Un film documentaire canadien réalisé en 2011 par :

Mathieu Roy & Harold Crooks

Présenté au dernier Festival international de films de Toronto, ce documentaire cinématographique, inspiré du best-seller « Une Brève Histoire du Progrès » (A Short History of Progress) de Ronald Wright, pose un diagnostic subversif sur le progrès de l’humanité et les pièges qu’il apporte. Le réalisateur Mathieu Roy et co-réalisateur Harold Crooks, par le biais de scènes mémorables et le regard lucide de grandes personnalités tels que David Suzuki, Jane Goodall, Margaret Atwood et Stephen Hawking, sondent la nature fondamentale et dérangeante de ce qui est qualifié de progrès.

http://nous-les-dieux.org/VIDEOS/survivre-au-progres.mp4

Épuisement des ressources naturelles, surpopulation, désertification, désastres écologiques et économiques, systèmes politiques à bout de souffle, appauvrissement des classes moyennes et populaires… : l’accumulation des crises annonce-t-elle, comme l’affirme l’essayiste et écrivain canadien Ronald Wright, auteur du best-seller « Une Brève Histoire du Progrès » (Éditions Hurtubise, 2006), l’anéantissement de notre civilisation ? Est-il urgent de renoncer, comme il le préconise, à « l’illusion du progrès » qui s’est imposée à toutes les sociétés depuis les débuts de la révolution industrielle, avec ses espoirs de croissance et d’avancées technologiques illimitées ? Tel est le fil conducteur de cette conversation avec de grands esprits de notre temps, illustrée par des images tournées sur plusieurs continents (Canada, États-Unis, Brésil, Moyen-Orient, Chine). Comme Ronald Wright, la primatologue Jane Goodall, l’écrivaine Margaret Atwood, le généticien David Suzuki, et bien d’autres chercheurs, penseurs et militants, dont quelques « repentis » du système financier, estiment que la course au profit et la loi du court terme, en détruisant l’environnement et les liens sociaux, conduisent l’humanité à sa perte. Leurs propos, aussi limpides que convaincants, replacent notre crise écologique et économique dans le temps long de l’évolution humaine. Les questions du progrès, de la dette, du partage des richesses et de l’épuisement des ressources sont ainsi radicalement mises en perspective.

Participants et affiche du film :

Margaret Atwood

Margaret Atwood - écrivaine

« Plutôt que de penser que la nature est une gigantesque banque, une carte de crédit sans limite que nous pouvons utiliser de façon permanente, nous devons considérer la finitude de cette planète et réfléchir à la manière de la garder en vie pour que nous puissions nous aussi rester en vie. À moins de préserver la planète, il n’y aura plus “d’économie”. » 

Enio Beata

Enio Beata - propriétaire de scierie

« Les personnes responsables de la destruction de l’Amazonie sont les grands cultivateurs, les multinationales. Les grands cultivateurs sont les sénateurs, les députés, les colonels. C’est eux qui détruisent la forêt amazonienne. Eux, pas nous. » 

Colin Beavan

Colin Beavan - auteur, ingénieur, directeur du “No Impact Project”

«… avant d’essayer de changer les autres, je devrais peut-être me regarder moi-même et changer, veiller à ce que ce soit propre devant chez-moi. » 

Chen Changnian

Chen Changnian - professeur, père de Cheng Ming

« Bien sûr, il y a eu aussi quelques problèmes, l’environnement par exemple. »

Chen Ming

Chen Ming - guide touristique et chauffeur

« Je suis comme le moine, le maître, je dirige les membres vers l’Occident, pour y découvrir le vrai sens de la vie et atteindre l’illumination. »

Victor Zhikai Gao

Victor Zhikai Gao - directeur de l’association chinoise d’études internationales

« Nous devons emprunter la voie de la croissance, et la Chine a besoin de se moderniser et de s’industrialiser… »

Jane Goodall

Jane Goodall - primatologue

« Nous sommes sans doute les créatures les plus intelligentes qui aient jamais foulé la planète Terre. Comment se fait-il alors que cet être si intelligent détruise son unique habitat ? »

Stephen Hawking

Stephen Hawking - physicien-théoricien

« Nous entrons dans une période de plus en plus périlleuse de notre histoire. Mais je suis un optimiste. »

Michael Hudson

Michael Hudson - historien de l’économie, ancien économiste de Wall Street

« Progrès voulait dire : “Vous ne récupérerez jamais ce que nous vous prenons”. C’est ce qui a amené l’âge des ténèbres et c’est ce qui menace de nous apporter à nouveau l’âge des ténèbres. »

Simon Johnson

Simon Johnson - ancien économiste en chef du Fonds monétaire international

« Les banquiers ne peuvent s’en empêcher. C’est dans leurs gènes, les gènes de leurs organisations, de prendre des risques énormes, de s’octroyer des salaires ridicules et de s’écrouler… »

Mark Levine

Mark Levine - chef de groupe du “China Energy Group”

« Qu’est-ce que le progrès ? Je crois… que c’est une question trop difficile. »

Gary Marcus

Gary Marcus - psychologue de la cognition

« Il y a une chose à retenir, évidemment, au sujet de l’esprit humain, c’est qu’il n’est pas fondamentalement différent du cerveau d’un chimpanzé. »

Kambale Musavuli

Kambale Musavuli - Amis du Congo

« Ce qui est remarquable, c’est que tout l’argent pillé des dettes internationales se trouve dans les banques de l’Occident. »

Daniel Povinelli

Daniel Povinelli - scientifique du comportement

« Si les humains disparaissent de cette planète, je crois que l’épitaphe gravée sur notre pierre tombale sera “Pourquoi ?” »

Marina Silva

Marina Silva - sénatrice et ancienne ministre de l’Environnement du Brésil

« Il est impossible de défendre des modèles qui ne sont pas applicables universellement parce que nous devrions alors partir du principe que certaines personnes ont des droits et d’autres pas. Ce n’est donc pas un problème technologique, mais un problème éthique. »

Vaclav Smil

Vaclav Smil - expert en énergie mondiale

« Nous devons utiliser moins. »

David Suzuki

David Suzuki - généticien et activiste

« L’argent ne représente rien et se multiplie aujourd’hui plus rapidement que le monde réel. L’économie traditionnelle est une sorte de dommage au cerveau. »

Raquel Taitson-Queiroz

Raquel Taitson-Queiroz - policier de l’environnement, IBAMA

« J’ai cru que je pouvais défendre mes idées, mes idéaux, si je devenais inspecteur. Ce que je peux faire est si minime comparé à ce qui se passe en ce moment. »

The students of Jeanne Silva Martin’s class, Escola Fabiano Losvano

Les élèves de la classe de Jeanne Silva Martin, Escola Fabiano Lozano, Sao Paulo, Brésil

UN ÉLÈVE : « Lorsque je regarde les nouvelles à la télé, je vois qu’ils sont en train de détruire les arbres de l’Amazonie et je ne comprend pas pourquoi… ENSEIGNANTE : « Quels sont les intérêts derrière cela ? L’ÉLÈVE : Économiques. »

The townspeople of Colniza

Les habitants de Colniza, État du Mato Grosso, Brésil

« C’est notre vie ! La forêt est comme une mère qui allaite son enfant. Avez-vous une forêt amazonienne dans votre pays ? »

Jim Thomas

Jim Thomas - activiste, ETC GROUP

« … les ingénieurs peuvent traiter la vie comme si c’était une sorte d’ordinateur ou de substance créée de toutes pièces, mais au bout du compte les microbes auront le dernier mot : la vie, ça ne fonctionne pas comme ça. »

J. Craig Venter

J. Craig Venter - biologiste, PDG de Synthetic Genomics

«Changer et prendre le contrôle de l’évolution, modifier son cours et entreprendre de créer délibérément des espèces pour notre propre survie, cela nous permet au moins d’être optimistes en nous donnant la chance de contrôler notre destinée. »

Robert Wright

Robert Wright - auteur et journaliste

« … nous avons été capables depuis peu de jouer à Dieu, mais en partie seulement, et la question maintenant est de savoir si nous pourrons maîtriser l’autre partie de Dieu : la part morale. »

Ronald Wright

Ronald Wright - auteur

« … nous traitons les données logicielles du 21e siècle, c’est-à-dire nos connaissances, avec une machine qui n’a pas été mise à jour depuis 50 000 ans, et c’est là l’origine de plusieurs de nos problèmes. »

 

LA SORTIE DU DVD EST PRÉVUE POUR OCTOBRE 2012

9 commentaires pour “SURVIVRE au PROGRÈS”
  1. InterObjectif dit :

    Mathieu Roy, le coréalisateur du film « Survivre au progrès » sonne l’alarme : en continuant de surexploiter nos ressources pour assouvir les besoins des consommateurs, les civilisations modernes courent à leur perte.
    Signes de fissures naissantes : le printemps arabe ou le mouvement « Occupy Wall Street » prouvent que le contrat social entre le peuple et la classe dirigeante est fragile.
    Assisterons-nous au déclin de l’empire américain ?

  2. [...] Un film documentaire canadien réalisé en 2011 par : Mathieu Roy & Harold Crooks Produit par Daniel Louis & Denise Robert Présenté au dernier… -- InterObjectif.Net -- Today, 7:11 [...]

  3. dit :

    [...] La course à la croissance conduit-elle l’humanité à sa fin ? Une hypothèse brillamment (et joyeusement) défendue par de grands esprits de notre temps, dans un… -- InterObjectif.Net -- Today, 9:38 [...]

  4. Lopez Brigitte dit :

    Ce documentaire / reportage montre bien que la notion de séparation entre les hommes et donc d’individualisme a permis l’émergence de cette oligarchie financière dévastatrice… Il semble urgent de changer de paradigme.
    Merci pour ce partage très intéressant.

  5. [...] La course à la croissance conduit-elle l'humanité à sa fin ? Épuisement des ressources naturelles, surpopulation, désertification, désastres écologiques et économiques, systèmes politiques à bout de souffle, appauvrissement des classes moyennes et populaires… : L'accumulation des crises annonce-t-elle, comme l'affirme l'essayiste et écrivain canadien Ronald Wright, auteur du best-seller Brève histoire du progrès (Éditions Hurtubise, 2006), l'anéantissement de notre civilisation ? Est-il urgent de renoncer, comme il le préconise, à "l'illusion du progrès" qui s'est imposée à toutes les sociétés depuis les débuts de la révolution industrielle, avec ses espoirs de croissance et d'avancées technologiques illimitées ? Tel est le fil conducteur de cette conversation avec de grands esprits de notre temps, illustrée par des images tournées sur plusieurs continents (Canada, États-Unis, Brésil, Moyen-Orient, Chine). Comme Ronald Wright, la primatologue Jane Goodall, l'écrivaine Margaret Atwood, le généticien David Suzuki, et bien d'autres chercheurs, penseurs et militants, dont quelques "repentis" du système financier, estiment que la course au profit et la loi du court terme, en détruisant l'environnement et les liens sociaux, conduisent l'humanité à sa perte. Leurs propos, aussi limpides que convaincants, replacent notre crise écologique et économique dans le temps long de l'évolution humaine. Les questions du progrès, de la dette, du partage des richesses et de l'épuisement des ressources sont ainsi radicalement mises en perspective.  [...]

  6. dit :

    Comme le dit Mathieu Roy, oui c’est nous qui avons le pouvoir, pour ma part, voici comment j’agis :  mon argent est placé dans une banque 100 % éthique qui existe depuis plus de 20 ans il n’y a aucun actionnaire, mon argent n’est pas coté en bourse il est utilisé pour des causes solidaires et strictement éthique c’est la Nef, je n’achète plus mon électricité à Edf mais à Enercoop (seul fournisseur d’électricité à s’approvisionner directement et à 100% auprès de producteurs d’énergie renouvelable), je mange bio , j’utilise un maximum les transports en commun et j’achète mes vêtements à la Croix Rouge ou autre etc…
    Je fais tous ces changements en douceur, je ne me mets pas la pression, et je ne suis pas moins malheureuse qu’avant, bien au contraire je suis en accord avec moi même.
    Nous sommes tous des colibris comme dit si bien Pierre Rabhi. :smile:

  7. [...] URVIVRE au PROGRÈS -- Un film documentaire canadien réalisé en 2011 par : Mathieu Roy & Harold Crooks, difusé sur Arte, en libre accès sur internet. "Épuisement des ressources naturelles, surpopulation, désertification, désastres écologiques et économiques, systèmes politiques à bout de souffle, appauvrissement des classes moyennes et populaires… : l’accumulation des crises annonce-t-elle, comme l’affirme l’essayiste et écrivain canadien Ronald Wright, auteur du best-seller « Une Brève Histoire du Progrès » (Éditions Hurtubise, 2006), l’anéantissement de notre civilisation ? Est-il urgent de renoncer, comme il le préconise, à « l’illusion du progrès » qui s’est imposée à toutes les sociétés depuis les débuts de la révolution industrielle, avec ses espoirs de croissance et d’avancées technologiques illimitées ? Tel est le fil conducteur de cette conversation avec de grands esprits de notre temps, illustrée par des images tournées sur plusieurs continents (Canada, États-Unis, Brésil, Moyen-Orient, Chine). Comme Ronald Wright, la primatologue Jane Goodall, l’écrivaine Margaret Atwood, le généticien David Suzuki, et bien d’autres chercheurs, penseurs et militants, dont quelques « repentis » du système financier, estiment que la course au profit et la loi du court terme, en détruisant l’environnement et les liens sociaux, conduisent l’humanité à sa perte. Leurs propos, aussi limpides que convaincants, replacent notre crise écologique et économique dans le temps long de l’évolution humaine. Les questions du progrès, de la dette, du partage des richesses et de l’épuisement des ressources sont ainsi radicalement mises en perspective."  [...]

  8. [...] Un film documentaire canadien réalisé en 2011 par : Mathieu Roy & Harold Crooks Produit par Daniel Louis & Denise Robert    [...]

  9. [...] film documentaire tiré du livre : -- http://interobjectif.net/survivre-au-progres Share this:TwitterFacebookJ'aime ceci:J'aimeSoyez le premier à aimer ceci. Cette entrée a [...]

  10.  
Faire un commentaire

Cocher cette case pour être averti par mél des commentaires à venir.
(vous pouvez aussi être averti par mél des commentaires à venir sans commenter)


Accélérez votre navigation sur ce site en utilisant :
Google Chrome
Le navigateur internet rapide et novateur !