Titre de l'article

Un faune m’a dit : « Le bonheur c’est simple, il suffit d’être heureux. »

 

Comment trouver le bonheur ?

L’être humain, au cours d’une vie, pense souvent que le bonheur c’est telle condition, telle situation, telle possession, mais qu’en est-il ?

 

 

 

Un bébé ressent la faim. Il fixe inconsciemment son bonheur dans le fait de boire du lait dans des bras aimants. Et vient le moment où les bras aimants le dépose dans son berceau et qu’il se retrouve seul et il pleure. Il grandit et petit garçon, il croit connaitre le bonheur avec ce beau vélo tout neuf, exactement comme il avait prié pour l’obtenir. Il lui semble qu’il n’existe rien qui ait plus d’intérêt que ce vélo rouge. Un mois après il désire tout aussi fort une paire de skates. Il est maintenant un adolescent avec les désirs de son âge comme aller à ce concert de son groupe préféré. Il prie et promet à Dieu de ne plus rien Lui demander s’il peut aller avec ses copains à ce spectacle. Il est exaucé. Ses parents ont fini par accepter. Il est persuadé d’être le plus heureux des hommes. C’est maintenant un homme qui va entrer dans la vie active mais pour cela il lui faut obtenir son diplôme. Il demande à Dieu de l’aider en Lui expliquant que c’est ce qu’il y a de plus important pour lui. Que c’est la clef de la liberté car il pourra gagner sa vie et faire ce qu’il veut. Il est fou de joie car il est reçu. Il trouve un emploi et il pense qu’il a de la chance et que la vie lui sourit, qu’il connait le bonheur. Il se croit invincible. Ce bonheur dure peu car il s’entend mal avec son chef et un collègue. Ce qui le console c’est la rencontre qu’il a faite. Cette fois-ci il en est sûr, il est amoureux. C’est la femme de sa vie. Cependant, il y a un problème. La belle entretient une relation avec un autre homme. Le jeune homme prie à nouveau Dieu : « O mon Dieu, si Tu me permets de l’épouser, je serais le plus heureux des hommes et je ne te demanderais plus rien. » Il est exaucé et ils se marient. L’homme pense que cette fois-ci il est réellement le plus heureux des hommes. Le temps passe et l’homme oublie qu’il est heureux et se contrarie souvent comme par exemple, ce chauffard qui lui a fait une queue de poisson et un geste obscène. Il n’a pas décoléré pendant au moins une heure. Le bonheur était bien loin de lui. Une petite fille nait puis trois ans plus tard, un petit garçon. La famille, les amis, lui disent qu’il est un homme comblé mais lui, pense aux traites de la maison, aux impôts, aux voisins qui font souvent du bruit la nuit et à sa belle-mère qui influence trop sa femme. Les années passent. Une terrible nouvelle le terrasse. La terre semble s’ouvrir sous ses pieds. Sa fille chérie, la prunelle de ses yeux, comme il aime à dire, est gravement malade. Les médecins sont pessimistes. Il prie de tout son être « Mon Dieu, guérit-la, je t’en supplie. Si elle guérit, je ne te demanderais plus rien. Je serais le plus heureux des hommes ; Je ne me plaindrais plus car je comprends que rien n’a plus d’importance que ma fille. » Il ne pense plus qu’à la maladie de sa fille. Il ne prend même pas conscience de  son cadet qui vient se serrer contre lui en lui disant « je t’aime papa, je suis là ». Sa petite fille guérit. Des larmes de bonheur coulent sur ses joues. Il pense que plus jamais il ne pourra se sentir malheureux puisque sa fille est en vie et en bonne santé. Les mois passent et d’autre situations plus ou moins importantes font vite oublier à cet homme qu’il est heureux et qu’il a promis de ne plus rien demander.

N’est-ce pas un peu la vie de chaque être humain ? Il pense que le bonheur sera là si telle chose se produit. Et lorsque ce qui était désiré, se produit, le bonheur véritable n’est pas au rendez-vous. Parfois une illusion de bonheur superficiel et éphémère, leurre l’esprit, mais rien de plus. Alors qu’est-ce que le bonheur et comment le vivre ?

Un faune m’a dit : « Le bonheur c’est simple, il suffit d’être heureux. »

Et si le faune m’avait ainsi expliqué que nous n’avons pas à faire dépendre le bonheur d’une condition, d’un état, d’une situation ou d’une possession. Le bonheur est infiniment plus que cela. Le bonheur ne se nourrit jamais de l’extérieur. Le bonheur vient de l’intérieur de soi et se projette pour nourrir la scène extérieure de la matière. Tant que nous recherchons le bonheur à l’extérieur de nous, notre vie va refléter le manque de bonheur. Lorsque notre vie est éclairée par la Lumière du bonheur qui vient de notre Source, les scènes de la vie nous reflètent ce bonheur.

Ainsi la phrase de ce faune, messager de l’Être Intérieur, prend tout son sens. Ce n’est qu’en recherchant la Présence, Source intarissable de Vie que le véritable bonheur peut être connu. C’est ici et maintenant et sans conditions, que le bonheur est. Attendre, espérer que ce qui fait mal, dérange, change, est un leurre. Pour le ressentir, il faut consciemment faire l’effort de se connecter à ses vibrations, quelles que soit la situation présente. Avec l’aide divine, cela est possible. Rappelons-nous la parabole du fils prodigue. Dès que celui-ci a pris le chemin du retour, le Père est venu à sa rencontre. N’en doutons pas en décidant de revenir vers la conscience de l’Unité qui est bonheur dans la plénitude, l’aide divine sera effective.

Un faune m’a dit : « Le bonheur c’est simple, il suffit d’être heureux. »

22 commentaires pour “Un faune m’a dit…”
  1. Le vrai bonheur ne dépend d’aucun être, d’aucun objet extérieur. Il ne dépend que de nous.

    (Dalaï Lama)

    • Mili dit :

      Bonjour Quentin Baudelier,

      Tout à fait d’accord avec vous, le bonheur se trouve en soi et pas à l’extérieur.

  2. Ma Dam dit :

    Ben il y a un hic dans tout ce discours, c’est qu’un vrai Homme a de l’empathie pour ses semblables, et qu’être HEUREUX dans un monde profondément MALADE n’est pas pour moi un signe de bonne santé morale ; enfin chacun fait comme il peut dans ce monde dirigé par des fous.

    • Mili dit :

      Bonjour Ma Dam,

      Ce n’est pas en étant malheureux que l’on aide le monde. On est bien plus efficace dans l’aide en étant dans la paix et la sérénité. Il est possible d’aimer l’autre sans être malheureux avec lui ce qui ne l’aiderait pas. Tout ce à quoi on porte son attention, on l’alimente. Aidons le monde en portant notre attention sur ce qui élève. Ce qui n’enlève rien à la capacité d’aimer.

    • Luc dit :

      Très vrai. Il faut être un fou inconscient pour être heureux dans l’enfer qui nous entoure.
      Mais le calme et la sérénité, on peut y travailler.

    • Isa dit :

      Ce que tu dis Ma Dam est profondément humain… On ne peux s’enfermer dans sa bulle et être « heureux » à l’écart de toutes les peines et les dysharmonies qui sont le lot quotidien des êtres vivants sur cette belle planète. Mais plutôt que de subir notre impuissance face à ces « malheurs », contribuons à répandre de l’amour… Retrouvons cette source intérieure, qui est à l’oeuvre en chacun de nous, et laissons la jaillir, du plus profond de notre être, sur nos proches, amis, voisins, et sur tous ceux qui partagent avec nous la terre, l’air, la lumière, et aussi les multiples souffrances de la « vie ». Il n’y a rien à rejeter, tous les aspects de ce qui se manifeste « ici-bas » sont inséparables, et la conscience qui nous unie est « unique ». Contribuons à faire grandir cette conscience dans la paix en la laissant s’épanouir en nous-même, tout d’abord. Chaque fois que nous donnons un sourire, un mot « qui fait du bien » à l’autre, nous agissons pour la paix, ou non… A travers chacun de nos actes nous sommes porteur d’une intention, et chaque pensée généreuse que nous offrons à « l’extérieur » nous relient à la vérité commune.
      INSEPARABLES, NOUS SOMMES LES UNS DES AUTRES.

  3. Rosemonde dit :

    Bonjour, Bonsoir, Mili, Patrick et tous les autres aspects du Divin créateur démultiplié en chacun de nous.

    Auuooommmmm !
    Je ne demande plus rien, j’affirme, mon être Divin sait ce qui me convient parfaitement et m’aide à combler les autres, si cela est nécessaire où qu’ils sont en demande.
    Mes soucis sont résolus car j’ai tout remis à l’Esprit, Source de Vie intarissable, mon Moi Véritable.
    Je Suis heureuse chaque jour de ma vie, car je l’ai programmé ainsi.
    Ce n’est pas venu d’un coup, j’y ai beaucoup travaillé et mon Esprit s’est débloqué graduellement, avec mon coeur et ma persévérance.

    Ma parole, mes pensées et ma volonté sont en équation, en harmonie, en synchronicité avec le Grand Tout, tout Amour.
    L’état d’Esprit que le Bonheur existe et qu’il faut le vouloir sainement est à la portée de tous.
     
    Le Auuoommmmmmmm me fait un très grand bien et solutionne beaucoup de choses en Moi et autour de moi, à tous points de vues financiers ou autres.
    Ex : Je pense que je suis au centre du monde en tant qu’Esprit Pur, Je suis tout Amour et je chante le Auuoommmmmm pour que son énergie régénère, restructure, requalifie, recentre, toutes choses dans et sur la terre, ainsi que les Humains.
    Je fais aussi bien d’autres choses, il y a toujours quelque chose de bon et de chouette qui me revient.
    Faire du bien, me fait du bien, m’apporte des valeurs et me fait rencontrer de bonnes personnes.

    Je ne dis pas que c’est ce qu’il faut faire mais cela me convient.
    Quand ça va moins bien, j’augmente ma vibration et active plus ma volonté.
    J’apprends tous les jours et je trouve la vie Belle et l’époque formidable.
    Nous pouvons vivre tout ce qu’il nous plait, il faut le vouloir et surtout s’entourer de personnes encourageantes et chaleureuses, sans quoi, mieux vaut être seul(e) que mal accompagné.
    ;-)

    • Mili dit :

      Merci Rosemonde pour ton beau témoignage. Tu es en train de réaliser un bel éveil de la conscience à l’Unité.

    • Isa dit :

      Cette « méthode » que j’expérimente aussi (mais pas assez…) est un bon moyen, c’est sûre ! Merci Rosemonde pour ce partage, cela me donne une nouvelle impulsion pour renforcer ma pratique de façon plus assidue.
      Mon « coeur » se relie à vous tous dans une onde infinie de paix, de joie et d’amour, faites circuler !!!

  4. Dionysos dit :

    Jacques Brel disait : « Un homme malheureux engendre le malheur autour de lui. »
     
    L’inverse doit être certainement vrai !

    • Mili dit :

      Oui le bonheur est contagieux, tout comme le malheur.
      Il est en effet difficile d’exprimer en mots ce qu’est l’amour. Il faut aller au-delà des mots et communiquer avec l’Esprit. 
      Merci à vous de vos commentaires.

  5. valeriepema dit :

    Bonjour à vous. :shock:

    L’amour, cette vibration pure… sans fard ni mesquinerie, sans arrogance ni mièvrerie…
    Difficile à dire en mots ! Non ?

    Cordialement,
    Une nouvelle arrivée sur ce blog/forum.

  6. Le Païen dit :

    Un bébé a faim…il fixe « instinctivement » comme tout bébé animal sa satiété dans le lait maternel. Quelle est la différence entre mon texte et celui en titre ?????

    Le mien est scientifique et l’autre est « poussif »… i.e « enflure du genou » durant la génuflexion.

    En règle générale, lorsque le texte original est très long… sa véracité est directement proportionnelle au nombres de lignes surperflues.
    Dans le cas présent… c’est un GROS MENSONGE.

    • Isa dit :

      Sincèrement je ne comprend rien à ce que tu racontes Païen… A mon humble avis c’est « hors sujet » tes remarques…
      Que vient faire la « science » dans cela ? Cette expérience c’est pas possible de la faire sur des rats de labo (du moins pas encore), dommage pour eux…
      Mis à part l’analyse de texte (le bac, c’est terminé…), comment tu fais « dans la vraie vie » en matière de bonheur ?
      Good luck ! Nourrir ton coeur et de soulager ta tête, RESPIRE LE SOLEIL (OU LA PLUIE…) ET LAISSE AGIR !!! C’est facile !!!
      Et tu n’as pas besoin des vieux principes religieux pour « exister » spirituellement. L’expérience directe vaut bien mieux que toutes les théories… Alors, fais « simple », tu verras, ça marche !!!

    • Dionysos dit :

      « And now you see the Light, you can stand up for your Right.
      Because your Right is your Life and your Life is your Right. »
      Dixit l’un des prophètes de cette Terre : Bob Marley

      A méditer mon cher Païen…

  7. Mili dit :

    En harmonie de pensées Isa ♥

  8. Mika dit :

    Bonjour Mili, Isa et tous les autres,

    Je viens de lire tous vos commentaires, et ça semble si facile de trouver le bonheur… J’aimerais connaitre votre truc, car malgré tous mes efforts pour m’écouter, j’ai l’impression que mon coeur reste muet comme une pierre…  Aucune de mes lectures ne m’a donné la réponse même si je crois fermement que le changement peut arriver…  J’avoue d’ailleurs que ce texte du Faune me correspond…

    • Mili dit :

      Bonjour Mika,
      Trouver le bonheur, est-ce simple ? Je n’en suis pas convaincue ou alors c’est tellement simple que notre mental s’y refuse. Évidemment je ne peux parler qu’en mon nom. Je n’ai pas de truc magique pour le bonheur. Je ne connais que la persévérance dans la foi en l’Énergie, la Présence, Dieu, le nom est de peu d’importance, c’est le ressenti en prononçan le mot qui importe. Croire, aimer.
      Je ne suis pas tout le temps dans la conscience du bonheur parfait. Il m’est arrivé de le ressentir fortement et, chose étrange, parfois dans des circonstances difficiles. Si ce faune est venu me dire cette phrase, un matin, c’est que j’en avais besoin. je suis une étudiante et une amoureuse du bonheur. Nous cohabitons de plus en plus mais il y a encore beaucoup à faire. Je crois profondément que c’est dans le bonheur, la joie, que l’on se connecte le mieux aux vibrations divines.

    • Isa dit :

      Au cas ou vous ne connaissiez pas ce poème…
      (c’est si bien exprimé, rien à ajouter)
       
      Le bonheur sans effort -- Lama Guendune Rinpoche :idea: :idea:

      LE BONHEUR

      Le bonheur ne se trouve pas
      avec beaucoup d’effort et de volonté
      mais réside là, tout près,
      dans la détente et l’abandon.
      Ne t’inquiète pas, il n’y a rien à faire.
      Tout ce qui s’élève dans l’esprit
      n’a aucune importance
      parce qu’il n’a aucune réalité.
      Ne t’y attache pas.
      Ne te juge pas.
      Laisse le jeu se faire tout seul,
      s’elever et retomber, sans rien changer,
      et tout s’évanouit et recommence à nouveau, sans cesse.
      Seule cette recherche du bonheur nous empeche de le voir.
      C’est comme un arc-en-ciel
      qu’on poursuit, sans jamais le rattraper.
      Parce qu’il n’existe pas, qu’il a toujours été là
      et t’accompagne à chaque instant.
      Ne crois pas à la réalité des expériences bonnes ou mauvaises,
      elles sont comme des arcs-en-ciel.
      A vouloir l’insaisissable, on s’épuise en vain.
      Dès lors qu’on relache cette saisie,
      l’espace est là, ouvert, hospitalier et confortable.
      Alors profites-en. Tout est à toi, déja. Ne cherches plus.
      Ne va pas chercher dans la jungle inextricable l’éléphant
      qui est tranquillement à la maison.
      Rien à faire,
      Rien à forcer,
      Rien à vouloir,
      Et tout s’accomplit spontanément…

      CONSEILS AU MÉDITANT

      Laisse cet esprit qui est le tien,
      dans un état détendu, non-artificiel.
      En cet état, voyant la pensée et son mouvement,
      reste dessus, détendu.
      En cet état, va poindre la stabilité.
      Pas d’attachement à la stabilité,
      Pas de peur du mouvement.
      Connaissant qu’il n’est pas de différence
      entre stabilité et mouvement,
      l’esprit s’élevant de l’esprit.
      En cet état, sans saisie, sans attachement,
      repose, détendu, tel quel.
      En cet etat, la réalite en elle-même,
      l’essence de ton propre esprit,
      sagesse, vacuité radieuse,
      va s’elever,
      et tu n’auras pas de mots…
      En cet état, un calme naturel viendra ;
      sans tenir la stabilité pour quelque chose,
      tel quel, naturel et libre ;
      sans saisir ni rejeter les productions mentales,
      s’il te plaît, reste… LÀ.

      (Guendune Rinpoche)

      • Mili dit :

        Merci isa.

        • Mika dit :

          Merci à toutes les deux.  Le fait de vous lire est un petit bonheur auquel je ne m’attendais pas, dans ma solitude et ma quête…  Effectivement, il suffit de pas grand chose…

          Je vais arrêter de courrir après l’arc en ciel et attendre qu’il m’éclaire au cours de mes méditations.  Merci pour ce poème que je ne connaissais pas.

          MERCI

  9. Dionysos dit :

    Rêver un impossible rêve
    Porter le chagrin des départs
    Brûler d’une possible fièvre
    Partir où personne ne part

    Aimer jusqu’à la déchirure
    Aimer, même trop, même mal,
    Tenter, sans force et sans armure,
    D’atteindre l’inaccessible étoile

    Telle est ma quête,
    Suivre l’étoile
    Peu m’importent mes chances
    Peu m’importe le temps
    Ou ma désespérance
    Et puis lutter toujours
    Sans questions ni repos
    Se damner
    Pour l’or d’un mot d’amour
    Je ne sais si je serai ce héros
    Mais mon cœoeur serait tranquille
    Et les villes s’éclabousseraient de bleu
    Parce qu’un malheureux

    Brûle encore, bien qu’ayant tout brûlé
    Brûle encore, même trop, même mal
    Pour atteindre à s’en écarteler
    Pour atteindre l’inaccessible étoile.
     
    (Jacques Brel -- La Quête)

    Tel Don Quichotte avec seulement la folie et la foi !
    Juste par le pouvoir d’y croire on peut déplacer les montagnes et combattre les géants.
    Alors moi aussi de tout mon cœur j’atteindrais l’inaccessible étoile.
    Il suffit d’y croire…

  10.  
Faire un commentaire

Cocher cette case pour être averti par mél des commentaires à venir.
(vous pouvez aussi être averti par mél des commentaires à venir sans commenter)


Accélérez votre navigation sur ce site en utilisant :
Google Chrome
Le navigateur internet rapide et novateur !