          2) tous les emprunts bancaires fait en Occident sont de la création monétaire ex nihilo (à partir de rien), l’argent est créé (il n’existe pas avant) à partir du moment ou l’emprunteur signe sa reconnaissance de dette auprès de la banque. Lorsqu’un emprunteur passe par un organisme de crédit le fait est moins flagrant, car ledit organisme de crédit se re-finance ensuite auprès de banques par emprunts, toujours par de la création monétaire ex nihilo, en « mettant en garantie » les reconnaissances de dettes des emprunteurs initiaux.
          Ce sont donc les crédits qui font les dépôts et non l’inverse. Il n’y a pas ici un prêt de sommes préexistantes au sein de la banque, c’est l’octroi du crédit, le fait de « dire oui », qui donne naissance à un supplément de monnaie.

          3) Si les crédits font les dépôts, alors symétriquement le remboursement d’un crédit induit une destruction monétaire. Lors du remboursement, des moyens de paiement sont rendus à la banque et donc retirés de la masse monétaire en circulation. Au bilan bancaire, cela se traduit par la suppression de la double écriture : la créance sur X disparaît et le compte courant de X est débité de la somme correspondante.

          Pour plus de détails :
          - visionner la vidéo : La création monétaire pour les nuls (que nous sommes)
          - lire le texte : (extrait de « Économie monétaire et financière », collection Grand Amphi, edition Bréal, page 55 et suivantes…)

          Le problème c’est que les états, qui sont tous surendettés et sont obligés d’emprunter pour rembourser leurs dettes (cavalerie bancaire), créent, quand ils s’endettent à nouveau, de nouveaux emprunts que particuliers, entreprises et autres, achètent ; ce sont les obligations ou emprunts d’État.
          Les USA (comme l’Europe d’ailleurs) qui sont très endettés, dont la majeure partie de leur dette est détenue par la Chine (qui la refile sans doute), ont effectivement recours à la création monétaire pour rembourser les emprunts précédents et s’arrangent pour maintenir au niveau qui leur convient les taux d’intérêt. D’ailleurs, l’inflation qui repart n’a rien d’innocent car rembourser un emprunt avec un taux de 2% quand il y a un taux d’inflation supérieur à 2% est nettement plus intéressant.

          Les états qui ont toujours le pouvoir de « battre monnaie » n’ont pas de problème pour produire des biens sur leurs territoires ou pour se financer, il leur suffit pour cela de créer de la nouvelle monnaie, et ce sans intérêts à verser à qui que ce soit.
          Malheureusement ce droit nous a été retiré légalement en Occident, les états sont maintenant obligés de s’endetter avec intérêts notamment auprès de banques commerciales qui empruntent ensuite auprès de banques centrales en prenant leurs juteuses commissions au passage.
          Et maintenant, perversion suprême,
          ET NOUS ACCEPTONS TOUT CELA SANS RIEN FAIRE !!!

  16. Totokop dit :

    Révolution, évolution !

    Comme un rêve, l’argent pour l’instant domine et corrompt, ça ce n’est pas d’aujourd’hui… mais le problème sans argent, c’est que les gens meurent de faim dans les villes, donc à moins de trouver comment nourrir les gens sans argent, moi je suis partant… en attendant le problème ne vient pas de l’argent mais de ce qu’on en fait, c’est un outil, s’il est devenu pouvoir, c’est par la faute des dominants qui n’ont de cesse de lui donner ce pouvoir et uniquement de leurs fautes, c’est eux qui décident et c’est eux qui dictent, vise la tête, change la tête, change le système à la con, le faire évoluer…

    En Libye, il y a beaucoup de sangs de coulés et on ne sait pas grand-chose… et Kadhafi n’a pas l’intention de partir, espérons qu’il cède rapidement… il faut aussi que les peuples récupèrent les rennes, et là c’est pas donné, ça va être un combat car les oligarques ne voudront pas perdre leur monopole, on peut en être certain ; de plus ces cinglés courent derrière le choc des civilisations et comme ce sont les mêmes qui ont créé l’extrémisme religieux, on peut avoir quand même quelques craintes, les citoyens devront être vigilants et ne pas se faire endormir, la constituante demandée en Tunisie reste une bonne chose, faut que les autres suivent…

    L’argent a pris trop de pouvoir, ça c’est clair, vivement qu’il tombe, mais il ne tombera pas sans dégâts, et je continue à croire que les pays ne sont pas prêts… limiter la casse me parait la chose la plus sensé, et celle de regarder, la plus cingler.

    Salutation fraternelle !

  17. InterObjectif dit :

    Wisconsin, la révolte qu’on attendait aux USA ?

    Les événements du Wisconsin passionnent de plus en plus les commentateurs et le public aux USA, surtout dans la logique de l’analogie proclamée par les manifestants et d’autres entre la “révolution” du Caire et la révolte du Wisconsin. Certains commencent à entrevoir la possibilité qu’il s’agisse de l’amorce d’un grand mouvement populaire insurrectionnel aux USA.

    http://interobjectif.net/wp-content/uploads/manifestation_dans_le_wisconsin.mp4.jpg

    La colère gronde dans le Wisconsin. Depuis une semaine, ce gros état industriel est en proie à une révolte contre son gouverneur, le républicain Scott Walker. En cause, la réduction des prestations sociales d’une grande partie des fonctionnaires, via l’augmentation de leurs cotisations retraite et santé, de 8 % en moyenne. Scott Walker entend ainsi combler le déficit budgétaire.
    Mais ce qui a mis réellement le feu aux poudres, c’est que Walker, qui fait partie de la vague républicaine de gouverneurs élus en novembre dernier, a décidé en même temps de supprimer le droit des fonctionnaires au « collective bargaining », en clair aux conventions collectives, et d’empêcher ainsi les syndicats de négocier les hausses de salaire. Ce qui revient à annuler 50 ans d’acquis sociaux et affaiblit considérablement le rôle des syndicats.
    Depuis une semaine, des milliers de manifestants se retrouvent donc tous les jours devant le Congrès de Madison, la capitale de l’État. Rien que samedi, ils étaient 68.000 avec des pancartes qui affichaient, sans peur du ridicule, « Hosni Walker », « Un dictateur au tapis, un autre à abattre », avec la photo de Walker à côté de celle de Moubarak… Ils ont même créé un site internet « Mini Mubarak » après que Scott Walker a menacé de faire appel aux gardes nationaux pour disperser les manifestants. Paul Ryan, un élu républicain, déclarait ironiquement : « Le Caire a migré à Madison. »

    Le tourbillon de Madison

    Les événements du Wisconsin se développent d’une façon organisée et particulièrement impressionnante dans leurs effets. Après une semaine de protestations, de manifestations et d’actions diverses, la capitale du Wisconsin, Madison, est devenue le centre bouillonnant d’une crise nationale US. (Pour Noam Chomsky, il s’agit d’une insurrection démocratique, la révolte qu’on attendait aux USA.) Vendredi 17 février, les membres démocrates du Sénat de l’Etat avaient quitté le Wisconsin pour l’Ohio contigu, hors de la juridiction de leur Etat, créant par leur absence une impossibilité d’atteindre le quorum pour un vote (prévu ce 17 février) de la loi du gouverneur Walker restreignant très fortement les dépenses publiques et mettant en cause l’existence des syndicats des services publics ; ces parlementaires ont annoncé qu’ils resteraient “en exil” dans l’Ohio, toujours pour la même raison du blocage du vote, tant que le gouverneur Walker ne céderait pas, – alors que Walker réaffirmait dimanche qu’il ne céderait pas. Samedi, la manifestation, quotidienne depuis 5 jours à Madison, rassemblait une foule impressionnante de plus de 70.000 personnes. L’intention des protestataires de Madison est d’occuper et de “tenir” le Capitole, à la façon que les Cairotes ont “tenu” la place Al Tihrir, dans le but d’empêcher le fonctionnement du “gouvernement” du gouverneur Walker et de paralyser l’Etat du Wisconsin.

    Différents aspects de la crise sont passés ici en revue, pour en détailler quelques-uns des caractères.

    • Un long texte de Rose Aguilar, de AlterNet.org, du 17 février 2011, fait un récit complet des événements de Madison, Wisconsin. Le titre de l’article situe le climat : « Is Wisconsin Our Egypt ? », rejoignant l’analogie que nous mettons par ailleurs en évidence…

    CounterPunch, met en évidence, le 19 février 2011, le caractère d’organisation spontanée et de solidarité des manifestants et activistes de Madison. Il est par exemple remarquable que la police municipale, qui n’est pas touchée par les restrictions, ait pris faits et cause pour les protestataires.

    « One of the most striking aspects of this protest movement is the organic character of its motion. Lots of organizers have made the calls, hired the buses and lined up the speakers but in the Capitol building rotunda the crowd chants, yells, sings and cries together in a collective way. Protestors are not told what to do, they simply figure out what needs to be done, make decisions on the spot, and act.

    » Another inspiring part of the demonstrations is the affection showed towards a group who have been exempted from the bill, fireman and police. The firemen are the favorites. Sporting their uniforms seasoned with soot, bagpipes bellowing, and signs declaring their loyalty to labor, they give evidence and meaning to the word solidarity. It’s not just the firemen showing their support, however, it’s the police too. Cops got huge cheers today as they entered the floor of the rotunda and fed protestors hot dogs and coffee. »

    • Le site Crooks and Liars met en ligne, le 18 février 2011, une bande vidéo avec l’interview de Chris Hayes, de The Nation, et de Naomi Klein, également de The Nation et auteur de l’excellent Stratégie du choc, sur le fonctionnement de l’hyper-capitalisme postmoderne.

    « As Chris noted, [the situation in Wisconsin isa reminder of the fact that when our political institutions fail us, people mobilizing outside of those institutions through the process of peaceful protests as we’ve seen in Wisconsin have brought about some of the greatest moments of progressive transformation in the United States.

    » Chris’ fellow contributor to The Nation, Naomi Klein discussed how what Walker doing is a classic example of the Shock Doctrine, where politicians create a crisis and then using that crisis as an excuse to push through horribly unpopular economic policies. And as Hayes and Klein both explained, what ends up happening in Wisconsin is not only going to have local implications, but national as well. »

    • La crise de Madison prenant une extension “nationale” ? D’ores et déjà, il y a des signes dans ce sens. Les habitants de l’Etat de l’Ohio commencent à montrer les premiers signes d’une colère similaire à celle des habitants du Wisconsin. D’autre part, Madison devient un point de ralliement national, comme dans ce cas de la parlementaire Diane Russell, du Maine, qui se rend dans le Wisconsin pour proclamer sa solidarité avec les protestataires.

    • Il y a un long article de Politico.com (le 18 février 2011) concernant l’attitude d’Obama dans cette crise. Obama soutient les syndicats contre le gouverneur Walker, mais seulement pour certains aspects de la loi concernée. Le tout est l’objet de calculs savants de son équipe pour savoir la place que tiendra le Wisconsin dans la campagne électorale de 2012… Aucun élan, aucune espèce de signe qui pourrait faire croire qu’il y a chez Obama autre chose qu’un politicien en train de faire ses comptes d’épicier, – en homme parfait du Système. Le commentaire que fait Paul Woodward (ce 18 février 2011) concernant l’attitude d’Obama vis-à-vis des événements de Bahrain pourrait après tout parfaitement convenir pour le Wisconsin ; la situation y est moins tragique mais l’homme est toujours le même… « Who would have thought that two years after George W Bush’s departure from the White House we could look back and say: there was a man with greater integrity and moral stature than the current occupant. Believe me, that is not a compliment to Bush. It is an expression of utter contempt for Barack Obama and his inability to take a stand and speak unequivocally with moral clarity (a virtue the neocons insisted they owned yet never convincingly displayed). »

    • Il faut aussi lire l’analyse avec de nombreuses références que fait ThinkProgress.com dans son Progress Reportdu  sur “la droite radicale”. En rapport direct avec la situation dans le Wisconsin, le rapport examine les politiques en train d’être mises en œuvre par des gouverneurs républicains radicaux dans un certain nombre d’Etat de l’Union. S’il fait la part un peu trop belle à l’attitude d’Obama (ThinkProgreess.com, de tendance progressiste, reste favorable à Obama malgré les déceptions imposées par sa politique à la gauche progressiste US), le rapport donne un excellent aperçu du potentiel explosif de cette situation, avec la première explosion déjà réalisée à Madison.

    « When President Obama took office amidst the worst recession in three generations, he immediately focused his energy on enacting a comprehensive plan to revive the nation’s economy. Newly elected Republicans, however, have interpreted their temporary rise to power in an entirely different way. Where Obama saw an immediate need to grow the nation’s economy, GOP leaders are seizing their moment to force longstanding GOP fantasies upon the people they govern. Several GOP-led states are pushing plans to strip state workers of their collective bargaining rights. Twelve states are considering unconstitutional bills « nullifying » the Affordable Care Act. Arizona Republicans are lining up behind a plan to unconstitutionally strip citizenship from millions of Americans. New Hampshire Republicans have returned to the GOP’s favorite pastime of denying gay Americans their constitutional rights. Given the opportunity to lead, far-right politicians have decided instead to ignore the nation’s needs and pursue their own narrow, unpopular ideological vendettas. »

    • Maintenant, un autre point de vue, un point de vue opposé, celui d’un républicain, d’un ancien de l’administration Bush, Joshua Trevino (dans le Guardian du 18 février 2011). Le titre est résolument dramatique : « Who governs Wisconsin ? Our democracy is at stake as these featherbedded public sector unions try to bully Madison’s elected officials into submission… » On notera évidemment que Trevino ne parle pas du gouvernement des Etats-Unis mais du “gouvernement” du Wisconsin, et de la démocratie dans le Wisconsin, comme si l’on parlait d’une entité indépendante. (C’est un peu ironique de la part d’un homme de l’ancienne administration GW Bush, laquelle n’a jamais montré une sollicitude particulière pour les droits des Etats ; qui utilisa en Irak les Gardes Nationales des Etats sans demander leur avis à ces Etats ; qui traita l’Etat de Louisiane, pendant et après la catastrophe de l’ouragan Katrina, comme une métropole sans scrupules traite une colonie taillable et corvéable à merci.)

    « The fight for America’s future now centres upon Wisconsin. On one side are Governor Scott Walker, the Wisconsin Republican majorities in the legislature, and the majority of Wisconsinites who voted them into office. On the other side are the public sector unions for whom governance is, at bottom, a racket – and their Democratic allies. It is a model of power more suited to the Soviet Union than the United States.

    » What’s at stake in Wisconsin is whether American governance will continue to serve the purpose set forth in the declaration of independence – to secure our liberties – or whether government as its own surpassing special interest is an unassailable fact of our time. It is perhaps the single most important political fight in the country now.

    » Remember that as you watch public sector union members gather in Madison to demand a share of others’ money. Note, especially, the ones comparing themselves to Egyptians. They’d like to think that. But if Wisconsin’s left wishes to compare itself accurately to a foreign movement now, they’ll need to shift their metaphor about 700 miles to the north: not Egypt, but Greece… »

    Notre commentaire

    Enfin, après deux années d’exubérance de la droite conservatrice, dans la vague de Tea Party, c’est la gauche progressiste US qui exulte. Elle est du côté de la révolte, du soulèvement contre un pouvoir jugé oppressif et arbitraire. Tea Party, lui, se trouve exposé dans son côté le plus ambigu, – lequel n’a jamais été dissimulé à nos yeux, tant ce mouvement est insaisissable dans son identification, – notamment par le biais indirect des liens entre le gouverneur Walker, qui se réclame de l’esprit de Tea Party, et les frères milliardaires Koch qui le subventionnent, – tout comme ils subventionnent Tea Party d’ailleurs, au nom de leur hostilité à tout ce qui est service public (et de tout ce qui est, ajouteront les critiques, faveur et puissance pour le corporate power). (Au reste, ces liens ne sont pas plus incestueux et révélateurs que ceux de l’administration Obama et des démocrates avec Wall Street, ce qui n’enlève rien au mouvement de Madison, soutenu par les démocrates et Obama.)

    Mais qu’importent ces contradictions, que nous n’avons jamais dissimulées, et même au contraire parce qu’elles constituent justement l’aspect révélateur fondamental de la situation générale. Le jeu, et la compréhension du jeu, sont faussés si l’on s’en tient aux étiquettes et connexions idéologiques de tous ordres, avec la corruption de tous bords qui accompagne ce rangement ; la seule référence qui vaille est l’attaque objectivement (et inconsciemment, ce qui va de pair) portée contre le Système, selon les situations contradictoires, les occurrences différentes, etc., dans le chef de tous les mouvements impliqués. Aujourd’hui, à Madison, Wisconsin, c’est la gauche progressiste qui s’affirme, et les foules animées par cet esprit qui attaquent, – eh bien, va pour la gauche progressiste ! Ce qui importe est que, dans ce cas, comme dans d’autres qui sembleraient inverses si l’on s’en tient au point de vue idéologique (Tea Party, certes), il s’agit des mêmes coups de déstructuration portés contre le Système.

    Pour l’instant, à Madison, Wisconsin, tous les ingrédients de la crise sont là, et les grands esprits progressistes, même les plus prudents comme Noam Chomsky, y voient les prémisses de la grande révolte attendue aux USA. Une détermination et une organisation exceptionnelles des foules, avec des actes entravant effectivement le fonctionnement des institutions de l’Etat du Wisconsin ; un soutien affirmé des officiels démocrates de l’Etat, avec des actes à mesure (“exil” dans l’Ohio, pour échapper à l’obligation de présence au vote de la loi Walker, qui permettrait d’atteindre le quorum) ; une détermination affichée comme sans faille du gouverneur Walker pour imposer sa loi ; après un temps d’hésitation, la crise de Madison élevée au rang de grande crise intérieure US, et traitée comme telle par les réseaux de communication, et aussi par les commentateurs et intellectuels comme on l’a vu plus haut avec Chomsky. (Pour l’instant, on s’abstiendra de dire un mot sur Obama, dont le soutien au mouvement est trop calculé pour avoir un impact décisif.) Gardons-nous bien de nous attacher aux causes directes mais apparentes seulement de la crise ; ces causes sont toujours les mêmes dans le cadre du Système en crise, entre les maximalistes de l’hyper-capitalisme et les réformistes de l’hyper-capitalisme ; c’est un débat jamais tranché car on ne tranche pas un débat sur la substance d’une chose par une attitude radicale ou une attitude réformiste qui ne met pas en cause cette substance, parce que le cœur de la crise se trouve dans la substance informe elle-même du capitalisme comme créature du système du technologisme, de l’ “idéal de puissance” et de la dynamique du “déchaînement de la matière”. Ce qui nous intéresse est l’effet indirect, justement sur ces situations connectées à la substance de la chose (système du technologisme, “idéal de puissance”, dynamique du “déchaînement de la matière”).

    Dans cette logique, le point essentiel de la crise du Wisconsin concerne la structure de cette puissance centrale du Système, et, par conséquent, du système du technologisme, que sont les USA. Ce point pourrait se résumer, après tout, dans le titre de l’article de Trevino (« Who governs Wisconsin ? ») ; même si la réponse implicite puis explicite qu’il donne est partisane, qu’elle soit juste ou non, il reste que la question est effectivement fondamentale. Le conflit de Madison est gros des enchevêtrements et des interférences des conflits de compétences et de pouvoir entre les citoyens, les législatures des Etats de l’Union et le pouvoir fédéral. Peu importe de quel côté se trouve telle ou telle cause, et ce que vaut cette cause, reste que Madison et la révolte du Wisconsin nous montrent la complication extraordinaire de la situation structurelle des USA, de l’ambiguïté volontaire des compétences respectives des différents pouvoirs, des blocages potentiels et antagonistes entre ces pouvoirs, par conséquent des tensions centrifuges qui seront exacerbées à mesure que se développent la crise et les mésententes fondamentales entre les divers groupes de citoyens et leurs conceptions. Comme nous l’avons déjà souvent écrit, nous pensons que la cohésion des USA en une énorme puissance générant des politiques agressives, déstructurantes et paralysantes à la fois, constituent l’un des verrous fondamentaux du Système ; tout ce qui menace cette cohésion menace le Système en son cœur ; que cela soit dit ou pas importe peu, il reste que la crise du Wisconsin est grosse d’une menace contre cette cohésion, passant par une phase de désordre grandissant. Certains pourraient juger que nous ne sommes pas loin d’y être.

    (source: dedefensa.org, lundi 21 février 2011 à 11H41)

  18.  
Faire un commentaire

Cocher cette case pour être averti par mél des commentaires à venir.
(vous pouvez aussi être averti par mél des commentaires à venir sans commenter)


Accélérez votre navigation sur ce site en utilisant :
Google Chrome
Le navigateur internet rapide et novateur !